Connectez-vous S'inscrire

​Côte-d’Ivoire : Le Fmi suggère la structuration du secteur de l’énergie


Rédigé le 23 Juin 2018 à 18:14 | 0 commentaire(s) modifié le 23 Juin 2018 - 18:30


Lors d’une mission en Côte-d’Ivoire dans le cadre des consultations de 2018 au titre de l’article IV, les administrateurs recommandent d’accélérer la restructuration du secteur énergétique afin d’en préserver la viabilité financière et de soutenir la croissance économique.


De même, souligne le communiqué officiel, les administrateurs saluent les accords conclus entre l’État, la SIR et la PETROCI. Ils encouragent à résoudre rapidement le problème des arriérés accumulés par le secteur public dans le secteur de l’électricité et attendent avec intérêt la restructuration de la dette de la SIR d’ici fin août 2018.

Le communiqué informe aussi que les administrateurs recommandent de continuer de progresser dans la diffusion des statistiques économiques et l’amélioration de leur qualité. Ils saluent la publication récente des comptes nationaux trimestriels et encouragent les autorités à continuer d’améliorer la couverture des indicateurs à haute fréquence.

«Il est prévu que la prochaine consultation au titre de l’article IV avec la Côte d’Ivoire se déroule conformément à la décision du conseil d’administration relative au cycle des consultations pour les pays membres ayant conclu un accord avec le FMI», note Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint et président par intérim.
 
 
 Les administrateurs encouragent les autorités à continuer de mettre en œuvre des réformes qui favorisent une croissance durable et inclusive afin de réduire la pauvreté et de renforcer la cohésion sociale. Ils notent qu’une amélioration des infrastructures dans les secteurs du transport, de l’électricité et de l’hydraulique produirait des gains de productivité dans l’agriculture et l’industrie. Ils encouragent les autorités à assurer un financement adéquat pour les infrastructures essentielles et le filet social en accélérant la mobilisation des recettes. De nouvelles améliorations du climat des affaires, y compris un renforcement soutenu de la gouvernance, contribueraient à faire de l’investissement privé le moteur principal de la croissance.

« Les administrateurs notent avec satisfaction que les autorités sont déterminées à remplir le critère de convergence de 3 % du PIB fixé à l’échelle de l’UEMOA en 2019, ce qui contribuera à ancrer la viabilité des finances publiques et de la dette. Ils soulignent que, pour atteindre cet objectif, il conviendra de réduire le déficit budgétaire en accélérant les réformes de l’administration des recettes et en adoptant des mesures fiscales supplémentaires, ainsi qu’en établissant un ordre de priorités parmi les dépenses», conclut le communiqué.



Investissement /Ecofinance.sn | Commerce/Ecofinance.sn | Infrastructures/Ecofinance.sn | Energie/Ecofinance.sn | TIC/Ecofinance.sn | Collectivités locales/Ecofinance.sn | Emploi/Ecofinance.sn | Contribution/Ecofinance.sn | Innovation/Ecofinance.sn | Nomination/Ecofinance.sn | Palmarès/Ecofinance.sn | Sante | Agriculture/Ecofinance.sn | Portrait | Reportage | Interview | Décrets | Ecobusiness | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe



Inscription à la newsletter

Blog Ecofinance
le 10/09/2018

HYDROCARBURES : ce qu’il faut comprendre sur les activités d’exploration-production

(Ecofinance.sn – Dakar) - Au Sénégal, le pétrole...











Derniers tweets





Facebook