Connectez-vous S'inscrire

​Emma Wade-Smith, la diplomate qui va asseoir les affaires en Afrique pour un Royaume-Uni post-Brexit plus fort


Rédigé le 21 Juin 2018 à 10:53 | 0 commentaire(s) modifié le 21 Juin 2018 - 10:56



En pleine préparation de sa stratégie post-Brexit, le Royaume-Uni a annoncé hier, mercredi 20 juin, la nomination de son délégué commercial pour l'Afrique. Et c’est à Emma Wade-Smith qu’incombe de renforcer l’empreinte britannique dans les sphères commerciales et d’investissement à travers le Continent. Les détails.

C'est la première fois que le Royaume-Uni définit officiellement ce poste. Emma Wade-Smith est nommée délégué commercial pour l'Afrique, annonce le gouvernement britannique dans un communiqué publié sur son site web ce mercredi 20 juin. L'annonce a également été réitérée hier à un forum d'affaires autour du Prosperity Fund, une initiative de Londres pour lever les barrières à la croissance économique inclusive afin de réduire la pauvreté dans les pays en développement, tout en créant des opportunités pour les entreprises internationales dont britanniques.
 
«Le commerce est au cœur de notre approche concernant l'Afrique et je suis ravi d'accueillir Emma Wade-Smith dans son nouveau rôle. [...] Avec des populations jeunes et en croissance, et la classe moyenne la plus dynamique au monde, il existe un énorme potentiel de création de partenariats commerciaux modernes à travers l'Afrique pour les entreprises britanniques», a déclaré Dr Liam Fox, secrétaire au Commerce international.
 
Diplomate, Emma Wade-Smith est une experte en commerce qui, au cours des 20 dernières années, a travaillé à Bruxelles, au Chili, au Mexique et à Washington. Depuis deux ans, elle est basée à Johannesburg, d'où elle dirige le développement les affaires commerciales entre le Royaume-Uni et l'Afrique australe. A partir d'avril 2017 cependant, elle a commencé à jouer le rôle de délégué commercial pour toute l'Afrique, une manière de prendre de l'avance en attendant l'officialisation de ses nouvelles fonctions.
 
Pour un Royaume-Uni post-Brexit plus fort

«Le DIT [Département du commerce international, NDLR] attire les meilleurs et les plus brillants pour travailler sur la future politique commerciale du Royaume-Uni alors que nous nous préparons à quitter l'UE. La nomination d'Emma est la dernière d'une série d'embauches qui vont stimuler les relations commerciales et d'investissement du Royaume-Uni à travers le monde», a commenté Antonia Romeo, secrétaire permanente du DIT.
 
A neuf mois de la sortie effective du Royaume-Uni de l'Union européenne, Londres s'active en effet pour éviter un effondrement de ses assises économiques et financières. Et pour ce faire, le renforcement de son influence internationale, notamment en matière commerciale, s'est avéré indispensable. L'enjeu est donc de taille ! Le gouvernement a récemment dévoilé ses délégués commerciaux pour l'Amérique du Nord, l'Amérique latine, le Moyen-Orient, la Chine, l'Asie du Sud, l'Europe de l'Est et l'Asie centrale. Ceux de l'Europe et de l'Asie-Pacifique devraient être officialisés très prochainement. A ces délégués, l'Exécutif conduit par Theresa May garantit «plus d'autonomie pour faire ce qui fonctionne le mieux dans leur région pour améliorer le commerce avec les marchés clés de l'avenir».
 
«Les partenariats au cœur de nos relations d'affaires»
En Afrique, Emma Wade-Smith devra donc composer avec le contexte économique et socio-politique de chaque pays pour asseoir les échanges commerciaux entre le Continent et son pays. Elle sera également chargée d'accompagner les entreprises britanniques qui veulent étendre leurs activités en Afrique.
 
«Je placerai les partenariats au cœur de nos relations d'affaires, en me basant sur le travail que nous faisons déjà pour transformer notre esprit d'entreprise partagé en emplois et en croissance au Royaume-Uni et en Afrique», s'est-elle engagée.
 
C'est d'ailleurs dans cet esprit qu'elle a participé début juin à la grande messe sur les investissements qui s'est tenue à Harare en présence du président Emmerson Mnangagwa. Actuellement, elle est au Kenya, a-t-elle indiqué sur Twitter mercredi matin, sans préciser l'objet de sa visite.
 
En 2016, les échanges de biens et services entre le Royaume-Uni et les pays africains ont dépassé les 28 milliards de livres. Et Londres vise plus, s'appuyant notamment sur le seul domaine des infrastructures où «les opportunités sont estimées à plus de 62 milliards de livres sterling par an». C'est d'ailleurs fort de son ambition que le gouvernement britannique a lancé, en février dernier, «Africa Infrastructure Board», une plateforme de partenariat pour l'accompagnement des entreprises britanniques, mais aussi d'ailleurs, dans la réalisation de grands projets sur le Continent. Toutefois, la Côte d'Ivoire, l'Ethiopie et le Ghana, parmi les économies les plus dynamiques au monde en termes de croissance, pour être des cibles privilégiées par Londres.

La Tribune Afrique 
 



Investissement /Ecofinance.sn | Commerce/Ecofinance.sn | Infrastructures/Ecofinance.sn | Energie/Ecofinance.sn | TIC/Ecofinance.sn | Collectivités locales/Ecofinance.sn | Emploi/Ecofinance.sn | Contribution/Ecofinance.sn | Innovation/Ecofinance.sn | Nomination/Ecofinance.sn | Palmarès/Ecofinance.sn | Sante | Agriculture/Ecofinance.sn | Portrait | Reportage | Interview | Décrets | Ecobusiness | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe



Inscription à la newsletter

Blog Ecofinance
le 10/09/2018

HYDROCARBURES : ce qu’il faut comprendre sur les activités d’exploration-production

(Ecofinance.sn – Dakar) - Au Sénégal, le pétrole...











Derniers tweets





Facebook