Connectez-vous S'inscrire

3ième édition du symposium sur le «lait, vecteur de développement», à Dakar


Rédigé le 9 Juin 2019 à 14:03 | 0 commentaire(s) modifié le 9 Juin 2019 - 14:33


Equonet-Dakar) - Près de 200 acteurs du secteur laitier de 25 pays sont attendus pour la 3e édition du symposium «Lait, vecteur de développement» les 12 et 13 juin 2019 à Dakar (Sénégal) a appris Equonet des organisateurs. Objectif : mettre en relation ces acteurs et favoriser les échanges d’expériences autour de la diversité des modèles de développement laitier.


Co-organisée par l’ISRA (Sénégal), le Cirad et l’Inra (France), avec le soutien de la FAO et d’Agreenium, cette édition vise à mobiliser les entreprises de transformation et les pouvoirs publics pour accompagner l’essor de la production de lait local en Afrique de l’Ouest. Elle mettra l’accent également sur le rôle des femmes et des éleveurs les plus modestes dans ces dynamiques laitières.
 
Selon le communiqué des organisateurs, environ 120 millions de fermes et un milliard de personnes dans le monde sont impliquées dans la production, la transformation et le commerce du lait. Ce secteur est caractérisé par une très grande diversité : diversité des échelles de production, des races, des pratiques, des territoires, diversité des cultures et de la place du lait dans les régimes alimentaires, diversité enfin des acteurs et des politiques nationales. Comment appréhender une telle mosaïque et sa dynamique d’évolution dans un contexte de mondialisation, de croissance de la demande et de nécessité de durabilité ?
Le symposium «Lait, vecteur de développement», rassemblera près de 200 acteurs* du secteur laitier d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Afrique pour échanger les expériences entre les pays autour de cette question.
 
« La principale ambition de ce symposium international est d’aboutir à une meilleure coordination des actions autour du lait et des produits laitiers en Europe et dans les pays en voie de développement. Il s’agit notamment de faire émerger des projets conjoints de recherche, de formation ou d’appui aux communautés locales, souligne Christian Corniaux du Cirad, co-organisateur de ce symposium international. «Pour nous, le lait est vecteur de développement. En créant de l’emploi et en générant des revenus pour les familles, le secteur laitier peut contribuer à réduire la pauvreté et les tensions sociales dans les territoires agropastoraux d’Afrique de l’Ouest, au Sahel en particulier». Dans ces territoires, plusieurs dizaines de millions de familles produisent du lait.
 
«Le fait que le symposium se tienne à Dakar n’est pas neutre en effet», précise Guillaume Duteurtre, correspondant pour la filière Lait au Cirad, également co-organisateur. «Depuis plusieurs mois, les producteurs laitiers ouest-africains conduisent, avec plusieurs ONG, une campagne de plaidoyer visant à promouvoir le lait local face aux importations de poudres de lait bon marché» (lire la déclaration commune des organisations paysannes et de producteurs laitiers pour le lait local et équitable en Afrique de l'Ouest et en Europe, 10 avril 2019). Les organisations de producteurs souhaitent notamment appuyer l’initiative de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) de lancer une offensive politique régionale en faveur du lait local (Offensive Lait CEDEAO). 
 
«La totalité de la première journée de ce symposium sera consacrée aux enjeux de la filière dans l’espace CEDEAO. Nous souhaitons que soient passés en revue tous les «leviers» pour renforcer la collecte de lait en milieu pastoral. Le développement durable et la sécurité au Sahel nécessitent une meilleure intégration des éleveurs au commerce dans la sous-région», ajoute Guillaume Duteurtre.
 
Pour sa 3e édition après Rennes (France, 2014) et Rabat (Maroc, 2017), ce symposium sera ouvert officiellement le 12 juin par le ministre de l’Elevage du Sénégal, les représentants de l’ISRA, de la FAO et d’Agreenium.
 
Il sera organisé autour d’un colloque scientifique et d’une foire des innovations.
Equonet



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 18 septembre 2019

(Equonet-Dakar) - Le président de la République a réuni le conseil des ministres, le mercredi 18 septembre 2019, à 10 heures, au palais de République. Il a abordé les questions de la sécurité des infrastructures routières, la protection des végétaux, la campagne de commercialisation agricole, du prix de l'arachide et de la santé.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 18 septembre 2019

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

Le conseil d'administration de la Banque européenne de reconstruction et de développement se rend en Égypte

(Equonet-Dakar) - Une délégation du conseil d'administration de la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD) entamera lundi une visite en Égypte pour une mise à jour et un témoignage oculaire des derniers développements dans le pays, a appris Equonet de l’Institution.


Actu d'Europe

L'Égypte prend des mesures importantes pour approfondir ses marchés monétaire, dérivé et financier

(Equonet-Dakar) - La Banque centrale d' Égypte a fait des progrès considérables dans le développement de ses marchés monétaire, dérivé et financier. L’introduction d’un point de repère du taux d’intérêt sans risque est l’une des mesures importantes prises pour jeter les bases de l’amélioration et de l’amélioration de l’efficacité du marché. Cette évolution est conforme au mouvement international en faveur de l’élaboration de taux sans risque à mesure que les repères -IBOR sont en train de disparaître.