Connectez-vous S'inscrire
Sénégal : afrique info, actualité économique et financière - equonet.net Afrique

Ahmed Kalebi, pathologiste : «il existe un risque énorme de propagation communautaire soutenue de covid19 sur une période prolongée si la population n’est vaccinée.»


Rédigé le 16 Février 2021 à 08:16 | 0 commentaire(s) modifié le 17 Février 2021 - 16:56


(Equonet-Dakar) – Le pathologiste Ahmed Kalebi explique dans ‘’The Conversation Afrique’’ ce qui se passe si certains pays ne vaccinent pas contre covid19.


Quels sont les risques si tout le monde n'est pas vacciné contre le COVID-19?

Dans les pays où aucune proportion significative de la population n'est vaccinée, il existe un risque énorme de propagation communautaire soutenue du COVID-19 sur une période prolongée.

Plus la période de propagation communautaire soutenue est longue, plus il est probable que le virus mute. Et cela signifie que cela pourrait être un terrain fertile pour le nouveau coronavirus - SARS-CoV-2 - pour muter en variantes plus agressives. Les variants mutés de la population non vaccinée pourront infecter même ceux de la population vaccinée.

Les vaccins peuvent ne pas fonctionner contre les variantes mutées en raison des changements qui se produisent dans le code génétique du virus. Un vaccin est destiné à créer une réponse immunitaire par le biais d'anticorps conçus pour reconnaître la structure protéique du virus qui a été modifiée. Pensez-y comme un ennemi altérant son uniforme militaire, devenant moins reconnaissable pour l'armée adverse.

Ils peuvent également échapper à l'immunité induite par une infection antérieure pour des raisons similaires - l'immunité a été conçue pour la structure de ce virus d'origine. Le virus modifié ne serait pas facilement reconnaissable par les anticorps de l'infection précédente. Par conséquent, les souches mutées pourraient infecter celles déjà vaccinées, provoquant une réinfection.

Cela signifie que tout le monde continuerait d'être vulnérable. Même ceux qui vivent dans des régions où la population a déjà été vaccinée ne seraient pas totalement protégés contre le virus si le virus mutait ailleurs. Compte tenu de l'interdépendance des pays et des régions du monde, aucune population ne vit dans l'isolement total. Aucune population particulière n'est sûre à moins que toutes les populations ne le soient.

Ce coronavirus est facilement  transmissible de personne à personne par l'air. Toute nouvelle variante mutée, et peut-être plus mortelle, du virus SARS-CoV-2 pourrait être plus contagieuse et se propager facilement dans le monde entier. Tout comme le virus d'origine.

Le monde entier ne sera en sécurité qu'après s'être assuré que toutes les populations sont correctement vaccinées. Il semble peu probable que la pandémie puisse être entièrement maîtrisée grâce aux mesures de prévention existantes ou qu'elle s'épuise bientôt. Cela se produit lorsque les infections ralentissent parce qu'une proportion importante de la population a développé une «immunité collective», soit à la suite d'une infection ou d'une vaccination antérieure, soit lorsque le mouvement des personnes qui alimentent l'épidémie est complètement arrêté. Le virus ne peut alors pas être transmis rapidement - d'une personne ou d'un segment de la population à une autre - tout comme la façon dont un feu de brousse ou de forêt s'éteint lorsque la plupart des plantes sont déjà carbonisées, ou s'il n'y a plus de vent à propulser. le feu et ne peut donc pas continuer à se propager.

Comment les gouvernements peuvent-ils atténuer ces risques?

Il ne sera pas réaliste pour les pays qui ont vacciné leurs populations de fermer leurs frontières aux pays qui ne l'ont pas fait. À moins que les pays vaccinés ne ferment complètement leurs frontières au reste du monde, il y aura toujours une interaction entre leurs citoyens et les citoyens de pays non vaccinés.

Pour se protéger contre le virus, les gouvernements doivent déployer rapidement des vaccins. Les vaccins fournissent les mesures de prévention les plus efficaces et contrôlables pour contenir toute infection virale. En particulier, celui qui est hautement transmissible comme le SARS-CoV-2. Il n'y a pas non plus de réelle possibilité  de traitement antiviral ou de guérison, car à l'heure actuelle, il n'y a pas de médicaments antiviraux dans le pipeline qui ont montré une indication d'efficacité contre le COVID-19.

Comme les différents pays attendent de vaccins d'accès et de vacciner leurs populations, les autres mesures de santé publique qui sont  connus pour ralentir ou freiner la propagation de Covid-19 devrait continuer à être exécutée. Cela limitera la propagation intra-communautaire et intercommunautaire du virus, réduisant le taux de reproduction et les mutations. Cela minimisera également les hospitalisations et les décès dus au COVID-19.

Ces mesures comprennent l'utilisation de masques faciaux, le lavage des mains et la distanciation sociale.

Là où il y a une indication d'une augmentation imminente des taux d'infection, les autorités doivent agir rapidement pour mettre en place une action de «disjoncteur» pour prévenir la poussée. Il s'agit notamment d'imposer des verrouillages et des quarantaines de masse de manière ciblée géographiquement.

La surveillance du taux d'infection et de l'étendue de la propagation du virus par des tests de laboratoire pour la détection du virus - et des tests génomiques pour les mutations - est essentielle pour informer et guider les autorités sur les mesures à prendre. La capacité de test doit donc être augmentée, y compris des tests qui détectent le virus - tels que les tests PCR et antigéniques - et des tests sérologiques (anticorps) qui vérifient ceux qui ont déjà été infectés et qui ont développé une immunité.

La possession de ces données permettra une cartographie de la sérosurveillance - dépistage des anticorps - et un suivi. La sérosurveillance peut également guider la hiérarchisation de la distribution des vaccins.

Cela montre l'importance d'utiliser la science dans les approches de lutte contre la pandémie. Les gouvernements doivent également travailler ensemble - en tant que communauté mondiale - pour que cela fonctionne pour tout le monde.

Quelle approche les gouvernements devraient-ils adopter pour lutter contre la pandémie?

Les gouvernements doivent travailler ensemble pour augmenter la production et l'approvisionnement mondial du vaccin dans les plus brefs délais. Il est essentiel que la plus grande partie de la population mondiale puisse accéder au vaccin le plus rapidement possible. Cela nécessite l'  abolition du «nationalisme vaccinal» et de la thésaurisation.

Il faut également augmenter le financement et le soutien des sites de production de  vaccins existants et de nouveaux sites de production de vaccins doivent être créés, y compris dans les pays défavorisés et sous-développés. Cela se ferait par le biais de transferts de technologie avec partage de la propriété intellectuelle  et de la capacité technique pour les vaccins qui se sont déjà avérés efficaces.

La solution réside dans une approche globale concertée pour garantir la sécurité du monde entier. Personne ne sera totalement à l'abri d'une pandémie si le monde entier n'est pas collectivement en sécurité.

Ahmed Kalebi/Pathologiste



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise







Facebook


Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.