Connectez-vous S'inscrire

BANQUE : percer le zéro


Rédigé le 6 Février 2019 à 16:28 | 0 commentaire(s) modifié le 7 Février 2019 - 11:20


(Equonet-Dakar) - Une option pour franchir la limite inférieure zéro serait d'éliminer progressivement les liquidités, selon une étude du FMI.


Eliminer progressivement les liquidités. C’est l’option proposée pour franchir la limite inférieure zéro. Mais ce n'est pas simple. Les espèces continuent de jouer un rôle important dans les paiements dans de nombreux pays. Pour résoudre ce problème, dans une étude  récente du personnel du FMI  et dans des recherches antérieures, les auteurs examinent une proposition  visant à rendre les espèces aussi coûteuses que les dépôts bancaires à taux d’intérêt négatifs, permettant ainsi de réaliser des taux d’intérêt très négatifs tout en préservant le rôle de la trésorerie.
 
Il est proposé qu'une banque centrale divise la base monétaire en deux monnaies locales distinctes: les espèces et la monnaie électronique. La monnaie électronique serait émise uniquement par voie électronique et paierait le taux d'intérêt directeur, et les espèces disposeraient d'un taux de change - le taux de conversion - contre la monnaie électronique. Ce taux de conversion est la clé de la proposition. Lorsqu’elle fixait un taux d’intérêt négatif sur la monnaie électronique, la banque centrale laissait le taux de conversion des espèces en monnaie électronique se déprécier au même taux que le taux d’intérêt négatif de la monnaie électronique. La valeur de l'argent tomberait ainsi en termes de monnaie électronique.
 
«Pour illustrer votre propos, supposons que votre banque ait annoncé aujourd'hui un taux d'intérêt négatif de 3 pour cent sur votre dépôt bancaire de 100 dollars. Supposons également que la banque centrale ait annoncé que les dollars en espèces deviendraient désormais une monnaie distincte qui se déprécierait de 3 pour cent par an par rapport aux dollars électroniques. Le taux de conversion des dollars en espèces en dollars électroniques passerait donc de 1 à 0,97 sur l’année. Après un an, il resterait 97 dollars électroniques dans votre compte bancaire. Au lieu de cela, si vous retiriez aujourd'hui 100 dollars en espèces et que vous le gardiez en sécurité chez vous pendant un an, le convertir en monnaie électronique après cette année rapporterait également 97 dollars en argent», expliquent-ils.
 
«Dans le même temps, les magasins commençaient à annoncer les prix en monnaie électronique et en espèces séparément, tout comme les magasins de certaines petites économies ouvertes affichent déjà des prix en monnaie nationale et en devises étrangères. Les espèces perdraient ainsi de la valeur, à la fois en termes de biens et en termes de monnaie électronique, et il n’y aurait aucun avantage à conserver des liquidités par rapport aux dépôts bancaires», poursuivent-ils.
 
Pour ces auteurs, ce double système de monnaie locale permettrait à la banque centrale d'appliquer un taux d'intérêt aussi négatif que nécessaire pour contrer une récession, sans déclencher de substitutions massives en espèces.

Avantages et inconvénients

Alors qu'un système de double monnaie remet en cause les idées préconçues sur la monnaie, les pays pourraient mettre en œuvre l'idée en modifiant relativement peu le cadre de fonctionnement de la banque centrale, estiment les auteurs de l’étude. «Par rapport aux propositions alternatives, cela aurait l’avantage de libérer complètement la politique monétaire de la limite inférieure zéro. Son introduction confirmerait l'engagement de la banque centrale à atteindre l'objectif d'inflation, au lieu de susciter des doutes à ce sujet», soulignent-ils.
 
«Néanmoins, la mise en œuvre d’un tel système n’est pas sans défis. Cela nécessiterait d'importantes modifications du système financier et juridique. En particulier, il faudrait aborder les questions fondamentales relatives au droit monétaire et assurer la cohérence avec le cadre juridique du FMI. En outre, cela demanderait un effort de communication énorme», notent-ils.
 
Pour eux, les avantages et les inconvénients du système sont spécifiques à chaque pays et doivent être soigneusement comparés à d'autres propositions, telles que des objectifs d'inflation plus élevés, visant à accroître la marge de manœuvre de la politique monétaire dans un environnement à faible taux d'intérêt. Ils considérons ces questions, et plus encore, dans leurs recherches.
 
Equonet



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 17 avril 2019

(Equonet-Dakar) - Le Président de la République son Excellence Monsieur Macky SALL a présidé ce mercredi 17 avril 2019 le conseil des ministres.


Nominations

Akinwumi Adesina, le président de la BAD, se réjouit de la nomination d’Amadou Hott,

(Equonet-Dakar) - Akinwumi Adesina, le président de la Banque africaine de développement (BAD) a exprimé sa joie suite à l’annonce de la nomination d’Amadou Hott, le vice-président de la BAD chargé de l’électricité, de l’énergie, du climat et de la croissance verte, au poste de ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération.


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

Accroître l’accès à l’électricité en Afrique de l’Ouest et dans la région du Sahel

(Equonet-Dakar) - Le Conseil des administrateurs du Groupe de la Banque mondiale a approuvé le 17 avril dernier le Projet régional d’électrification hors réseau (ROGEP), financé à hauteur de 150 millions de dollars par des crédits et des dons de l’Association internationale de développement (IDA)* et par une subvention en soutien à la relance de 74,7 millions de dollars du Fonds pour les technologies propres, annonce un communiqué transmis à Equonet.


Actu d'Europe

Lourdes conséquences des tensions commerciales américaine, européenne et asiatique sur l’économie de l’Uemoa

(Equonet-Dakar) - Pour le mois de mars 2019, les économies de l'Union continueront de bénéficier du renforcement de la demande intérieure et des conditions financières stables, voire à la baisse.