Connectez-vous S'inscrire
Sénégal : afrique info, actualité économique et financière - equonet.net Afrique

Bernard van Niekerk, directeur général de RadixTrie : "le temps est venu pour les banques africaines d'affirmer leur indépendance technologique"


Rédigé le 30 Juillet 2021 à 18:11 | 0 commentaire(s) modifié le 2 Août 2021 - 13:43


(Equonet-Dakar) - Les banques africaines doivent développer de nouvelles stratégies appropriées de gestion et d'analyse des données pour affirmer leur indépendance technologique, estime Bernard van Niekerk, directeur général de RadixTrie.


Le moment est venu pour les banques à travers l'Afrique de développer des stratégies spécifiques de gestion et d'analyse des données qui sont personnalisées et adaptées aux conditions locales et aux cadres réglementaires. Dans de nombreux cas, les modèles existants, imposés à l'origine par les banques mères de l'extérieur du pays, ne sont plus adaptés à l'usage local.

Cela s'inscrit dans le contexte de l'évolution rapide du monde numérique du commerce international à l'ère de Covid, où les données reçoivent une attention croissante, non seulement dans l'environnement des services financiers, mais également dans un large éventail d'autres industries. Compte tenu de la valeur potentielle des données aujourd'hui, il n'est pas surprenant que beaucoup appellent les données le « nouveau pétrole » de l'économie du 21e siècle.

Pour les banques en particulier, les données aident à identifier de nouvelles opportunités commerciales, à fidéliser les clients et à en acquérir de nouveaux, créant ainsi un avantage concurrentiel sur le marché. Les données permettent également aux banques d'optimiser et de rationaliser les processus internes, d'améliorer les performances et de réduire les coûts d'exploitation. La gestion des risques est améliorée en fournissant les données requises par les régulateurs et en développant et en évaluant les profils de risque des clients afin d'améliorer la détection des fraudes et la gestion du crédit.

Le monde de la technologie évolue rapidement et le besoin est de fournir des solutions adaptées aux besoins des banques avec un faible coût de possession et qui adhèrent aux normes mondiales. Dans notre expérience avec la gestion et l'analyse des données, nous avons constaté que de vastes quantités d'actifs de données au sein de la plupart des organisations restent à découvrir et à exploiter.

Pourquoi maintenant?

Pourquoi, alors, appelle-t-on à un tout nouveau regard sur la gestion et l'analyse des données dans les banques africaines ? L'une des raisons est que de nombreuses banques africaines ont des systèmes de gestion de données qui ont été importés ou imposés de l'extérieur, souvent avec de sérieux inconvénients dans le contexte africain.

  • Différentes banques ont des circonstances internes différentes et manquent souvent d'ensembles de compétences d'experts spécifiques.

  • Les environnements législatifs diffèrent d'un pays à l'autre.

  • Les coûts liés aux systèmes de gestion des données conformes aux centres et à l'industrie sont souvent élevés.

  • Les normes du centre ne sont dans la plupart des cas pas « évolutives vers le bas » et supposent qu'une solution « taille unique » fonctionnera dans chaque banque.

  • La disponibilité et les exigences des infrastructures varient d'une ville à l'autre et d'un pays à l'autre.

Je préconiserais que les banques africaines aient besoin d'un « modèle informatique fédéré » qui puisse être appliqué à la gestion et à l'analyse des données et adapté aux besoins spécifiques de la banque et aux circonstances uniques de chaque pays. Ce modèle:

  • Fournit un environnement dans lequel les unités informatiques régionales autonomes et une unité informatique centralisée partagent leur expertise et trouvent des synergies pour atteindre des objectifs informatiques plus larges pour l'ensemble de l'organisation.

  • Construit des architectures adaptées au volume de données particulier et au niveau de compétence de la banque en question.

  • Crée une stratégie de gestion des données agile qui conserve son intégrité quels que soient les défis infrastructurels.

  • Des solutions informatiques évolutives, des grandes banques centrales aux petites banques régionales africaines.

  • Utilise les systèmes existants qui nécessitent des compétences informatiques disponibles localement, réduisant ainsi les coûts.

  • Emploie des partenaires technologiques qui investissent dans le transfert de compétences pour améliorer l'indépendance et réduire la dépendance vis-à-vis des étrangers.

Importance stratégique des données

L'importance stratégique des données et la grande disponibilité des outils disponibles pour les sonder, en font un moment idéal pour les banques africaines pour développer leurs propres stratégies d'analyse de données uniquement adaptées à leur environnement. Nous aimons personnellement l'opportunité d'appliquer une solution personnalisée qui s'aligne sur les normes du centre qui répond aux exigences locales de conformité et de réglementation d'un pays particulier, mais prend également en compte la rentabilité et la disponibilité des compétences locales. Grâce à notre vaste expérience au sein du secteur bancaire sud-africain, il existe des moyens intelligents de faire des différences réelles et mesurables pour les banques de la région africaine.

Ce processus comprend :

  • Automatisation de tâches de gestion de données complexes qui éliminent le besoin de personnel expérimenté et coûteux.

  • Travailler avec des équipes locales pour développer et transférer les compétences clés au sein de l'organisation.

  • L'installation de systèmes conformes aux réglementations, normes et pratiques locales et aligne également les normes du centre, garantissant la conformité globale de l'organisation.

  • Offrir des solutions bancaires rentables et abordables.

  • Offrir des modalités de service flexibles qui varient en fonction de l'évolution des besoins. Le programme met en place des systèmes en fonction des exigences du client, automatise les tâches de maintenance complexes, transfère les compétences de maintenance requises et fournit une assistance pour l'augmentation des compétences.

  • Offrir un service de surveillance et d'assistance à distance une fois la tâche initiale terminée et fournir une assistance efficace 24h/24 et 7j/7.

Les résultats de cette approche préservent l'intégrité des banques locales et leur capacité à opérer dans leurs pays et leurs propres contextes spécifiques, tout en permettant l'intégration avec les systèmes d'une banque mère ou centrale. La clé est l'esprit de partenariat.

Bernard van Niekerk



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise







Facebook


Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.