Connectez-vous S'inscrire

Déclaration à l'issue d'une mission d'évaluation du personnel du FMI en Tunisie


Rédigé le 11 Avril 2019 à 00:11 | 0 commentaire(s) modifié le 12 Avril 2019 - 00:53


(Equonet-Dakar) - Une équipe du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par Björn Rother s'est rendue en Tunisie du 27 mars au 9 avril pour discuter du programme de réforme économique des autorités et de leurs projets de politique pour la cinquième revue appuyés par l'arrangement du Fonds élargi du FMI. À la fin de la visite, M. Rother a fait la déclaration suivante transmise à Equonet :


«Nous avons eu des discussions constructives avec les autorités sur les politiques de réforme économique nécessaires pour mener à bien le cinquième examen dans le cadre du FEP. Les autorités tunisiennes s’engagent résolument dans un programme politique visant à stabiliser et à réformer l’économie, en tenant compte de la situation socio-politique tendue à l’approche des élections législatives et présidentielle qui auront lieu plus tard cette année. Les autorités tunisiennes et les services du FMI sont parvenus à un accord mutuel sur la plupart des problèmes et ont convenu que les autorités avaient besoin d'un peu plus de temps pour donner corps à leurs propositions de politique dans quelques domaines. Les discussions se poursuivront à Washington, DC, dans les prochains jours.

 

«La Tunisie connaît une reprise modeste. La croissance passerait de 2,6% en 2018 à 2,7% en 2019, grâce aux bonnes performances de l'agriculture et des services, en particulier du tourisme. Néanmoins, l'activité économique continue de souffrir d'incertitudes politiques et économiques et de goulots d'étranglement structurels tels qu'un accès souvent insuffisant au financement. Ainsi, la croissance est restée insuffisante pour réduire le chômage, qui reste particulièrement élevé pour les jeunes et les femmes.

 

«Les autorités ont poursuivi la mise en œuvre de la politique et des réformes; Cependant, les vulnérabilités macroéconomiques élevées menacent toujours la stabilité économique.

 

«Les autorités ont resserré leur politique monétaire afin de contenir les pressions inflationnistes et ont réussi à réduire notablement le déficit budgétaire. Les mesures fiscales de 2018 et le renforcement de la collecte des taxes ont amélioré les revenus, tandis que les augmentations du prix de l'énergie ont permis de contenir la croissance des subventions à l'énergie qui profitent principalement aux mieux nantis. Cela a permis d'accroître les dépenses consacrées aux investissements publics créateurs d'emplois et aux programmes sociaux, qui ont atteint respectivement 5,6% du PIB et 2,7% du PIB en 2018 . La couverture du programme national d'assistance aux familles vulnérables a été étendue (de 250 000 à 285 000 familles) et le niveau de ses prestations a été augmenté. En outre, les autorités améliorent l'accès aux soins médicaux pour les moins nantis et ont enregistré 600 000 ménages dans une base de données qui facilitera le ciblage des politiques sociales.

 

« Des déséquilibres considérables continuent à entraver la croissance et le potentiel d'emploi de la Tunisie. La croissance reste trop dépendante de la consommation, tandis que l'investissement et les exportations restent insuffisamment dynamiques. Et les dettes extérieures et publiques croissantes de la Tunisie entraînent des besoins de financement importants et représentent un lourd fardeau pour les générations futures. Enfin, malgré un certain recul, l’inflation reste supérieure à 7%, menaçant le pouvoir d’achat, en particulier des plus vulnérables de la société.

 

«Une nouvelle accélération des réformes structurelles, notamment pour améliorer la gouvernance et l'environnement des entreprises, est nécessaire pour renforcer la confiance. Ces efforts contribueront à libérer le potentiel du secteur privé et à générer plus d'opportunités et d'emplois pour tous les Tunisiens.

 

«L’équipe du FMI a rencontré le Premier ministre Chahed, le ministre des Finances Chalghoum, le ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale Laâdhari, le ministre des Réformes majeures Rajhi et le gouverneur de la Banque centrale El Abassi ainsi que leurs collaborateurs. Il s'est également entretenu avec des représentants des syndicats de travailleurs et d'employeurs, du secteur privé, de la société civile et de la communauté diplomatique. La mission voudrait remercier les autorités et tous ceux avec qui elle s'est entretenue pour leur accueil chaleureux et leurs discussions constructives. ”

 
Equonet



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 24 avril 2019

(Equonet-Dakar) - Le Président de la République son Excellence Monsieur Macky SALL a présidé ce mercredi 24 avril 2019 à 10heures, le conseil des ministres.


Nominations

Les nominations du président de la République prise au conseil des ministres du 24 avril 2019

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

AFRIQUE : 12 milliards FCFA de l’AECF pour financer les entreprises promouvant les systèmes solaires domestiques

(Equonet-Dakar) - L'African entreprise challenge fund (AECF), en partenariat avec le gouvernement du Royaume-Uni, a lancé le concours « Household Solar Round 2», doté de 16 millions de livres sterling (plus de 12 milliards FCFA), annonce un communiqué.


Actu d'Europe

Les gouvernements invités à repenser leur approche du travail et des emplois pour éviter les tensions socio-économiques

(Equonet-Dakar) - Il ressort d'un nouveau rapport de l'OCDE que les gouvernements doivent repenser leur approche du travail et des emplois afin de réduire les tensions sociales et économiques.