Connectez-vous S'inscrire

Devenue intrant au Sénégal, l’information climatique pose maintenant le défi de sa prise en charge financière


Rédigé le 13 Mars 2019 à 16:34 | 0 commentaire(s) modifié le 15 Mars 2019 - 10:48


(Equonet-Dakar) – Les participants à l’atelier de revue à mi-parcours sur les expériences et enseignements tirés et perspectives des services d’informations météorologique et climatique au Sénégal sont unanimes à considérer l’information climatique comme étant un intrant. Mais pose le défi de sa prise en charge financière.


Devenue intrant au Sénégal, l’information climatique pose maintenant le défi de sa prise en charge financière
Devenue intrant au Sénégal, l’information climatique pose maintenant le défi de sa prise en charge financière
L’information climatique, devenue intrant dans la programmation des activités agricoles, pastorales et environnementales (foresterie) au Sénégal, doit être considérée comme un intrant à l’image des semences, des engrais, etc, où l’Etat met des subventions annuelles.
 
C’est en tout cas le sentiment général qui ressort des discussions de l’atelier sur les services d’informations météorologique et climatique qui a pris fin aujourd’hui à Dakar.
 
Partant de cette considération, les participants à la rencontre ont fait le plaidoyer  pour renforcer les moyens et les capacités de l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) lui permettant d’améliorer l’existant, celui de produire des informations climatiques et météorologiques et de prise en charge des groupes de travail pluridisciplinaire (GRP) afin d’assurer leur pérennité.
 
D’autant que, estiment-ils, ces informations produisent en termes de prévisions saisonnières et probabilités de pluies sont adoptées par les autorités étatiques, les producteurs, les éleveurs et les responsables de projets et programmes qui les intègrent dans leurs programmations.
 
Et, en tant que données d’utilité publique, ils pensent que l’Etat devra prendre en charge cet intrant qu’est la production de ces données. Le modèle de diffusion des informations climatiques et météorologiques sera à définir pour une durabilité du système tout en impliquant le secteur privé qui pourrait éventuellement sponsoriser l’ANACIM.
 
A cet effet, ils demandent aux députés présents à la rencontre à faire un plaidoyer dans ce sens.
Equonet



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 16 octobre 2019

(Equonet-Dakar) - Le Président de la République a présidé la réunion du Conseil des Ministres, ce mercredi 16 octobre 2019, à 10 heures, au Palais de République. En autres sujets abordés, figurent le Magal de Touba, les collectivités territoriales, les infrastructures ferroviaires et routièrs, etc.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 16 octobre 2019

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le Président de la République du Sénégal a pris les décisions suivantes au cours du conseil des ministres de ce mercredi 16 octobre 2019 qui a examiné et adoptés des textes législatifs et réglementaires :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

Le Rwanda continue de faire des progrès notables pour maintenir une croissance forte et inclusive, selon les services du Fmi.

(Equonet-Dakar) – Selon les services du Fonds monétaire international (FMI), la croissance du produit intérieur brut (PIB) réel a dépassé les attentes, atteignant en moyenne 10,3% au premier semestre de 2019.


Actu d'Europe

L'Égypte prend des mesures importantes pour approfondir ses marchés monétaire, dérivé et financier

(Equonet-Dakar) - La Banque centrale d' Égypte a fait des progrès considérables dans le développement de ses marchés monétaire, dérivé et financier. L’introduction d’un point de repère du taux d’intérêt sans risque est l’une des mesures importantes prises pour jeter les bases de l’amélioration et de l’amélioration de l’efficacité du marché. Cette évolution est conforme au mouvement international en faveur de l’élaboration de taux sans risque à mesure que les repères -IBOR sont en train de disparaître.