Connectez-vous S'inscrire

Faut-il vendre ou utiliser sur place le pétrole et le gaz sénégalais ?


Rédigé le 12 Juillet 2019 à 18:14 | 0 commentaire(s) modifié le 15 Juillet 2019 - 13:28


(Equonet-Dakar) –En réponse à cette interrogation, Mamadou Fall Kane, secrétaire permanent adjoint du Comité d’orientation stratégique du pétrole et du gaz (Cos-Pétrogaz), soutient qu’il existe une infinité d’arbitrages possibles entre les deux options de vendre ou d’utiliser sur place le pétrole et le gaz sénégalais. Et il appartient à l’État de positionner le curseur pour trouver le meilleur compromis possible, en tenant compte des facteurs prépondérants. Il s’en explique.


Un besoin croissant en énergie et une capacité de raffinage insuffisante

 Aujourd’hui, les produits pétroliers nécessaires au transport et à la production d’électricité constituent en moyenne de 20% des importations sénégalaises. Le Sénégal qui maitrise déjà la technologie du raffinage à travers la Société Africaine de Raffinage (SAR) pourra bientôt traiter le pétrole de SANGOMAR et s’affranchir de ce lourd handicap pour sa balance commerciale. Étant donné la capacité de la raffinerie existante et son âge avancé, il sera certainement nécessaire de construire une deuxième unité. La capacité de cette deuxième raffinerie dépendra de facteurs tels que la demande actuelle et future sur le marché national et régional11, les coûts de développement et de fonctionnement ou encore les coûts de transport de brut ou de produits raffinés.
 
Développement d’un marché intérieur pour le gaz
 
Étant donnée la proximité du Sénégal avec l’Europe, une grande partie du gaz naturel produit sera liquéfiée et exportée vers le marché européen pour générer des revenus financiers. Le gaz destiné au marché local permettra, non seulement, de baisser les coûts de production de l’électricité d’environ 50%, ce qui aura un impact positif sur la compétitivité de notre économie, mais aussi d’augmenter la quantité produite, distribuée via les “autoroutes de l’électricité“ et ouvrant même des opportunités d’exportation vers les pays voisins.

Par ailleurs, le gaz naturel permettra également le développement d’une industrie pétrochimique permettant de positionner le Sénégal comme un hub de transformation de produits dérivés. En complément du phosphate, le gaz sera également utilisé pour fabriquer des fertilisants qui pourront être exportés ou utilisés localement pour augmenter les rendements agricoles. Un Plan Directeur est en cours d’élaboration pour définir la stratégie optimale d’utilisation du pétrole et du gaz au Sénégal.
Mamadou Fall Kane



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 17 juillet 2019

(Equonet-Dakar) - Le Président de la République, son Excellence Monsieur Macky SALL, a présidé ce mercredi 17 juillet 2019, le Conseil des ministres. Outre l'hommage rendu à Ousmane Tanor Dieng, le président de la République a mis l'accent sur l'économie sociale et solidaire, l'environnement, l'agriculture et l'industrie.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 17 juillet 2019

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République,, Macky Sall, a pris les décisions suivantes
au cours du conseil des ministres du mercredi 17 juillet 2019 :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

La Pme toulousaine Bonici signe une master-franchise avec le togolais Sodigaz

(Equonet-Dakar) - Avec 3 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018 et une croissance de près de 300 pour cent en trois ans, l’entreprise toulousaine Bonici poursuit sa stratégie d’expansion à la conquête de nouveaux territoires, annonce-t-elle dans un communiqué de presse transmis à Equonet.


Actu d'Europe

Les marchés mondiaux de location de voitures devraient atteindre 48.000 milliards FCFA en 2023

(Equonet-Dakar) - Le marché mondial de la location de voitures devrait passer de 62,0 milliards de dollars en 2018 à 82,8 milliards de dollars (environ 48.000 milliards FCFA) en 2023, avec un taux de croissance annuel composé (CAGR) de 5,9% pour la période 2018-2023, selon un rapport de Bcc Research, un cabinet d’étude et d’analyse de marché.