Connectez-vous S'inscrire
Sénégal : afrique info, actualité économique et financière - equonet.net Afrique

Le nouveau colonialisme : les États occidentaux exploitent désormais l’Afrique en y déversant des déchets biologiques dangereux


Rédigé le 25 Mai 2021 à 18:00 | 0 commentaire(s) modifié le 26 Mai 2021 - 09:14


(Equonet-Dakar) – Le colonialisme persiste sous de nombreuses formes et manifestations ici même sur le continent africain, estime Angelo Louw, Greenpeace Afrique.


Lorsque la Namibie a déclaré son indépendance en 1990, elle a officiellement marqué la fin du colonialisme en Afrique. Mais, alors que la plupart des nations africaines sont libérées de la domination européenne depuis plusieurs décennies, il semble que la dynamique du pouvoir n’ait réellement changé qu’en principe. 

En 1960, l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) a adopté la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux, connue également sous le nom de Déclaration sur la décolonisation. Cette résolution proclame solennellement la nécessité de mettre fin rapidement et sans condition au colonialisme sous toutes ses formes et manifestations.    

C’est là où réside le problème. L’hypothèse selon laquelle l’existence d’un État est la condition sine qua non de la décolonisation manque de perspicacité et étouffe tout progrès réel. Certes, l’indépendance d’un pays est une étape importante, tout bien considéré. Cependant, elle ne peut tout simplement pas s’arrêter là. La relation d’exploitation continue entre les pays de la majorité mondiale et leurs anciens colonisateurs et dégrade les fondements de leur liberté. Le colonialisme persiste sous de nombreuses formes et manifestations ici même sur le continent africain.

Qu’il s’agisse du fait que 14 pays africains continuent de payer une forme d’ “impôt colonial” à la France, ou que les navires de pêche espagnols ne voient rien de mal à piller nos eaux. Il est très difficile de se défaire de ces vieilles habitudes coloniales ; les intérêts de l’Occident semblent toujours primer sur les nôtres.

Prenez, par exemple, la façon dont des pays comme les États-Unis se sont précipités pour déverser leurs déchets plastiques en Afrique et dans d’autres pays asiatiques après que la Chine a mis fin à l’arrangement ridicule consistant à y expédier la quasi-totalité des déchets américains pendant des décennies.
Les reportages de ces dernières années montrent qu’après le refus de la Chine d’accepter leurs déchets, les Américains se sont simplement déplacés vers le prochain pays dit en développement qu’ils ont pu trouver. Si l’on en croit les chiffres du Guardian, plus d’un milliard de tonnes de plastique ont été déversées dans des pays comme le Sénégal et le Kenya au cours de la seule année qui a suivi cette évolution.

Et, même après que le plastique a été ajouté à la liste des déchets biologiques illégaux proscrits par la Convention de Bâle, les lobbyistes pétrochimiques américains ont encore essayé de saper les lois nationales kényanes contre le plastique afin d’inonder les pays africains – plus précisément les 27 nations signataires de l’accord sur la zone de libre-échange continentale africaine – de plastique.  

Au moment où j’écris ces lignes, des cargaisons illicites de déchets plastiques sont bloquées au Liberia et en Tunisie, et les autorités de chaque pays ont épuisé toutes les voies diplomatiques pour rapatrier les centaines de conteneurs vers leurs pays d’origine respectifs – la Grèce et l’Italie.

Ces pays n’ont aucun respect pour les lois qu’ils élaborent et votent collectivement, et encore moins pour les lois de nos pays, qui servent les intérêts de nos populations. Ils ne reconnaissent notre souveraineté que lorsque cela leur convient ; et lorsque ce n’est pas le cas, nous redevenons rapidement les terrains vagues qu’ils ont essayé de transformer pendant des siècles.

La façon dont les déchets plastiques sont simplement expédiés vers certains pays relève d’une approche coloniale – j’ose parler de “colonialisme des déchets”. Son impact sur les nations défavorisées est certainement aussi destructeur que le pillage et l’asservissement qui ont caractérisé l’ère coloniale, car il crée un environnement pour des personnes qui sont pratiquement les mêmes.

Le programme des Nations unies pour l’environnement a publié cette année un rapport sur la façon dont la pollution plastique – et par conséquent sa production – a un impact disproportionné sur les communautés et les pays marginalisés. Il a constaté que ces communautés connaissent des taux élevés d’injustice environnementale et qu’elles sont le plus souvent composées de personnes de couleur.

Les personnes de couleur vivant dans ces communautés et ces pays ne subissent pas seulement l’inconfort d’une dégradation superficielle de l’environnement due à la pollution plastique, mais elles sont également plus susceptibles de tomber malades à cause de la pollution atmosphérique qui entoure les usines vers lesquelles elles doivent migrer à la recherche d’emplois mal payés.

Et, comme l’ont démontré les recherches de l’Institut d’études sur la pauvreté et l’inégalité, les personnes à bas salaire ne sont pas susceptibles de s’absenter au travail et de consulter un médecin par crainte de perdre leur emploi.

Si l’on continue à nous faire porter le poids de la situation pour le confort des pays occidentaux, quelle est la différence avec le statu quo sous le régime colonial ? Qu’est-ce que cette soi-disant liberté a apporté de bon à ceux d’entre nous qui ne font pas partie de l’élite politique, à part la revendication de nouvelles identités nationales ?

Une rose sous un autre nom sentirait aussi bon, non ? On peut dire la même chose du colonialisme dans sa manifestation actuelle. Sa puanteur est insupportable, mais il est commode de l’expédier dans nos pays pour qu’ils s’en occupent.
 
Angelo Louw, responsable du projet panafricain sur le plastique de Greenpeace Afrique.
Angelo Louw



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise







Facebook


Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.