Connectez-vous S'inscrire

Les services du FMI achèvent l'examen du programme et la mission au titre de l'article IV au Niger


Rédigé le 30 Mai 2019 à 15:55 | 0 commentaire(s) modifié le 1 Juin 2019 - 13:54


(Equonet-Dakar) - Un membre du personnel du Fonds monétaire international (FMI) dirigé par Christoph A. Klingen s'est rendu à Niamey du 15 au 28 mai 2019 pour mener des discussions sur le quatrième réexamen du programme appuyé par l'accord de la facilité de crédit élargie (FEC) et mener la 2019 Consultation au titre de l'article IV, informe un communiqué de l’Institution. Le programme du Niger a été approuvé par le Conseil du FMI le 23 janvier 2017.


À la fin de la visite, M. Klingen a publié la déclaration suivante:

 

«Les autorités nigériennes et la mission du FMI ont conclu un accord à l'échelon du personnel pour l'achèvement du quatrième examen du programme appuyé par la FEC. Le Conseil d'administration du FMI devrait procéder à l'examen de son projet d'ici la fin juin 2019.

 

«La mise en œuvre du programme a été satisfaisante et le gouvernement du Niger reste fermement attaché aux réformes de son programme de développement social et économique 2017-2021, appuyé par l'accord FEC.
 

«La stabilité macroéconomique reste fermement en place et la croissance estimée à 6,5% l'an dernier a dépassé les attentes malgré les défis croissants en matière de sécurité. La croissance de l’année prochaine devrait rester forte, tirée par la vigueur des activités de construction et de services, ainsi que par la reprise de la production pétrolière. Il devrait atteindre en moyenne un peu plus de 7% au cours des cinq prochaines années, étayé par de nouveaux projets, notamment un pipeline pour les exportations de pétrole brut, et une plus grande efficacité de l'agriculture soutenue par le plan de sécurité alimentaire du gouvernement, l'Initiative 3N. Le contenu local et les contributions fiscales de ces projets sont les principaux avantages pour l'économie nationale. L'inflation devrait rester en deçà du plafond de 3% fixé par l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) en 2019.
 

«La situation budgétaire reste globalement satisfaisante, le déficit global s'étant amélioré pour passer de 5,7% du PIB en 2017 à 4,1% en 2018. , l'apurement des arriérés intérieurs a pris du retard en raison de tensions temporaires sur les marchés financiers régionaux et de dépenses de sécurité pressantes. Les autorités vont déployer des efforts considérables au cours des prochaines semaines pour les rembourser et renforcer la gestion de trésorerie afin d'éviter leur réémergence. De manière générale, la réforme continue de mettre l'accent sur la mobilisation des recettes en élargissant l'assiette fiscale et en améliorant la qualité des dépenses publiques.

 

«S'agissant du programme de réformes structurelles au sens large, la mission du FMI a salué les efforts déployés par les autorités pour améliorer l'environnement des entreprises. La prochaine étape consistera à les ajuster aux besoins spécifiques du secteur privé formel local. Il sera important de renforcer les incitations pour développer le secteur privé formel, garantir des crédits abordables et répartir les pressions fiscales de manière plus équitable. La formation professionnelle et une éducation de qualité sont essentielles pour permettre au Niger de tirer davantage parti des emplois générés par les investissements étrangers. Les mesures prises récemment pour accroître la fréquentation scolaire, en particulier des filles, contribueront à la réalisation des objectifs nationaux d'égalité des sexes. Les réformes en cours dans la fonction publique et dans les entreprises et établissements publics contribueront à rendre le gouvernement plus efficace et transparent.

 

«L'équipe a rencontré le président de la République, Issoufou Mahamadou, et le Premier ministre, Brigi Rafini. Il a rencontré le ministre des Finances, Mamadou Diop, ministre chargé de la planification, A ï Chatou Boulama Kan é , le ministre chargé du budget, Ahmat Jidoud autre ministre, et le directeur national de la Banque centrale des États d' Afrique (BCEAO ). Le personnel a également rencontré des hauts fonctionnaires de l'administration et des représentants du secteur privé, de la société civile et de la communauté des donateurs. ”

Equonet



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 31 juillet 2019

(Equonet-Dakar) - Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL a présidé ce mercredi 31 Juillet 2019, le Conseil des ministres. Les questions relatives à la sécurité, les eaux pluviales, la Tabaski et l'exportation des produis agricoles, en particulier l'arachide ont été abordées.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 24 juillet 2019

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles le Président de la République a pris les décisions de nomination suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

En Afrique australe, les 13 milliards de dollars investis par la Banque africaine de développement donnent de solides résultats

(Equonet-Dakar) - Le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a déclaré, à l’ouverture du 39ème sommet ordinaire de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), que les 13 milliards de dollars américains investis par la Banque en Afrique australe depuis 2012 produisaient de solides résultats, rapporte un communiqué de presse transmis à Equonet.


Actu d'Europe

L'Égypte prend des mesures importantes pour approfondir ses marchés monétaire, dérivé et financier

(Equonet-Dakar) - La Banque centrale d' Égypte a fait des progrès considérables dans le développement de ses marchés monétaire, dérivé et financier. L’introduction d’un point de repère du taux d’intérêt sans risque est l’une des mesures importantes prises pour jeter les bases de l’amélioration et de l’amélioration de l’efficacité du marché. Cette évolution est conforme au mouvement international en faveur de l’élaboration de taux sans risque à mesure que les repères -IBOR sont en train de disparaître.