Connectez-vous S'inscrire
Sénégal : afrique info, actualité économique et financière - equonet.net Afrique

Lutte contre covid19 au Sénégal : la clé de succès réside dans la vaccination pour éviter une 3ième vague plus dangereuse


Rédigé le 29 Mars 2021 à 12:21 | 0 commentaire(s) modifié le 30 Mars 2021 - 17:21

Massamba Ndakhté Gaye
Ndakhté M. GAYE est un rédacteur de contenu web et spécialiste des relations médias avec plusieurs... En savoir plus sur cet auteur

(Equonet-Dakar) – Moussa Seydi affirme que la clé de succès de la lutte contre covid19 réside dans la vaccination pour éviter une troisième vague plus meurtrière.


A entendre, samedi 27 mars 2021, le Pr Moussa Seydi parler de l’importance des vaccins contre covid19, l’on sait que ce qu’il dit là lui tient à cœur. Tellement il a abordé ce sujet sur un ton sérieux. Et le fait qu’il l’a adressé à des spécialistes aussi compétents que les membres de l’association des internes et anciens internes des hôpitaux du Sénégal (Aiaihs) démontre en effet le grand intérêt qu’il accorde à la vaccination d’où «réside actuellement la clé du succès dans la lutte contre cette pandémie» pour reprendre ses propres mots. Aussi, M. Seydi s’est-il réjouit du développement de vaccins dans plusieurs pays dont le Nigéria.
 
«Nous devons tous comprendre l’importance de la vaccination et en tirer les conséquences», a-t-il déclaré dans son discours prononcé samedi dernier au cours du séminaire Aiaihs portant sur le thème ‘’la pandémie d covid19 vue par les spécialistes’’.
 
Eviter de faire la confusion entre effet secondaire et évènement indésirable
 
Une occasion pour lui de faire savoir que la médiatisation des troubles thromboemboliques et surtout la confusion entre effet secondaire et évènement indésirable ont rendu la sensibilisation sur le vaccin difficile. Ce qui ne se justifie pas, selon lui.
 
A cet égard,  il a donné en exemple la France où le débat a fait rage. «En France, on diagnostique 300.000 cas de thrombose veineuse par an (soit 5000 cas par million d’habitat) alors qu’au 11 mars 2021 avec plus de 6 millions de doses injectées il y a eu une vingtaine de cas de thrombose veineuse (soit moins de 4 cas par million de doses injectées)», a-t-il expliqué.
 
«Si on prend l’exemple de la forme de thrombose la plus mortelle, l’embolie pulmonaire, on note en France en moyenne 100 000 cas alors que seuls 4 ont été rapportés à la date du 11 mars 2021 avec plus de 6 millions de doses injectées.
Au Sénégal sur plus de 60 000 doses de vaccins d’Astra Zeneca injectées, un AVC a été noté comme évènement indésirable», a-t-il poursuivi.
 
«En vérité, il y avait aucun lien établi entre cet AVC et le vaccin Astra Zeneca.
Il n’y a aucun indice scientifique sérieux contre l’intérêt de la vaccination anti-COVID pour l’instant. On ne peut bien sûr pas préjuger si les constats d’aujourd’hui seront ceux de demain, mais je reste confiant que le rapport bénéfices/risques de la vaccination sera largement en faveur des bénéfices quel que soit le nombre de doses injectées. 
Mêmes les plus jeunes devront tôt ou tard se faire vacciner car le SARS COV-2 n’en a pas encore fini avec nous», a-t-il ajouté.
 
«Sans vaccination, une troisième vague plus meurtrière sera là et des variants très dangereux du fait avant tout de leur transmissibilité vont émerger et nous surprendre comme l’ont été les brésiliens», a-t-il averti.
 
Le Pr Seydi soutint en effet qu’au Brésil, il a été noté récemment que 27% des décès dues au Covid-19 l’ont été chez des patients relativement jeunes âgés de 30 à 59 ans.
 
«De toute façon, n’oublions pas qu’aucun décès n’a pu être établi de manière formelle avec la vaccination anti COVID-19 alors qu’on est plus loin de 3 000 000 de décès due à la COVID-19 dans le monde», a-t-il dit soulignant qu’au Sénégal, covid-19 a déjà causé plus de 1000 décès alors que le paludisme a tué 260 personnes en 2019 et la tuberculose 420 personnes en 2020.
 
En étalant tout ces chiffres,  le professeur a voulu dire que la pandémie covid-19 est une maladie en règlebénigne qui guérit spontanément dans la majeure partie des cas mais qui a rempli des cimetières plus que ne l’ont fait bien des pathologies. Il soutient en plus que c’est une pathologie qui perturbe gravement tous les aspects de la vie qu’on le veuille ou non.
 
«Il ne faut donc pas de vous laisser guider dans un discours mensonger et démagogue pour soi-disant rassurer comme le suggèrent certains ou dans un discours qui apeure de manière injustifiée mais il s’agit d’informer clair, juste et vrai», a-t-il déclaré.
 
Les différentes présentations qui ont suivi son discours ont permis aux participants d’avoir des données épidémiologiques qui leur donnent une idée plus précise du poids de la maladie sur le plan sanitaire. Et le professeur y a ajouté le poids économique, sociale, politique et sécuritaire que représente cette maladie.
 
«Cette maladie est d’autant plus importante à connaître par tous les spécialistes qu’elle a mille et un visage. De ce fait, un patient covid-19 peut atterrir dans n’importe quel service de consultation. Heureusement que la biologie et la radiologie peuvent facilement aider au diagnostic précoce qui reste le gage du succès thérapeutique», a-t-il souligné.
 
«A ce propos, aucun des traitements spécifiques utilisé dans le monde : Remdesivir aux USA, Hydroxychloroquine, + Azithromycine au Senegal et dans 13 pays, Ivermectine en Afrique du sud, etc… n’a été validé par l’OMS. Chaque pays se base sur ces propres résultats. Le traitement symptomatique fait par contre l’objet de consensus et il reste déterminant», a-t-il affirmé.
 
Le Pr Moussa Seydi a clôturé ses propos en formulant quelques conseils à l'endroit de ses jeunes et collègues de l’association des internes et anciens internes des hôpitaux du Sénégal. Ils se résument à la synergie d'action, la solidarité et la générosité dans le travail pour atteindre des objectifs communs et personnels.

Une leçon de moral pourrait-on dire hautement et positivement appréciée par les internes des hôpitaux du Sénégal visiblement satisfait de la présence du professeur à leur côté.



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise







Facebook


Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.