Connectez-vous S'inscrire

PETROLE-GAZ : une année pour confirmer l’Afrique en tant que point névralgique de l’exploration mondiale


Rédigé le 21 Janvier 2019 à 13:58 | 0 commentaire(s) modifié le 22 Janvier 2019 - 12:10


(Equonet-Dakar) - Les appels d’offres en cours sur les principaux marchés des hydrocarbures africains existants et nouveaux indiqueront si l’Afrique confirmera davantage sa position de nouveau point chaud de l’exploration mondiale et parviendra à attirer les investissements nécessaires dans ses zones pétrolières et gazières.


Parmi les producteurs africains bien établis, le Gabon et le Congo-Brazzaville, membres de l’Organisation des pays producteurs de pétrole (Opep), ont chacun des appels d’offres en cours. La douzième série de licences du Gabon en eaux peu profondes et profondes devrait s’achever en avril 2019 et la phase II des licences du Congo-Brazzaville en juin 2019.
 
Les deux pays ayant du mal à mettre en œuvre leurs nouveaux Codes des hydrocarbures, le succès de ces appels d’offre dira si les investisseurs sont convaincus par les réformes développées au cours des deux dernières années.

Le Nigéria et l’Angola, deux producteurs africains plus importants et aussi membres de l’Opep, vont lancer des appels d’offres innovants cette année. Le Nigéria mettra aux enchères ses sites de torches à gaz dans le cadre du Programme nigérian de commercialisation des torchères, probablement après les élections générales de février, et l’Angola tiendra son appel d’offre pour les champs marginaux, résultat d’une nouvelle politique adoptée en mai 2018 par le président Lourenço, et qui sera lancé lors de la conférence d’Africa Oil & Power à Luanda en juin 2019.
 
Le projet de loi nigérian sur l’industrie pétrolière restant à signer et l’encre étant encore fraîche sur le nouveau régime politique de l’Angola, ces deux appels d’offre seront également essentiels pour évaluer l’intérêt des investisseurs pour ces deux marchés en évolution.
 
Le Ghana, le dernier entrant sur la scène pétrolière africaine, tient son premier appel d’offre officiel, qui doit s’achever en mai 2019 et qui aurait attiré l’attention de 16 sociétés pétrolières, dont les majors ExxonMobil, BP, Total et ENI.
 
En tant que nouvelle frontière offshore prometteuse pour l’Afrique de l’Est, Madagascar propose également 44 concessions jusqu’en mai 2019, qui n’ont jamais fait l’objet d’un appel d’offres ou été explorées auparavant. Pour un pays qui n’a pas encore découvert de pétrole majeur, cet appel d’offre est un réel pari.

Source : Chambre africaine de l’énergie
Equonet



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 08 mai 2019

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall a présidé, ce mercredi 08 mai, à 10h, la réunion du Conseil des ministres.


Nominations

Les nominations de Macky Sall au conseil des ministres du mercredi 08 mai 2019

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le chef de l’Etat sénégalais a pris les décisions suivantes au cours du conseil des ministres du mercredi 08 mai 2019 :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

Appel à la résolution des problèmes d’endettement de l’Afrique

(Equonet-Dakar) - Des pays africains appellent à résoudre les problèmes d’endettement lors d’une consultation avec la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque mondiale (BM), annonce un communiqué de l’institution transmis à Equonet.


Actu d'Europe

Vulnérabilité, tensions sur le commerce, vieillissement… : ces revers qui frappent durement l’économie allemande

(Equonet-Dakar) - Un ralentissement de la demande mondiale et d’autres revers temporaires ont durement frappé de manière inattendue l’économie au second semestre de l’année dernière, soulignant sa vulnérabilité aux chocs extérieurs, notamment les tensions grandissantes sur le commerce international, déclarent les services du FMI à l’issue de leur mission au titre de l'article IV, 2019.