Connectez-vous S'inscrire

SECURITE ROUTIERE : démarrage d’un programme de leadership en Afrique


Rédigé le 5 Février 2019 à 13:48 | 0 commentaire(s) modifié le 5 Février 2019 - 22:51


(Equonet-Dakar) -Le programme de leadership en matière de sécurité routière en Afrique démarre à Abidjan au siège de la BAD, a appris Equonet auprès de l’institution.


Le deuxième programme organisé par le Programme de transport en Afrique leadership de la sécurité routière (SSATP, un partenariat international organisé par la Banque mondiale), en collaboration avec la Banque africaine de développement (BAD), a débuté au siège de la Banque à Abidjan, le 4 e Février. 

Le programme, qui se déroule jusqu'au 8 e Février, vise à développer les capacités de leadership dans la planification de la sécurité routière, la mise en œuvre, la gestion et les opérations; enfin, contribuer à réduire le nombre d'accidents de la route sur les routes africaines. 

Des spécialistes de haut niveau du SSATP, de la BAD, de la Banque mondiale, de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique et du monde universitaire partageront leurs expériences en matière d'amélioration de la sécurité routière à travers des exemples pratiques et des meilleures pratiques. 

L’accroissement de la possession de véhicules et l’urbanisation rapide sur le continent sont des facteurs qui ont accru l’incidence des accidents de la route. Les impacts socio-économiques qui en résultent nuisent au développement du continent. La perte économique causée par les accidents de la route au Nigeria, par exemple, est estimée à 3 pour cent du PIB du pays. 

Pour le Maroc, la perte de PIB est estimée à 2,5 pour cent. En outre, les décès et les blessures touchent d'innombrables familles et amis des victimes de l'accident. Près de 50 pour cent des victimes sont des piétons, des cyclistes ou des motocyclistes, exposés à de multiples risques et à des conditions souvent chaotiques sur les routes africaines. 

Des solutions systématiques et appropriées de la part des gouvernements et des sociétés pourraient prévenir le chagrin et la détresse vécus en raison des pertes en vies humaines ou de la qualité de la vie.

Le SSATP et la Banque africaine de développement reconnaissent tous deux la nécessité d'investir dans des installations de sécurité routière durables. Le SSATP promeut la gestion de la sécurité routière au niveau national par la création d’agences chefs de file dédiées à la sécurité routière efficace, de stratégies nationales de sécurité routière assorties d’objectifs assortis de délais précis, et d’un système de base de données sur les accidents de la route pour des interventions fondées sur des preuves factuelles.

La sécurité routière - de la conception à l'exploitation - est l'un des domaines transversaux prioritaires du département Infrastructures et développement urbain de la Banque. Un récent rapport commandé par la Banque évalue les mesures de sécurité routière à Bamako, au Mali  .

«Notre contribution à cet important événement du SSATP constitue un moyen efficace pour la Banque de coopérer avec ses pays membres régionaux pour apporter des changements positifs et des effets durables qui contribuent au développement de l'Afrique et améliorent la vie de ses habitants», a déclaré Girma Bezabeh, responsable de la sécurité routière. spécialiste à la Banque africaine de développement.

«Plus de 300 000 personnes perdent la vie chaque année sur les routes d'Afrique et la situation s'aggrave. Le SSATP a pour mission d'inverser la tendance. Le programme de leadership en sécurité routière peut aider à renforcer la capacité de la région à relever les défis de la sécurité routière tout en créant un réseau de pairs et de champions capables de défendre et d'appuyer des interventions en matière de sécurité routière aux niveaux régional, national et municipal ", a déclaré Tawia Addo- Ashong, spécialiste principal des transports et de la sécurité routière au SSATP.

Ce programme est suivi par de hauts représentants des ministères africains des transports, de la santé, de l'intérieur et des agences nationales de sécurité routière, des organisations régionales et sous-régionales africaines, des organisations non gouvernementales (ONG) et des parties prenantes de huit pays africains: Côte d ' Ivoire, Gambie, Ghana, Kenya, Maroc, Nigéria, Sierra Leone et Zimbabwe.
 
Equonet



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 31 juillet 2019

(Equonet-Dakar) - Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL a présidé ce mercredi 31 Juillet 2019, le Conseil des ministres. Les questions relatives à la sécurité, les eaux pluviales, la Tabaski et l'exportation des produis agricoles, en particulier l'arachide ont été abordées.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 24 juillet 2019

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles le Président de la République a pris les décisions de nomination suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

En Afrique australe, les 13 milliards de dollars investis par la Banque africaine de développement donnent de solides résultats

(Equonet-Dakar) - Le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a déclaré, à l’ouverture du 39ème sommet ordinaire de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), que les 13 milliards de dollars américains investis par la Banque en Afrique australe depuis 2012 produisaient de solides résultats, rapporte un communiqué de presse transmis à Equonet.


Actu d'Europe

L'Égypte prend des mesures importantes pour approfondir ses marchés monétaire, dérivé et financier

(Equonet-Dakar) - La Banque centrale d' Égypte a fait des progrès considérables dans le développement de ses marchés monétaire, dérivé et financier. L’introduction d’un point de repère du taux d’intérêt sans risque est l’une des mesures importantes prises pour jeter les bases de l’amélioration et de l’amélioration de l’efficacité du marché. Cette évolution est conforme au mouvement international en faveur de l’élaboration de taux sans risque à mesure que les repères -IBOR sont en train de disparaître.