Connectez-vous S'inscrire

SENEGAL : Sonko, Mamour Diallo, les familles Mbangue et Ndoye bientôt auditionnés


Rédigé le 16 Février 2019 à 16:46 | 0 commentaire(s) modifié le 17 Février 2019 - 16:49


(Equonet-Dakar) - L’Assemblée nationale a adopté vendredi à la majorité, le projet de résolution pour la création d’une commission d’enquête parlementaire relative à l’affaire dite des 94 milliards de francs CFA dans le dossier du titre foncier 1451/R, soulevé par Ousmane Sonko.


L’affaire des 94 milliards entre dans sa phase d’enquête parlementaire. L’Assemblée nationale a voté hier la résolution pour la création d’une commission chargée de faire la lumière sur cette affaire.
 
«Notre collègue le député Ousmane Sonko, président du parti Pastef, a publiquement accusé Mamour Diallo, inspecteur de son état, directeur des Domaines, d’avoir détourné, dans l’exercice de ses fonctions 94 milliards de francs CFA, au préjudice de l’Etat du Sénégal, dans le cadre d’une transaction foncière portant sur un immeuble, objet du titre foncier n°1451/R, d’une superficie de 258 ha. Ce que le mis en cause a catégoriquement nié, dans une interview accordée au journal Observateur n°4596 du 24 janvier 2019», rappellent les parlementaires dans le rapport de la Commission de l’Economie générale de l’Assemblée nationale.
 
Selon les députés, dans les grandes démocraties, les citoyens attendent plus de ces commissions que du système judiciaire. Ainsi, ils ont précisé que si l’accusateur est de l’Assemblée nationale, il devient opportun pour les députés de créer cette commission d’enquête. Ils ont aussi fait remarquer qu’en France, la doctrine admet même qu’une personne qui refuse de déférer à la convocation de la commission d’enquête soit amenée manu militari devant celle-ci.
 
Les parlementaires ont relevé que la Commission d’enquête vise en réalité, Mamour Diallo. Elle ne viserait pas spécifiquement Ousmane Sonko. En effet, les personnes à auditionner sont nombreuses. Des derniers publics étant en jeu, il est pertinent d’instituer cette commission d’enquête afin d’élucider la question. Les députés ont souligné que les commissions d’enquête sont instituées et encadrées par l’article 48 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale.
 
«Cette affaire fait couler beaucoup d’encre et de salive. Il est du devoir de l’institution que nous représentons de l’éclairer. D’abord pour lever une équivoque. Parce que cette initiative n’est pas pour pointer du doigt accusateur un quelconque sénégalais. La commission sera équidistante vis-à-vis de toute personne dont l’audition pourrait éclairer notre lanterne sur cette affaire de détournement de derniers publics. Chaque personne auditionnée pourra apporter les preuves de ses allégations. Dans cette affaire, il faut juste relever que ça concerne aussi bien notre collègue Sonko que la famille qui, à l’origine, est propriétaire de ce titre foncier. Ce sont des familles Mbengue et Ndoye, qui sont concernées, de même que la SAIMB la Sn Hlm», a expliqué la présidente de la commission de l’Economie générale, Dieh Mandiaye Ba.
 
Ainsi, il est créé une commission d’enquête parlementaire, pour recueillir des éléments d’informations sur les faits exposés. Il s’agit notamment d’élucider les différentes transactions dont a fait l’objet le titre 1451/R, de retracer tous les décaissements effectués par le Trésor public ou les sociétés à capitaux publics majoritaires relatifs à ce tire. Mais aussi d’évaluer les pertes subies par l’Etat. Pour ce faire, la commission sera composée de 9 membres dont 7 de la majorité et 2 de l’opposition. Ainsi, le rapport d’enquête sera déposé dans un délai maximum de six mois.
 
Mais, du côté de l’opposition, les députés ont décidé de ne pas voter cette procédure car, ils le considèrent comme un moyen de «neutraliser» le candidat à la présidentielle, Ousmane Sonko.
 
«L’affaire des 94 milliards et celle des 10 millions c’est pareil et depuis lors, personne n’a pipé mot. Je ne vais pas voter pour l’installation de cette commission. Parce que, ça ne me regarde pas. C’est insensé. Parce qu’il y  a des dossiers aussi importants qui sont laissés en rade. Il s’agit d’Arcélormital,  concernant notre pétrole et notre gaz, dites-nous d’abord comment les accords sont signés et qu’est-ce que vous allez en faire. On parle de 10 milliards qui sont à la présidence en 2012 on a parlé de 4 milliards. Pourquoi vous n’en parlez pas. Aujourd’hui, vous voulez juste neutraliser Sonko. Mais, nous n’allons pas laisser faire », a dit Mame Diarra Fam, député de l’opposition. 
Equonet



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 31 juillet 2019

(Equonet-Dakar) - Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL a présidé ce mercredi 31 Juillet 2019, le Conseil des ministres. Les questions relatives à la sécurité, les eaux pluviales, la Tabaski et l'exportation des produis agricoles, en particulier l'arachide ont été abordées.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 24 juillet 2019

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles le Président de la République a pris les décisions de nomination suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

En Afrique australe, les 13 milliards de dollars investis par la Banque africaine de développement donnent de solides résultats

(Equonet-Dakar) - Le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a déclaré, à l’ouverture du 39ème sommet ordinaire de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), que les 13 milliards de dollars américains investis par la Banque en Afrique australe depuis 2012 produisaient de solides résultats, rapporte un communiqué de presse transmis à Equonet.


Actu d'Europe

L'Égypte prend des mesures importantes pour approfondir ses marchés monétaire, dérivé et financier

(Equonet-Dakar) - La Banque centrale d' Égypte a fait des progrès considérables dans le développement de ses marchés monétaire, dérivé et financier. L’introduction d’un point de repère du taux d’intérêt sans risque est l’une des mesures importantes prises pour jeter les bases de l’amélioration et de l’amélioration de l’efficacité du marché. Cette évolution est conforme au mouvement international en faveur de l’élaboration de taux sans risque à mesure que les repères -IBOR sont en train de disparaître.