Connectez-vous S'inscrire

Selon un rapport de la Banque africaine de développement, l'Afrique a bien saisi la quatrième révolution industrielle, mais son rôle à l'échelle mondiale pourrait être encore plus important


Rédigé le 13 Novembre 2019 à 12:51 | 0 commentaire(s) modifié le 15 Novembre 2019 - 11:39


(Equonet-Dakar) - Un rapport établi par la Banque africaine de développement révèle un continent qui embrasse le nouveau monde courageux de la quatrième révolution industrielle mais qui doit améliorer l'accès au financement, aux compétences et à la croissance inclusive.


Le rapport, intitulé "Potentiel de la quatrième révolution industrielle en Afrique", a été lancé lundi lors du Forum sur l'investissement en Afrique, organisé par la Banque africaine de développement et ses partenaires, le plus important marché d'investissement du continent.

L'Afrique des objets (Internet of Things) - un marché qui pourrait valoir jusqu'à 12,6 milliards de dollars d'ici 2021 - et une forte croissance de l'investissement dans les domaines de l'IA, du Big Data Analytics, de la blockchain, de la fabrication additive et des drones, sont déjà largement utilisés en Afrique. . Comme le rapport le souligne, cela n’est pas surprenant étant donné l’effet général et transformateur de ces nouvelles technologies dans tous les secteurs, de l’agriculture à la fabrication, en passant par la santé, l’éducation et les pouvoirs publics.

Malgré les progrès accomplis, Jehiel Oliver, fondateur et PDG de Hello Tractor, a déclaré que l'écosystème de la start-up africaine était sous-capitalisé.

«Dans d’autres régions du monde, vous constaterez que les écosystèmes soutiennent la croissance de jeunes entreprises qui se développent par la suite pour exporter leurs technologies. Dans la Silicon Valley, l’écosystème regroupe des universités, des investisseurs, des infrastructures et les bonnes politiques en faveur des jeunes entreprises », a déclaré Oliver au cours d’une table ronde tenue lors du Forum sur l’investissement en Afrique.

Le groupe de haut niveau - composé de hauts fonctionnaires, de dirigeants d’entreprises, de financiers du développement et d’entrepreneurs du secteur de la technologie - a débattu des stratégies à adopter pour débloquer des investissements susceptibles de stimuler la croissance et le développement du secteur des technologies et des télécommunications en Afrique.

Solomon Assefa, vice-président de IM Research, a convenu que les partenariats industriels pourraient atténuer le manque de financement des innovateurs et améliorer leurs capacités techniques. IBM fournit déjà une plate-forme aux entrepreneurs, tels que Hello Tractor, pour développer leurs solutions technologiques et analyser une myriade de données. Mais les données doivent être inclusives. Et cela nécessite une connectivité étendue.

Rob Shuter, PDG de MTN, le plus grand opérateur de réseau de téléphonie mobile d'Afrique, a déclaré au panel que les opérateurs de télécommunication investissaient 10 milliards de dollars par an en Afrique, mais que ce chiffre pourrait être doublé si les gouvernements et les régulateurs africains libéraient davantage de spectre.

«Si de nouveaux investissements dans les infrastructures sont nécessaires au cours des cinq prochaines années pour accroître la connectivité en Afrique, cela conduira au développement de nouvelles entreprises, en particulier dans le secteur des fintechs, où les nouvelles banques et assureurs ont le potentiel de sauter le pas. entreprises traditionnelles », a déclaré Shuter 

Néanmoins, le panel a reconnu que, dans un monde de données, beaucoup pouvait encore être fait avec les combinés 2G et les SMS. La ministre sud-africaine des Télécommunications, Stella Ndabeni-Abrahams, a déclaré que l'industrie devrait être encouragée à introduire des smartphones très abordables.

Gary Schneider, directeur général des politiques publiques chez Citigroup, a déclaré: «Les gouvernements doivent aider à préparer les gens à participer à la nouvelle révolution. Ils doivent s’engager pour créer de la place pour le changement ». L'éducation et les incitations fiscales étaient des exemples clairs où le gouvernement pouvait catalyser l'adoption de nouvelles technologies.

Mais l'élaboration de politiques est difficile. Pierre Guislain, vice-président de la Banque africaine de développement, a exhorté les gouvernements à penser au niveau régional pour créer des marchés numériques évolutifs et compétitifs. "La Banque est prête à financer des mesures, il suffit de nous demander de l'argent". La leçon à retenir du rapport et du panel est que l’Afrique s’engage pour la première fois dans une révolution industrielle en même temps que le reste du monde. Il adopte déjà de nouvelles technologies et crée de nouvelles entreprises 

Le rapport complet peut être consulté ici: https://4irpotential.africa/

Equonet



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 15 janvier 2020

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky SALL, a présidé le Conseil des ministres, le mercredi 15 janvier 2020, au palais de la République.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 15 janvier 2020

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République du Sénégal a pris les décisions suivantes au cours du conseil des ministres de ce mercredi 15 janvier 2020 :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

Burkina Faso : le solde de la balance des paiements ressort excédentaire de 116.286 millions au titre de l’année 2018

(Equonet-Dakar) - Le solde de la balance des paiements du Burkina Faso est ressorti excédentaire de 116.286 millions au titre de l'année 2018, après 246.976 millions un an plus tôt, indique le rapport annuel de la Balance des paiements et position extérieure globale du pays publié aujourd’hui. .


Actu d'Europe

Le Japon en tête des 30 premiers pays en termes de dette nationale par citoyen

(Equonet-Dakar) - Le Japon, avec une population de 126 847 639 habitants, a désormais la dette nationale la plus élevée par citoyen. Les données recueillies et calculées par LearnBonds.com montrent que chaque ressortissant japonais doit 89 525,51 $ de la dette nationale de 11,4 billions de dollars.