Connectez-vous S'inscrire

ZAMBIE : le pays en passe de dégager un excédent énergétique


Rédigé le 5 Février 2019 à 23:15 | 0 commentaire(s) modifié le 6 Février 2019 - 13:28


(Equonet-Dakar) - La Zambie est sur le point de dégager un excédent énergétique après une importante augmentation de la production d'électricité.


Les coupures de courant constantes de la Zambie font désormais partie du passé. Selon la Banque africaine de développement (BAD), le pays est désormais autonome en énergie grâce à une industrie de la production d’énergie hydraulique et solaire robuste au cours des dernières années. Et, il y a encore de meilleures nouvelles pour les citoyens de la nation sud-africaine : la production d'électricité pourrait bientôt être excédentaire.
 
La Zambie produit pratiquement toute sa production d'énergie à partir de ses propres ressources primaires : biomasse, charbon et hydroélectricité, avec des centrales phares telles que la centrale électrique située à proximité du barrage d'Itezhi-Tezhi, dans le sud-est du pays.
 
La centrale hydroélectrique Itezhi-Tezhi, dotée de 375 millions de dollars, est devenue opérationnelle en 2016. La centrale, d'une capacité de 120 mégawatts, est le fruit du premier projet de partenariat public-privé dans le secteur de l'énergie en Zambie. Son objectif principal était de produire suffisamment d’énergie pour mettre fin aux pannes de courant quotidiennes et aux besoins des 17 millions d’habitants que compte le pays.

 

La Zambie a arrêté les importations d'électricité début 2018

 
D’après la BAD, la centrale d’Itezhi-Tezhi a déjà augmenté la capacité de production d’électricité du pays de 7,5 pour cent et alimenté en électricité 50 000 personnes supplémentaires. Au cours du premier trimestre de 2018, et pour la première fois de son histoire, la Zambie a cessé d'importer de l'électricité en provenance de pays voisins tels que le Mozambique.
 
Dès septembre 2017, Webster Musonda, responsable de la transmission d'électricité chez l'opérateur national Zesco, a déclaré à l'agence Ecofin: "La capacité de production d'électricité de la Zambie s'est améliorée et elle pourra désormais répondre largement à ses besoins énergétiques". "Globalement, nous serons en mesure de répondre à la demande et les importations d'énergie de routine cesseront [...] mais nous continuerons d'importer de l'énergie pour faire face aux pics occasionnels de la demande."
 
La prochaine étape pour le gouvernement de la Zambie comprend des plans pour un excédent énergétique au cours des deux prochaines années. Pour atteindre cet objectif, il explore les énergies renouvelables, telles que l’énergie solaire.
 
Les nouvelles centrales hydroélectriques du pays situées dans les barrages de Musonda, de Lusawaki et de Kafue Gorge sont des développements importants. En septembre 2018, le gouvernement a inauguré une centrale de 50 MW pour un coût de 60 millions de dollars. Un programme encore plus ambitieux est en cours, impliquant la construction de mini-centrales solaires d’une capacité finale de 600 MW pour un coût estimé à 1,2 milliard de dollars.
 
La BAD, qui défend ses cinq  priorités de développement, telles que l' initiative " Light up and power Africa"  , a contribué à hauteur de 55 millions de dollars à l'usine Itezhi-Tezhi. Des fonds supplémentaires ont été fournis par des donateurs internationaux, notamment le Netherlands Development Finance Company, la Banque de développement de l’Afrique du Sud et Proparco France.
 
Le portefeuille de la Banque en Zambie comprend actuellement 23 projets en cours, représentant un investissement d'un milliard de dollars, dans trois secteurs principaux: les transports, l'eau et l'assainissement et l'agriculture.

 

Collaboration transfrontalière

 
Un partenariat solide avec le Zimbabwe a été la clé du succès de la Zambie. Les deux voisins de l'Afrique australe travaillent sur un projet énergétique majeur sur le fleuve Zambèze, qui marque leur frontière commune. La rivière, longue de 2750 km, est la quatrième plus grande du continent.
 
Le projet, dont la production prévue est d'au moins 2 400 MW, doit être construit en amont du barrage de Kariba, à proximité des célèbres chutes Victoria, pour un coût de 3 milliards de dollars.
 
La production d'électricité sera partagée à parts égales entre la Zambie et le Zimbabwe, la production excédentaire étant revendue à d'autres pays membres de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SACD), selon les initiateurs du projet.
 
Equonet



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 31 juillet 2019

(Equonet-Dakar) - Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL a présidé ce mercredi 31 Juillet 2019, le Conseil des ministres. Les questions relatives à la sécurité, les eaux pluviales, la Tabaski et l'exportation des produis agricoles, en particulier l'arachide ont été abordées.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 24 juillet 2019

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles le Président de la République a pris les décisions de nomination suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

La Pme toulousaine Bonici signe une master-franchise avec le togolais Sodigaz

(Equonet-Dakar) - Avec 3 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018 et une croissance de près de 300 pour cent en trois ans, l’entreprise toulousaine Bonici poursuit sa stratégie d’expansion à la conquête de nouveaux territoires, annonce-t-elle dans un communiqué de presse transmis à Equonet.


Actu d'Europe

L'Égypte prend des mesures importantes pour approfondir ses marchés monétaire, dérivé et financier

(Equonet-Dakar) - La Banque centrale d' Égypte a fait des progrès considérables dans le développement de ses marchés monétaire, dérivé et financier. L’introduction d’un point de repère du taux d’intérêt sans risque est l’une des mesures importantes prises pour jeter les bases de l’amélioration et de l’amélioration de l’efficacité du marché. Cette évolution est conforme au mouvement international en faveur de l’élaboration de taux sans risque à mesure que les repères -IBOR sont en train de disparaître.