Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net : actualité économique, énergétique, technologique et migration au Sénégal et en Afrique

la nécessité de renforcer les solutions financières africaines soulignée lors du forum des entreprises de guinée équatoriale


Rédigé le 12 Mai 2022 à 19:52 | 0 commentaire(s) modifié le 16 Mai 2022 - 13:28


(Equonet-Dakar) - Alors que les dépenses en capital destinées aux projets pétroliers et gaziers se resserrent, une table ronde lors d'un forum d'affaires dirigé par la Chambre africaine de l'énergie en Guinée équatoriale a souligné le rôle des institutions financières nationales africaines.


L'investissement dans le secteur de l'énergie en Afrique et le rôle des banques d'investissement africaines, l'harmonisation des réglementations et l'amélioration de la facilité de faire des affaires ont été débattus et dévoilés lors d'un forum d'affaires de l'industrie pétrolière organisé par la Chambre africaine de l'énergie le 11 mai à Malabo, en Guinée équatoriale. 

Le secteur pétrolier et gazier de l'Afrique nécessite des niveaux d'investissement importants si le continent veut réaliser le plein potentiel du secteur. Alors que les dépenses mondiales en capital pour les combustibles fossiles sont en baisse en raison des tendances liées à la transition énergétique et que les investisseurs étrangers se tournent vers les énergies renouvelables face au changement climatique, les participants ont souligné que l'Afrique devait trouver ses propres solutions de mobilisation de capitaux afin d'accélérer les investissements et développement dans l'ensemble du secteur des hydrocarbures du continent. 

S'exprimant lors de la table ronde, Grace Orife, PDG d'Adelaar Energy, a noté que « … [l'Afrique] compte de nombreuses banques commerciales – plus de 700 banques dans 54 États – mais combien d'entre elles sont des banques d'investissement ? Le pétrole et le gaz sont une industrie à forte intensité de capital et très difficile à financer pour les banques commerciales. Le marché financier africain est perçu comme présentant un risque de crédit et d'insolvabilité très élevé, ce qui rend difficile pour les investisseurs de venir en Afrique. Cependant, le marché africain devra avoir accès au capital. Le secteur bancaire doit travailler ensemble et s'harmoniser afin d'avoir suffisamment de force pour investir dans le pétrole et le gaz africains.

Elle a noté qu'avec les réglementations africaines mises en œuvre pays par pays, l'harmonisation et la collaboration des régimes fiscaux pourraient être une solution viable pour mobiliser des capitaux en Afrique, en particulier des investissements étrangers. La facilité de faire des affaires dans la région de la CEMAC, par exemple, est considérée comme improductive, dissuadant les investissements étrangers en raison de la réglementation complexe des devises étrangères. Pour atténuer cela et garantir davantage d'investissements dans les projets énergétiques nouveaux et existants, les pays de la région doivent travailler ensemble pour garantir que l'environnement réglementaire est à la fois attractif et compétitif.

« Ce que l'on constate, c'est que les pays de la zone CEMAC se disputent les mêmes financements. Il serait intéressant de voir notre marché comme un marché régional, en harmonisant nos régimes fiscaux afin d'attirer des investisseurs dans notre région. Nous devrions nous considérer comme des alliés. C'est là que nous pouvons voir une certaine amélioration en travaillant ensemble. Les régulateurs et les compagnies pétrolières nationales doivent s'asseoir et voir comment les régimes réglementaires peuvent garantir davantage d'investissements dans la région », a déclaré Yann Pierre Yangari, consultant Pétrole et gaz et transition énergétique.

Alors que les institutions étrangères représentent généralement la principale source de financement des projets pétroliers et gaziers en Afrique, les institutions africaines nouvelles et existantes relèvent le défi, fournissant des capitaux essentiels pour les projets à venir - de petite à grande échelle et sur l'ensemble du spectre énergétique. Des institutions telles que la Banque africaine d'import-export, la Société africaine d'investissement énergétique et la Banque africaine de développement sont devenues les principaux moteurs du secteur des hydrocarbures en Afrique. Mobilisant les fonds nécessaires au développement des importants projets pétroliers et gaziers de l'Afrique, ces institutions sont un atout inestimable pour l'avenir énergétique de l'Afrique. Cependant, il reste encore beaucoup à faire et davantage de banques d'investissement doivent être introduites si l'on veut réaliser le plein potentiel du pétrole africain.

Lire plus : https://energychamber.org/the-need-to-strengthen-african-financial-solutions-emphasized-during-equatorial-guinea-business-forum/

 
equonet



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise







Facebook


Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.