Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net : actualité économique, énergétique, technologique et migration au Sénégal et en Afrique

le vice-président nigérian osinbajo exige le droit pour l'afrique de fabriquer ses propres vaccins et d'utiliser du gaz pour sortir des carburants sales


Rédigé le 21 Janvier 2022 à 16:53 | 0 commentaire(s) modifié le 26 Janvier 2022 - 10:06


(Equonet-Dakar) - Il a appelé à des dérogations aux brevets pour permettre aux pays africains de fabriquer des vaccins localement.


L'accès aux vaccins contre le COVID-19 continue de poser un grave problème pour l'Afrique, avec moins de 10 % de la population entièrement vaccinée dans la plupart des pays, a déclaré Yemi Osinbajo, vice-président du Nigeria, dans son allocution à l'Agenda 2022 de Davos. Selon un communiqué de presse transmis à equonet, il a appelé à des dérogations aux brevets pour permettre aux pays africains de fabriquer des vaccins localement.

Osinbajo a félicité COVAX et d'autres alliances mondiales de vaccins pour leur contribution, mais a noté que le prix à payer pour vacciner le monde entier n'est que de 50 milliards de dollars, selon l'Organisation de coopération et de développement économiques. "C'est abordable, a-t-il dit, mais nous ne devons pas laisser cette opportunité "passer entre les mailles du filet".

"C'est le bon moment pour tester la volonté mondiale", a-t-il déclaré, dans le renforcement de la coopération internationale pour se préparer à de nouvelles pandémies, peut-être pires, à venir.

Il a appelé à ce que le gaz naturel – dont l'Afrique dispose en abondance – soit accepté comme combustible de transition. L'Afrique est le continent qui contribue le moins au changement climatique, mais qui en a été le plus négativement affecté, a-t-il déclaré. Cette situation ne peut être aggravée par des règles qui empêchent l'Afrique de s'adapter.

"Pour de nombreux pays africains riches en gaz, l'un des plus grands chocs est l'idée que les combustibles fossiles, y compris le gaz, devraient être financés, en particulier par les institutions financières internationales". Il a ajouté : "Nous pensons que le gaz en tant que carburant de transition est absolument crucial, non seulement pour une transition efficace, mais aussi pour nos économies". Il a précisé que le gaz est « sans aucun doute la seule voie » permettant à l'Afrique de sortir des combustibles plus dangereux tels que le charbon et le pétrole lourd.

Osinbajo a affirmé que le Nigeria est "probablement le premier pays d'Afrique à développer un plan de transition énergétique et à le chiffrer". Le plan, qui, selon lui, sera lancé dans les prochaines semaines, comprend la connexion de 5 millions de foyers à l'énergie solaire, nécessitant davantage d'investissements étrangers dans la fabrication de panneaux et de composants.

Il a déclaré qu'il existe une "opportunité unique" pour les entreprises d'investir dans les énergies renouvelables nigérianes et que le gouvernement accorde une dette à ceux qui souhaitent faire des affaires dans le secteur. Il a également appelé les économies développées à honorer leur engagement de longue date de fournir 100 milliards de dollars par an en financement climatique aux pays en développement.

La paix et la sécurité sur le continent sont gravement menacées par les franchises terroristes mondiales du Sahel à la Corne de l'Afrique australe, a déclaré Osinbajo. Comme pour le coronavirus, "le terrorisme partout est une menace pour la paix partout" et il a averti les partenaires mondiaux de ne pas rester les bras croisés et de ne pas laisser l'Afrique être envahie par de tels extrémistes. "Il est impératif que la communauté internationale fasse des interventions plus vigoureuses pour éliminer les terroristes d'Afrique, tout comme elle l'a fait au Moyen-Orient."

Malgré les énormes défis de la lutte contre le COVID-19, le changement climatique et le terrorisme, Osinbajo est resté optimiste quant aux perspectives économiques pour l'Afrique et le Nigeria. L'économie subsaharienne a augmenté de 3,7 % en 2021 et devrait poursuivre sur cette trajectoire jusqu'en 2022. Le Plan national de développement du Nigéria 2021-2025 prévoit des investissements d'un montant total de 840 milliards de dollars, dont 86 % devraient provenir du secteur privé.

Au cours des trois prochaines décennies, la population mondiale augmentera de 2 milliards de personnes ; 1 milliard d'entre eux viendront d'Afrique, qui a maintenant la population en âge de travailler qui augmente le plus rapidement au monde. "L'Afrique a le potentiel pour devenir l'usine du monde", a-t-il déclaré.
equonet



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise





Facebook




Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.