Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net : actualité des économies du pétrole, gaz, mines, énergies au Sénégal et en Afrique
Equonet.net : actualité économique, financière, écologique au Sénégal et en Afrique
Web média de veille et d'alerte sur la gouvernance des ressources extractives au Sénégal et en Afrique

Découvrez comment tester les connexions Internet au Sénégal.



sur « les révélations » de yérim seck


Rédigé le 25 Janvier 2023 à 22:17 | 0 commentaire(s) modifié le 26 Janvier 2023 - 23:03


(Equonet-Dakar) - Cheikh Yerim SECK, journaliste sénégalais vient de publier ou faire publier c’est selon, un livre intitulé « Macky Sall …Face à l’histoire. » qui n’a pas fini de faire des vagues…Et pour cause !!


Tout d’abord, il est bon de rappeler que l’auteur avait, sous le coup des dures épreuves  qu’il a eu à traverser  notamment sa condamnation pour viol avéré et qui plus est, sur une mineure de surcroit, fille de magistrat. Il avait été arrêté, jugé, condamné et mis en prison pour ce crime, avant d’être gracié par le PR. Cela, ajouté aux déboires de son fils qui avait « vaillamment » suivi ses traces pour violer lui aussi dit-on, une fillette à Mbour. Tout cela et  entre autres pépins connus de lui seul, l’avait amené à déclarer urbi et orbi qu’il se retirait de la vie publique pour se consacrer à sa famille qu’il avait, selon ses propres dires, assez négligée. Et tout en regrettant sa décision, le peuple de Ndoumbelane avait applaudi à cette posture salutaire, noble et  responsable. Mais voilà t-il que moins de six mois après cette déclaration solennelle aux allures de vade-mecum , notre bonhomme réapparait en plein public à la faveur d’un livre qu’il voudrait «révélateur» de secrets d’alcôves dont il serait le seul à détenir les clés. Rien que çà ! La question qu’il faut se poser est : A quelles fins ?
Il est vrai que « siww dou diamou borome «  ou «  la célébrité  n’est pas toujours bonne pour le concerné ». En traduction littérale. Veuillez corriger pour ceux qui savent.SVP. 
Le livre que j’ai eu le privilège de lire entièrement  contient donc ce qu’il veut appeler des « révélations »  sur plusieurs affaires qui se sont passées dans notre cher pays. C’est pourquoi sa parution a donné lieu à des polémiques intenses et des pancraces épistolaires qui ne sont pas près de s’arrêter. Et pour cause !  Nombre de ceux qui y sont cités dans des affaires sinon TOUS , apportent des démentis formels et indignés sur les allégations mentionnées les concernant et mettent au défi l’auteur d’apporter ses preuves. D’autres moins réactifs et beaucoup plus posés, mettent tout cela sur  le chapitre d’une commandite pour discréditer des personnes, responsables à diverses stations de la vie politique, sociale, économique ou religieuse de notre pays et ailleurs.
Sur ce point, il se dit d’ailleurs dans nombre de chaumières que l’auteur aurait déjà reçu près de deux cent millions FCFA de qui on sait. C’est pourquoi, il a accepté vite fait de laisser publier en accès libre son bouquin sur le NET, ayant déjà  encaissé son pactole. Vrai, Faux ? « Yalla rekk ka khame » comme dirait Feu Elhadj Moustapha Gueye.
Tout compte fait, ce qui dans cet ouvrage peut choquer et qui a déjà choqué nombre de sénégalais lambda,  c’est l’aspect « délations » qui y dégouline  à toutes les pages. 
Car le Cheikh est « un connaisseur qui connait » et sa parole pleine de certitudes se doit d’être écoutée et crue. N’avait-il pas déclaré ici et doctement entre autres calembredaines que Poutine n’a pas de smart-phone et ne regarde jamais l’Internet ? Bigre !
Toutefois, dans son livre polémique, sous des dehors de « révélations certifiées », on y relève l’ombre peu reluisante  de la menace voilée voire de l’intimidation  et du chantage feutré pour «une invite privée » à des arrangements réparateurs «pour rétablir la vérité des faits ». La ficelle est trop grosse et l’épisode des cinq cent mille Euros de Dadis Camara « le bouffon» vibre encore sur la toile. Il nous concédera de partager avec lui, «une petite présomption d’intelligence » car NOUS aussi, nous savons lire entre les lignes...PASSONS.
L’autre aspect c’est que tout le livre s’apparente à un long chapelet de dénonciations et de dénigrements empiétant même par endroits des affaires en cours d’instruction ou d’investigation judiciaire pour faire VRAI.  On sort «des secrets» qu’on avait gardés jusque-là. Pourquoi? Et surtout pourquoi seulement maintenant ? Et…A QUELLES FINS ?  
Sur ce chapitre, il me revient ce que j’avais écrit en 2017 sur « Feu Bruno DIATTA émérite chef du Protocole de la Présidence qui, quarante ans durant  a été dans le Saint des saints de la République avec tout ce qu’on y voit, y entend, y découvre, y pratique, y sent, y perçoit SANS JAMAIS MOUFTER. Il fallait être BRUNO pour le faire. Quand on connaît la propension malsaine du sénégalais à RACONTER, MENTIR, EXTRAPOLER, INVENTER et AFFABULER à qui mieux-mieux, on ne peut qu’être ADMIRATIF devant BRUNO qui savait TOUT et qui n’a jamais RIEN DIT… C’est pourquoi tous les hommages qui lui ont été rendus, sont tous d’égale dignité parce qu’écrits et prononcés  avec le cœur…Assurément, Il nous faudra apprendre de Bruno car il va falloir se lever de très bon matin pour trouver encore des sénégalais comme BRUNO LE MAGNIFIQUE. Le spectacle pitoyable des comportements scandaleux que nous observons dans notre vécu quotidien avec « les révélations» très souvent fabriquées de toutes pièces, juste pour nuire, les insultes, philippiques, pancraces et autres empoignades physiques qui y sont devenus tellement fréquents qu’ils en deviennent banals et tendent à être le lot quotidien de  l’Homo sénégalensis. Et cela à toutes les stations de la vie publique, qu’elles soient politiques , religieuses, sociales et j’en passe.... AH si BRUNO n’avait pas existé, il y’a longtemps que la République serait dans la rue et dans les poubelles pour sûr. Car s’il y’a une chose que nos compatriotes du moins la plupart d’entre eux ne savent pas garder c’est le SECRET. La preuve, malgré BRUNO, certains secrets qui auraient dû rester d’alcôve sont étalés sur la place publique par ceux là mêmes qui auraient dû être les premiers à les taire. D’où vient le fameux : «nos soucis d’argent sont terminés» ?
D’où Souleymane Jules DIOP tenait « ses missiles » de propos et faits ultra confidentiels qu’il se faisait un malin plaisir de disséquer dans ses « lignes ennemies » contre Maître Wade? Si ce n’est des « deep throats», ces gorges profondes du Palais ? Et qui ne se souvient du fameux CD « lui et moi » qui avait jeté tellement d’émoi dans l’opinion au regard de la vilénie de l’acte : enregistrer systématiquement son mentor dans ses secrets les plus intimes. Fallait le faire ! Un Grand homme avait dit : « Quelque soit la situation sociale, il y’ a toujours des actes qui trahissent la naissance ». Et TOC.
Dans ce pays, les langues sont tellement fourchues que tout est mis en œuvre pour savoir quelque chose sur quelqu’un ou sur quelque chose pour s’empresser de le rapporter en s’en délectant avec moult extrapolations, pour démontrer sa « puissance » et donc …sa capacité de nuisance. Certes, certains comportements ou agissements sont hautement condamnables et mériteraient souvent d’être dénoncés mais quand la délation systématique, le mensonge « loghorrique », l’insulte facile et l’indécence crasse dans les propos deviennent presque une NORME, cela devient INQUIETANT très inquiétant. Or la fin ne doit pas et ne peut pas  justifier tous les moyens. Ah ! Si chacun disait à tout le monde ce qu’il sait de chacun, où irions-nous ? Est-il bon de toujours TOUT dire ? C’est en cela que la posture du livre de CYS heurte notre conscience et notre commun vouloir de vie commune. Et c’est pourquoi, il a reçu et continuera lui aussi de recevoir sa dose de « révélations»  toutes aussi scabreuses les unes, les autres sur sa vie, sur sa famille, sa généalogie et tout et tout . Le Var s’en donne déjà à cœur joie . Jusqu’à quand ? Jusqu’où ? Seul DIEU sait. Au bout du compte,  Il risque de se dire « Tout çà pour çà ? ». Le jeu en valait-il la chandelle? Pour avoir déclenché la chasse à courre, Il verra cela par lui-même.    
Pour terminer. Savoir se tenir, savoir se retenir, savoir s’entretenir, savoir détenir, savoir maintenir, savoir s’abstenir, savoir sans dire et dire sans contredire ni médire ni maudire. En un mot : avoir du SAVOIR VIVRE  adossé à une éducation de base solide et articulée sur des valeurs sociales, éthiques, déontologiques, dogmatiques et républicaines me semble être la meilleure posture pour un intellectuel de sa trempe. Plutôt que celle d’un vilain petit canard rapporteur qui n’hésiterait pas un jour, «à monter contre vous tout ce que vous serez amené à lui dire ». Ce qui ne le grandit pas du tout.
Personnellement le seul véritable motif de satisfaction que j’ai pu tirer de ce livre, c’est l’écriture. Du français de haute facture comme on aimerait souvent en trouver dans beaucoup d’autres textes pour notre information, notre culture et notre formation.
 
DIEU  NOUS GARDE ET GARDE LE SENEGAL .
Dakar le  25/01/2023
Guimba  KONATE
DAKAR
guimba.konate@gmail.com
Guimba Konaté



Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Appels d'offres






Facebook




Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.