Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net : actualité économique, financière sénégalaise et africaine
Développer un contenu vérifié, instructif, constructif et attentif, de manière professionnelle et responsable.

Agir vite pour empêcher les crises de se transformer en urgences humanitaires (FAO)


Rédigé le 26 Juillet 2018 à 17:10 | 0 commentaire(s) modifié le 26 Juillet 2018 - 17:14


Selon un nouveau rapport publié aujourd'hui par l'Organisation des Nations Unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO), intervenir de manière précoce dans les pays appelés à être frappés par des catastrophes naturelles peut permettre d'empêcher les crises de se transformer en des urgences humanitaires ou encore d'atténuer leurs impacts.


Agir vite pour empêcher les crises de se transformer en urgences humanitaires (FAO)
Pour chaque dollar dépensé par la FAO dans des interventions précoces d'aide au bétail au Kenya, en Somalie et en Ethiopie début 2017, alors que les éleveurs se préparaient à une autre sécheresse, chaque famille a vu ses bénéfices augmenter de 9 dollars. En effet, avec de moins en moins de décès dus à la faim et aux maladies au sein du bétail, les éleveurs ont réussi à produire trois fois plus de lait. 

Les éleveurs sont maintenant en mesure de mieux protéger leur avenir car perdre leurs animaux reviendrait à perdre leurs moyens d'existence, cela engendrerait une cercle dangereux de pauvreté et une dépendance à l'aide d'urgence, par ailleurs beaucoup plus coûteuse. 
 

Investir dans des interventions précoces est essentiel face à la multiplication des catastrophes naturelles

Dans la Corne de l'Afrique, le temps est devenu de plus en plus imprévisible. Les sécheresses se suivent, privant les communautés pauvres de leurs biens et les rendant encore plus vulnérables. D'un point de vue mondial, les catastrophes naturelles surviennent presque cinq fois plus qu'il y a quarante ans. 


« Investir dans des interventions précoces n'est pas seulement humain et intelligent, c'est aussi rentable. Protéger les moyens d'existence avant les catastrophes implique une meilleure autonomie et une meilleure résilience face aux futurs chocs et moins de pression sur des ressources humanitaires, » a déclaré M. Dominique Burgeon, Directeur de la Division urgences et réhabilitation de la FAO et du Programme stratégique sur la résilience. 

« Il est possible et surtout crucial d'agir tôt, il s'agit également de faire les choses de manière responsable. Il est de plus en plus évident que plus tôt nous répondons, plus nous améliorerons la capacité des communautés à résister, » a ajouté M. Burgeon.

Les avantages liés à une action précoce  

Plus tôt dans l'année 2017, lors de l'absence de pluie, la FAO s'est rapidement organisée pour apporter son aide à des milliers d'éleveurs qui comptaient parmi les plus menacés. 
Les interventions précoces de la FAO se sont focalisées sur la distribution d'urgence de nourriture pour les animaux reproducteurs clés, la fourniture de services vétérinaires pour garder les animaux sains et en bonne santé, la réhabilitation des points d'eaux et l'installation de réservoirs d'eau et l'organisation de formations sur les meilleures pratiques liées au bétail et à la gestion des marchés de bétail par des membres du gouvernement. 
Au Kenya, en moyenne, chaque famille d'éleveur a réussi à sauver deux animaux de plus en comparaison à ceux qui n'avaient pas reçu d'aide ; chaque enfant âgé de moins de cinq ans participant au programme a bu près de la moitié d'un litre de lait en plus chaque jour, ce qui représente un quart des calories journalières nécessaires pour un enfant âgé de cinq ans et 65 pour cent de ses besoins quotidiens en protéines. 

Lors du pic de la sécheresse, les éleveurs aidés par la FAO, n'ont pas seulement réussi à survivre, ils ont également pu produire trois fois plus de lait que d'habitude. Les familles qui ont bénéficié de l'aide de la FAO ont signalé que leurs animaux étaient en bien meilleure santé et condition. 
Pour chaque dollar de la FAO dépensé dans des interventions pour chaque famille, la famille a pu gagner 3,5 dollars. Sans les frais d'aide alimentaire et de réapprovisionnement, qui ont donc pu être évités, le retour sur investissement s'élève à 9 dollars par famille. 

Les éleveurs kenyans qui n'ont par contre pas bénéficié d'une aide précoce ont dû vendre deux fois plus d'animaux alors que les prix ont chuté, passant de 80 à 30 dollars. Ils ont également dû sacrifier près de trois fois plus d'animaux pour pouvoir les manger mais aussi pour pouvoir réduire le fardeau associé à leur alimentation. 

En Somalie, traiter une chèvre coûte 0,4 dollars tandis qu'en acheter une nouvelle coûterait 40 dollars. En traitant plus d'un million d'animaux appartenant à près de 180 000 personnes vivant dans les régions les plus touchées du Somaliland et du Puntland, les interventions de la FAO ont aidé les éleveurs à économiser plus de 40 millions de dollars et le lait produit était suffisant pour nourrir 80 000 femmes et enfants. 

Ces activités ont également aidé à lancer un programme de prévention de grande ampleur contre la famine. D'un point de vue général, la FAO est venue en aide à plus de 7 millions de somaliens. 

En Ethiopie, pour chaque dollar dépensé par la FAO pour protéger 100 000 animaux appartenant à près de 60 000 personnes dans les zones les plus touchées de la région Somali, chaque famille d'éleveur a gagné 7 dollars supplémentaires. 
La FAO a aidé les éleveurs vivant dans la Corne de l'Afrique à protéger leurs troupeaux reproducteurs, qui ont à leur tour permis de garder leurs enfants en bonne santé et de payer leurs frais scolaires, soit un investissement important pour leur avenir. 
Un.org
la rédaction



Actualité | Economie | Finance | Innovation & Technologie | Social | EquoSports | Equobusiness | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe



Blog Relations médias

Conseil des ministres

SENEGAL : promulgation de la loi relative au PTIP 2019-2021 et la loi de Finances pour l’année 2019.

(Equonet-Dakar) - Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Président de la République a promulgué la loi portant approbation du Programme triennal d’investissements publics (PTIP) 2019-2021 ainsi que la loi de Finances pour l’année 2019.


Nominations

Les nominations du Chef de l'Etat au Conseil des ministres du 14 novembre 2018

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz








Derniers tweets




Facebook

Actu d'Afrique

COTE D’IVOIRE : 767 milliards FCFA pour résoudre les problèmes persistants de balance des paiements

(Equonet-Dakar) - Les perspectives économiques du pays restent robustes, avec une croissance projetée à environ 7½ pour cent en 2018–19. Le déficit budgétaire devrait converger vers la norme régionale de l’UEMOA de 3 pour cent du PIB en 2019. Le programme vise à atteindre une position viable de la balance des paiements, à renforcer la mobilisation des recettes intérieures, à assurer la viabilité de la dette, ainsi qu’à favoriser une croissance inclusive et la réduction de la pauvreté.


Actu d'Europe

La croissance économique n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon l’OCDE

(Equonet-Dakar) - Le développement durable exige une vision plus globale que la croissance économique qui n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon un nouveau rapport du Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).