Connectez-vous S'inscrire

Biram FAYE, DG AEME : «L’utilisation rationnelle de l’énergie est une donnée fondamentale du PSE»


Rédigé le 7 Novembre 2017 à 10:02 | 0 commentaire(s) modifié le 7 Novembre 2017 - 10:04


L’Agence pour l’Economie et la Maitrise de l’Energie(AEME) a entamé depuis quelques temps une vaste campagne de sensibilisation sur les différentes formes d’économie d’énergie dans les foyers sénégalais. Après l’étape de Dakar, Thiès et Mbour, la vielle ville a accueilli l’équipe de l’AEME, avec à sa tête, son Directeur Général, Biram Faye.



(Ecofinance.sn Dakar) - Au cours de son séjour à Saint-Louis, le Directeur Général de l’AEME, a été reçu par toutes les autorités locales, coutumières, religieuses et administratives. Partout, où l’équipe de l’AEME est passée, le message a été le même : le gaspillage de l’énergie coûte cher à l’Etat, mais aussi aux ménages. Tous s’accordent à dire qu’il faut changement de comportement pour amener les Sénégalais à prendre conscience des enjeux de la maitrise de l’énergie. 
Parce qu’il y va pour le devenir du Sénégal. Surtout dans un contexte où le pays tend vers l’émergence. Dans ce sens, l’AEME a organisé des foras, des causeries dans les écoles, les quartiers et lieux publics de Saint-Louis, pour expliquer à la population locale l’importance de la consommation rationnelle de l’énergie. 
«L’énergie est une donnée fondamentale dans le PSE. Notre objectif avec les Lampes à Basse Consommation, c’est d’économiser l’équivalent d’une centrale de 68,7 mégawatts», indique Birame Faye. 
​«Nous avons deux objectifs qui nous sont fixés par l’Etat du Sénégal, à savoir travailler à réduire les factures de façon globale, parce que le président Macky Sall a placé son mandat sous le sceau de la rupture et de la rationalisation des dépenses publiques», a expliqué M. Faye, estimant que "beaucoup d’efforts ont été consentis". 
  
Dans le cadre de cette vision du chef de l’Etat, l’AEME travaille à réduire les factures de façon globale et la facture publique de l’électricité de l’Etat du Sénégal à hauteur de 10 à 15%, a indiqué son directeur, relevant que cette facture est estimée à 30 milliards de francs CFA. 
En effet, le programme mis en œuvre notamment dans le cadre de la correction des anomalies administratives a permis de faire des économies, sur trois mois seulement, à hauteur de 450 millions de francs CFA, avec un investissement de moins de 200 millions de francs CFA. 
A terme, c’est 1,5 milliards de francs CFA qui sont économisés par an dans le cadre de la diminution de la facture de l’Etat et dans le cadre de la correction seulement des anomalies administratives. 



Actualité | Economie | Finance | Innovation & Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe



Blog Relations médias

Conseil des ministres

SENEGAL : promulgation de la loi relative au PTIP 2019-2021 et la loi de Finances pour l’année 2019.

(Equonet-Dakar) - Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Président de la République a promulgué la loi portant approbation du Programme triennal d’investissements publics (PTIP) 2019-2021 ainsi que la loi de Finances pour l’année 2019.


Nominations

Les nominations du Chef de l'Etat au Conseil des ministres du 14 novembre 2018

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz








Derniers tweets




Facebook

Actu d'Afrique

AFRIQUE CENTRALE : la situation économique reste difficile, selon le FMI

(Equonet-Dakar) - Les efforts déployés continuellement par les pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) et les institutions régionales ont contribué à éviter une crise immédiate, mais la situation économique reste difficile dans la région.


Actu d'Europe

La croissance économique n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon l’OCDE

(Equonet-Dakar) - Le développement durable exige une vision plus globale que la croissance économique qui n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon un nouveau rapport du Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).