Connectez-vous S'inscrire
Sénégal : actualité économique et financière - equonet.net Afrique

Côte d’Ivoire : importante progression du Pib en 2019 et 2020 et pourrait être meilleur en 2021


Rédigé le 15 Mars 2021 à 07:15 | 0 commentaire(s) modifié le 17 Mars 2021 - 11:32

Massamba Ndakhté Gaye
Ndakhté M. GAYE est un rédacteur de contenu web et spécialiste des relations médias avec plusieurs... En savoir plus sur cet auteur

(Equonet-Dakar) – Les richesses produites par les acteurs économiques ivoiriens sont estimées à plus de 36 000 milliards Fcfa en 2020 et pourrait être plus en 2021.


La Côte d’Ivoire a enregistré une progression importante de son Produit Intérieur Brut (PIB) qui est passé de 27 086,2 milliards de FCFA en 2015 à 34 447,0 milliards de FCFA en 2019, soit une progression annuelle moyenne de 6,2 % en valeur nominale, indique une note d’information du pays publiée par l’Agence Umoa-Titre. Il est estimé à 36 044,0 milliards de FCFA en 2020 en tenant compte de la crise sanitaire du COVID 19 et pourrait atteindre 39 650,0 milliards de FCFA en 2021.

Croissance du Pib réel

«Les retombées du Plan National de Développement (PND, 2011-2015), la mise en œuvre du PND (2016- 2020) ainsi que les réformes structurelles visant à transformer l’économie ont permis à la Côte d’Ivoire de maintenir l’activité économique sur un sentier de croissance forte, stable et soutenue de l’ordre de 7,1 % sur la période 2015-2019», note le document.

Le taux de croissance du PIB réel est estimé à 6,9 % pour l’année 2019 et devrait connaître un ralentissement en 2020 (3,6 %) du fait de la situation sanitaire liée au COVID 19 mais aussi des risques potentiels liés aux élections présidentielles d’octobre 2020. Enfin, la croissance du PIB réel est projetée à 8,7 % en 2021.

Cette croissance soutenue est attribuée au dynamisme des secteurs secondaire et tertiaire en pleine mutation. Selon le document,  la bonne orientation de ces secteurs devrait se poursuivre sur la période 2020-2021 avec des taux de croissance annuels moyens respectifs de 8,5 % et 7,5 % pour le secondaire et le tertiaire.

«D’une manière générale, le secteur d’import-substitution a vu ses capacités de production s’accroître grâce à la reprise des investissements et de la consommation mais aussi du fait de l’amélioration du climat des affaires», souligne-t-il. Cette dynamique en faveur du secteur secondaire serait le signe d’une amorce, voire d’une accélération du processus d’industrialisation de la Côte d’Ivoire. «Cependant, la transformation des produits agricoles demeure encore insuffisante, avec un taux de transformation d’environ 20,0 % des produits bruts, notamment de 30,0 % pour le cacao et de 9,0 % pour l’anacarde»,  nuance-t-il.

Quant au secteur primaire, il est marqué par une dynamique contrastée fortement liée à la conjoncture internationale, notamment celle des cours des matières premières.

En effet, il a connu un ralentissement entre 2015 et 2016 avec un taux de croissance annuel moyen négatif de 0,4 %. Cette tendance s’est inversée sur la période 2017-2018 avec un taux de croissance de 3,3 % en 2017 et 5,3 % en 2018. Un ralentissement a été de nouveau observé en 2019 avec un taux de croissance estimé à 3,6 %. Le taux de croissance réel attendu pour ce sous-secteur serait de l’ordre de -2 % en 2020 et 3,2 % en 2021 en prenant en compte l’impact du COVID-19.

Décomposition du Pib en structure

Comme indiqué précédemment, l’analyse de l’évolution de la décomposition du PIB par secteur laisse apparaître quelques signes d’amorce, voire d’accélération du processus d’industrialisation. En effet, le secteur primaire affichait une contribution de 18,4 % en 2015 contre 15,7 % en 2019. Cette baisse devrait se poursuivre pour atteindre 15,0 % en 2021.

S’agissant du secteur secondaire, sa contribution était de 19,5 % en 2015 et a légèrement augmenté de 2,4 points en 2019 par rapport à 2015. Cette hausse devrait persister et la contribution attendue de ce secteur à l’horizon 2021 serait de 22,3 % selon les prévisions de la direction des Prévisions, des Politiques et Statistiques économiques (DPPSE).

Le secteur tertiaire a un poids important dans la structure du PIB. Sa contribution était de 46,2 % en 2015. Mais depuis, elle fluctue dans une fourchette de 43,0 %.



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise






Facebook


Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.