Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Veiller sur l'application des obligations du secteur extractif sénégalais.



Côte d’Ivoire : résumé de la balance des paiements 2019


Rédigé le 28 Décembre 2020 à 22:18 commentaire(s) modifié le 29 Décembre 2020 - 22:04


(Equonet-Dakar) – La Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao) a publié aujourd’hui la balance des paiements 2019 de la Côte d’Ivoire. Lire le résumé.


La croissance économique mondiale en 2019 a été plus faible que celle de l'année précédente. Elle a connu un recul de 0,7 point de pourcentage en 2019, en ressortant à 2,8% contre 3,5% en 2018, en liaison, notamment, avec les incertitudes liées au Brexit, les tensions commerciales entre les Etats-Unis et leurs partenaires commerciaux, notamment la Chine, ainsi que la montée des tensions géopolitiques au Moyen-Orient.

Dans les Etats membres de l'UEMOA, le taux de croissance s'est établi à 5,8% en 2019, après 6,6% en 2018.

Au plan national, en 2019, la croissance de l'activité économique a été moins forte. Le PIB a enregistré, en termes réels, une progression de 6,2%, après 6,9% en 2018.

Dans ce contexte, après un solde global positif de 284,6 milliards un an plus tôt, les paiements extérieurs se sont soldés, en 2019, par un excédent de 477,7 milliards.

En particulier, la balance des transactions courantes a enregistré un déficit, de 790,3 milliards (-2,3% du PIB), plus faible que celui de 2018 qui a été de 1.268,9 milliards (-3,9% du PIB), en relation avec l'amélioration de la balance commerciale des biens.

En effet, le solde excédentaire de la balance des biens a augmenté de 50,9%, en lien avec la hausse, en valeur, des exportations (+779,5 milliards) plus forte que celle des importations (+156,6 milliards).

Le déficit des services s'est creusé de 2,7% en 2019, en relation, notamment, avec la hausse du fret de marchandises, des services techniques, liés au commerce et autres services aux entreprises et la construction.

S'agissant du déficit du revenu primaire, il s'est aggravé de 8,9%, en passant de 904,9 milliards en 2018 à 985,8 milliards en 2019, du fait de la hausse des revenus d'investissements consécutive à l'augmentation des passifs financiers de l'économie vis-à-vis de l'étranger.

Quant au revenu secondaire, son déficit s'est accru de 9,2% par rapport à 2018. Cette aggravation du déficit est liée essentiellement à la progression des transferts personnels, principalement les fonds émis par les travailleurs migrants.

Pour ce qui est du solde positif du compte de capital, il s'est amélioré de 24,4%, grâce à l'augmentation des dons projets reçus par l'Administration publique au cours de l'année.

Le compte financier, sous la présentation optique BCEAO, affiche un solde négatif de 1.164,2 milliards, après celui de 1.471,1 milliards en 2018. Il ressort ainsi un accroissement net, plus faible, des engagements de l'économie vis-à-vis de l'étranger en 2019 par rapport à l'année 2018. Cette évolution s'explique notamment par le recul des flux financiers entrants au titre des investissements de portefeuille. Toutefois, les investissements directs étrangers et les autres investissements ont augmenté en 2019 par rapport à 2018.

Source : Bceao
Equonet


Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies