Connectez-vous S'inscrire

Côte d’Ivoire : une nouvelle sortie obligataire prévue avant mars 2018


Rédigé le 7 Février 2018 à 16:06 | 0 commentaire(s) modifié le 7 Février 2018 - 16:49


La Côte d’Ivoire prépare actuellement une nouvelle vente d’obligations sur les marchés de la dette. Cette première opération de l’année devrait introduire l’équivalent de 1,2 milliard de dollars d’obligations qui sera un mix entre obligations libellées en dollars, euros et franc CFA.



Côte d’Ivoire : une nouvelle sortie obligataire prévue avant mars 2018
La Côte d'Ivoire s'apprête à vendre l'équivalent de 1,2 milliard de dollars d'obligations sur les marchés internationaux de la dette. Les autorités monétaires ivoiriennes devront finaliser les modalités de cette opération, notamment les coûts d'emprunt avant que la Réserve fédérale américaine ne décide l'augmentation de ses taux.

Course contre la montre
Pour l'heure, les autorités ivoiriennes n'ont toujours pas désigné les conseillers chargés de piloter la cession de ses obligations et préparent un roadshow pour faciliter la vente de 1,2 milliard de dollars de titres de dette avant la fin du mois de mars. La Côte d'Ivoire proposera des titres libellés en dollars et en euros (entre 850 millions et 1 milliard d'euros) et une troisième tranche libellée en franc CFA indexé sur l'euro qui est utilisé par huit pays d'Afrique de l'Ouest.

La Côte d'Ivoire rejoint ainsi d'autres émetteurs d'Afrique subsaharienne, notamment le Nigeria et le Ghana ayant accélérés leurs préparatifs visant à introduire leurs obligations respectives sur les marchés internationaux au moment où la Fed maintient sa trajectoire de resserrement de la politique monétaire, poussant les taux à la hausse. D'ailleurs, les taux des obligations de la Côte d'Ivoire dont l'échéance est fixée pour mars 2028 (1 milliard de dollars d'encours), ont grimpé de 53 points de base pour atteindre 5,82% en janvier.

2017, l'année des obligations
Un rendement qui s'explique par l'effet de la liquidation mondiale des actions et des actifs des marchés émergents. La Côte d'Ivoire dispose également de 1,25 milliard de dollars d'obligations dont l'échéance est fixée pour juin 2033, dont le rendement a grimpé de 3 points, s'établissant à 6,13% le 6 février, son taux le plus élevé depuis le 22 novembre dernier.

Les 625 millions d'euros en obligations, introduit parallèlement aux 1,25 milliard de dollars disposent de leur côté d'une échéance de 8 ans, pour un taux de 5,1%. Ce qui a rapporté à la Côte d'Ivoire quelques 10 milliards de dollars aux enchères en juin dernier. Les pays africains ont pour rappel bénéficié d'un bon exercice 2017, marqué par la demande élevée d'actifs en provenance des marchés émergents, poussée par la conviction des investisseurs que la Fed augmentera à terme et de manière pondérée les taux d'intérêts. 
latribune afrique



Actualité | Economie | Finance | Innovation & Technologie | Social | Environnement | Equobusiness | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe



Blog Relations médias

Conseil des ministres

SENEGAL : promulgation de la loi relative au PTIP 2019-2021 et la loi de Finances pour l’année 2019.

(Equonet-Dakar) - Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Président de la République a promulgué la loi portant approbation du Programme triennal d’investissements publics (PTIP) 2019-2021 ainsi que la loi de Finances pour l’année 2019.


Nominations

Les nominations du Chef de l'Etat au Conseil des ministres du 14 novembre 2018

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz








Derniers tweets




Facebook

Actu d'Afrique

COTE D’IVOIRE : 767 milliards FCFA pour résoudre les problèmes persistants de balance des paiements

(Equonet-Dakar) - Les perspectives économiques du pays restent robustes, avec une croissance projetée à environ 7½ pour cent en 2018–19. Le déficit budgétaire devrait converger vers la norme régionale de l’UEMOA de 3 pour cent du PIB en 2019. Le programme vise à atteindre une position viable de la balance des paiements, à renforcer la mobilisation des recettes intérieures, à assurer la viabilité de la dette, ainsi qu’à favoriser une croissance inclusive et la réduction de la pauvreté.


Actu d'Europe

La croissance économique n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon l’OCDE

(Equonet-Dakar) - Le développement durable exige une vision plus globale que la croissance économique qui n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon un nouveau rapport du Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).