Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net

Covid19 : le fmi explique comment la pandémie est une menace pour le développement de l’Afrique subsaharienne


Rédigé le 16 Avril 2020 à 22:56 | 0 commentaire(s) modifié le 17 Avril 2020 - 22:13


(Equonet-Dakar) – Dans son focus pays, le Fonds monétaire international (FMI) présente six graphiques qui montrent comment COVID-19 est une menace sans précédent pour le développement en Afrique subsaharienne.


Dans l'ensemble, le PIB devrait se contracter de -1,6% en 2020, une révision à la baisse de 5,2 points de pourcentage par rapport à il y a six mois, indique le FMI dans ses dernières Perspectives économiques régionales: Afrique subsaharienne   .
Des mesures globales sont nécessaires pour limiter les pertes humanitaires et économiques. Malgré l'espace limité alloué à la crise, un soutien budgétaire opportun est crucial pour protéger les groupes vulnérables et assurer une reprise rapide lorsque la pandémie s'estompe.

«La capacité des pays d'Afrique subsaharienne à mettre en place la réponse budgétaire nécessaire nécessitera un financement extérieur suffisant à des conditions de subvention et de concession de la part de la communauté internationale», explique Abebe Aemro Selassie, directeur du département Afrique du FMI.

Voici six graphiques qui racontent l'histoire:

COVID-19 menace de déclencher une crise sanitaire sans précédent en Afrique subsaharienne. Au 13 avril, plus de 7 800 cas de COVID-19 avaient été confirmés dans 43 pays de la région. L'Afrique du Sud, le Cameroun et le Burkina Faso sont les plus touchés. La propagation rapide du virus, si elle n'est pas maîtrisée, menace de submerger les systèmes de santé fragiles et d'exiger un lourd tribut humanitaire.

Le choc sanitaire précipite une crise économique et bouleverse les moyens de subsistance de groupes déjà vulnérables. Les mesures de confinement et d'atténuation nécessaires pour ralentir la propagation du virus auront de graves répercussions sur l'activité économique. En outre, un verrouillage peut avoir des effets dévastateurs - par exemple sur l'insécurité alimentaire - sur les ménages qui vivent au jour le jour et ont un accès limité aux filets de sécurité sociale.

Les retombées d'un environnement extérieur qui se détériore rapidement aggravent les défis économiques auxquels est confrontée l'Afrique subsaharienne. Un net ralentissement de la croissance parmi les principaux partenaires commerciaux réduit la demande extérieure. En outre, le resserrement des conditions financières mondiales réduit les flux d'investissement et aggrave les pressions externes. Enfin, une forte baisse des prix des produits de base, en particulier du pétrole, aggrave les difficultés dans certaines des plus grandes économies de la région à forte intensité de ressources.

Le PIB de l'Afrique subsaharienne devrait se contracter de -1,6% cette année, la pire lecture jamais enregistrée. Bien que l'effet entre les pays devrait différer en fonction de facteurs tels que l'étendue de la diversification et la dépendance à l'égard du tourisme, aucun pays ne sera épargné. Par rapport aux projections faites il y a six mois, la croissance pour 2020 a été revue à la baisse pour tous les pays de la région.

Un soutien budgétaire opportun est essentiel pour limiter les pertes humanitaires et économiques. Il est essentiel d'augmenter les dépenses de santé, quels que soient l'espace budgétaire et le niveau d'endettement. Étant donné la nature importante mais temporaire du choc, un certain soutien budgétaire discrétionnaire est justifié, même dans les pays disposant de peu d'espace. L'accent devrait être mis sur des mesures ciblées qui atténuent les contraintes de liquidité des entreprises et des ménages vulnérables.
Pour les pays confrontés à des contraintes de financement, en particulier les exportateurs de pétrole où le choc est susceptible d'être plus durable, l'objectif devrait être de procéder à des ajustements des dépenses bien rythmés et favorables à la croissance qui cherchent à générer des ressources pour les dépenses sociales, tout en mobilisant des la communauté des donateurs.

Un effort global et coordonné de tous les partenaires de développement est essentiel pour répondre efficacement à cette crise. La capacité des pays à mettre en place la réponse budgétaire requise est fortement tributaire d'un financement extérieur suffisant et de subventions à des conditions concessionnelles mises à disposition par la communauté financière internationale. Sans financement adéquat, des problèmes temporaires de liquidité pourraient se transformer en problèmes de solvabilité, entraînant des effets à long terme de la crise COVID-19 sur l'activité économique.
Equonet



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 27 mai 2020

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le Conseil des ministres, le mercredi 27 mai 2020, à 10 heures, au palais de la République.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 27 mai 2020

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce mercredi 27 mai 2020.


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.