Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net

En Afrique subsaharienne, il y a plus de comptes mobile que de comptes bancaires


Rédigé le 14 Février 2019 à 18:55 | 0 commentaire(s) modifié le 15 Février 2019 - 16:01


(Equonet-Dakar) - Les comptes d'argent mobile dépassent maintenant les comptes bancaires dans la région et une plus grande inclusion financière a profité à de larges couches de la population, note le Fonds monétaire international (FMI) dans son blog.


«Si l'accès aux services bancaires traditionnels reste presque un mirage pour la plupart des africains, la disponibilité quasi universelle des téléphones mobiles a permis à des millions de personnes d'accéder à des services d'argent mobile. Les comptes d'argent mobile surpassent maintenant les comptes bancaires dans la région et une plus grande inclusion financière a profité à de larges couches de la population qui n'a toujours pas accès à ses ressources, notamment les pauvres, les jeunes et les femmes», souligne Amadou NR Sy, auteur du texte.

D’après lui, l'Afrique subsaharienne est la seule région du monde où près de 10 pour cent du produit intérieur brut (PIB) des transactions se font via l'argent mobile. Cela se compare à seulement 7 pour cent du PIB en Asie et à moins de 2 pour cent du PIB dans les autres régions.

«La plupart des utilisateurs africains comptent désormais sur les paiements mobiles pour envoyer et recevoir de l'argent sur leur territoire. De plus en plus, ils profitent des nouveaux services pour envoyer et recevoir de l’argent à l’international. En outre, ils utilisent l'argent mobile pour payer leurs factures, recevoir leurs salaires et payer des biens et des services», souligne-t-il.

Remonter la chaîne de valeur des services financiers

L’innovation permet aux africains d’avancer dans la «chaîne de valeur des services financiers». Depuis les paiements mobiles, les clients de l’Afrique subsaharienne ont désormais accès à la banque mobile et à d’autres services en ouvrant des comptes d’épargne, en contractant des prêts, en contractant des assurances et en investissant dans des Titres d'État ou sur les marchés boursiers avec quelques touches de leur téléphone portable. Ils peuvent même «emprunter» de l'électricité et payer plus tard au lieu de rester dans le noir.

Les nouvelles innovations en fintech progressent rapidement. De nouvelles technologies sont en cours de développement et de mise en œuvre sur le continent et elles pourraient potentiellement apporter d’importants avantages à l’Afrique. Conscients de cela, les investisseurs étrangers ont renforcé leur soutien aux sociétés de fintech africaines, qui développent des solutions adaptées à la région, par exemple, pour répondre à la vitesse relativement faible de l'internet dans certaines régions. La chute des prix des smartphones aidera également la région à tirer parti des solutions Internet.

Plus grande inclusion numérique et innovation

Dans son nouveau papier  , il suggère que le défi consiste maintenant pour le continent à tirer parti de ce succès dans l'argent mobile. Il doit passer à d’autres services de technologie financière et à une économie numérique. Selon lui, une inclusion numérique et une innovation plus grandes stimuleront non seulement la croissance économique, mais également une croissance générant de nouveaux emplois - la principale préoccupation d'un continent qui verra plus de la moitié de la croissance démographique mondiale atteindre 2050.

Il estime que l’Afrique est bien placée pour relever les défis de la fintech et du numérique et, avec les bonnes politiques en place, elle pourrait récolter un «dividende numérique». Mais il en appelle d’abord, aux décideurs qui doivent combler le grand déficit en infrastructures existant dans la région, à commencer par l’électricité et Internet.

Deuxièmement, il pense que l’Afrique devra trouver un équilibre entre les demandes permanentes d’innovations en évolution rapide et le rythme plus lent de la réglementation. «Une bonne réglementation est nécessaire, mais freiner l'innovation serait coûteux», note-t-il.

Fintech au-delà des services financiers

Enfin, un message aux décideurs politiques et aux entrepreneurs: l’auteur du texte leur demande de considérez le potentiel de la technologie financière au-delà des limites étroites des services financiers. Pour lui, cette ressource inexploitée peut aider à créer des emplois et à augmenter la productivité des travailleurs et des entreprises. 

«À terme, la technologie financière pourrait être le tremplin essentiel vers une économie numérique pour l’Afrique, un continent où la plupart des pays dépendent encore trop de quelques secteurs dominants. La fintech - si elle est bien exploitée - pourrait pourtant s'avérer la clé de cette transformation structurelle», indique-t-il.
 
Equonet



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 01 avril 2020

(Equonet-Dakar) - Le Conseil des ministres s’est exceptionnellement tenu ce mercredi 1er avril 2020 en visioconférence, sous la présidence du chef de l’Etat, Macky Sall.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 18 mars 2020

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations. Lire le communiqué.


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

Covid-19 : l'impact économique sera sévère en Europe

(Equonet-Dakar) - Dans sa série fournissant une analyse régionale sur les effets du coronavirus, le blog du Fmi analyse son impact économique qui sera sévère en Europe. Suivez les explications de Poul M. Thomsen, auteur de cet article.