Connectez-vous S'inscrire
Sénégal : actualité économique et financière - equonet.net Afrique

Jamila Ben Baba : l’histoire passionnante d’une femme qui s’est battue pour se frayer un chemin dans l’industrie du bœuf au Mali


Rédigé le 9 Mars 2021 à 17:39 | 0 commentaire(s) modifié le 10 Mars 2021 - 17:25


(Equonet-Dakar) - Jamila Ben Baba a défié les attentes fondées sur le sexe pour devenir PDG de Laham Industrie. IFC, Banque mondiale, raconte son histoire.


«Quand je m'assois à la table, ils pensent que je ne suis que l'assistant du réalisateur», déclare Jamila Ben Baba, PDG d'un transformateur de viande certifié international au Mali.

Jamila est en fait la seule femme PDG du secteur de la transformation de la viande, traditionnellement dominé par les hommes au Mali. Elle a grandi dans un pays où peu de femmes sont autorisées à prendre des décisions critiques  sur des questions importantes telles que les soins de santé ou les budgets des ménages.

Son père, un commerçant de thé et de tabac prospère et très respecté, lui a appris, à elle et à ses sœurs, l'art de faire des affaires à un jeune âge. Elle se souvient avoir sauté des activités après l'école - et avoir manqué des lieux de rencontre avec des amis - pour aider son père dans ses tâches administratives.

Son chemin est unique. À ce jour, la plupart des femmes actives travaillent dans le secteur informel et dépendent de leur mari pour accéder au crédit et à la terre.

«Dans notre communauté, les femmes ne travaillaient pas», a déclaré Jamila. «Mais mon père a insisté sur mes sœurs et je ne devrais compter sur personne. Il faut se surpasser pour réussir, disait-il. Les jeunes femmes d'aujourd'hui doivent «poursuivre le combat et éviter les pièges». »

Des décennies plus tard, Jamila prend toujours à cœur ce conseil et attribue à son père le mérite d'avoir suscité son désir de réussir dans une société dominée par les hommes. Elle estime qu'il reste encore beaucoup à faire pour aider les femmes à devenir des acteurs économiques à part entière au Mali. Une grande partie de cela est l'accès au financement, dit-elle.

Figure calme mais autoritaire, elle s'est mariée, puis a fait ses études en école de commerce à Paris. De retour en Afrique, elle s'est rendue en Guinée où elle a dirigé un concessionnaire automobile Toyota, puis est retournée chez elle pour prendre la tête de l'association nationale des producteurs de thé du Mali. Toujours pleine d'ambition, elle a ensuite construit son propre hôtel à Bamako.

«La plupart du temps, j'oublie juste que je suis une femme. Ce qui me motive, c'est le défi. Je sais que les obstacles sont là et je travaille encore plus dur pour les éliminer », a-t-elle déclaré.

Elle apprendrait bientôt que la situation n'était pas différente dans le secteur de la viande, une industrie traditionnellement dirigée par des hommes et régimentée par des règles tacites et une concurrence féroce.

Ce fut un autre voyage à une foire agricole historique à Paris qui a inspiré sa dernière - et peut-être la plus exigeante - entreprise. «J'avais toujours rêvé de promouvoir les produits locaux de mon pays d'origine, mais ce n'est qu'en assistant à l'événement que j'ai réalisé à quel point la viande était importante. Le Mali est le principal producteur de bétail de la sous-région, alors je viens de dire à moi-même: pourquoi ne pas en profiter? "

En 2016, la mère de quatre enfants a passé un an et demi à construire un abattoir moderne à Kayes, à 400 miles de la capitale du Mali, Bamako. Elle a ensuite embauché et formé 40 conditionneurs de viande et lancé Laham Industrie, qui s'approvisionne aujourd'hui en viande auprès de 700 bergers, distribuant chaque mois 80 tonnes de bœuf à ses propres boucheries à travers le pays.

Bien que les conditions de sécurité dans le pays se soient détériorées, Jamila Ben Baba reste très active. Elle insiste pour visiter l'abattoir le plus souvent possible.

«Juste pour vous donner une idée de combien les consommateurs apprécient nos produits, nous avons des clients aux revenus modestes qui viennent dans nos boucheries pour dépenser 500 FCFA (1 $) en viande. C'est un signe de notre qualité qui nous fait vraiment plaisir. "

Fin 2019, Laham Industrie a reçu le soutien du programme de conseil en matière de sécurité alimentaire en Afrique  d' IFC  , aidant l'entreprise à obtenir deux certifications mondialement reconnues pour la gestion de la sécurité alimentaire, connues dans l'industrie sous les noms «HACCP» et «ISO 22000».

«Dans cet environnement, il faut se battre tous les jours pour avoir des locaux propres. Vous devez former vos employés à respecter les règles, alors qu'en Europe, ces choses sont considérées comme acquises. "

Maintenant que sa viande est certifiée, elle envisage d'approcher - entre autres - un nouveau client potentiel: la Mission des Nations Unies au Mali.

Grâce au projet d'appui à la compétitivité agro-industrielle de la Banque mondiale au Mali, Laham Industrie a reçu un soutien supplémentaire pour professionnaliser 48 éleveurs dans le cadre de la chaîne d'approvisionnement, rédiger des contrats, embaucher des vétérinaires via la Banque mondiale et traquer le bétail.

En 2020, la pandémie COVID-19 s'est avérée un défi de taille pour Laham Industrie. Alors que les frontières internationales se fermaient, les exportations lucratives de viande de Laham vers le Sénégal se sont soudainement arrêtées. Les hôtels et restaurants de Bamako ont fermé leurs portes, obligeant Laham à licencier 30 employés. Pour couronner le tout, Jamila a contracté le COVID-19, tout comme de nombreux collègues de son bureau de Bamako.

La société est désormais en difficulté, mais les ventes restent fortes grâce aux commandes de grands groupes miniers opérant à travers le Mali. «Il faut savoir comment perdre de l'argent pour gagner de l'argent», dit-elle.

Jamila Ben Baba reste remarquablement résiliente. «J'ai rencontré beaucoup de difficultés au cours de ma vie, mais je n'ai jamais abandonné. Les difficultés vont et viennent, et c'est ce qui nous rend plus forts afin que nous puissions affronter les tempêtes à venir.

Source: 
https://www.ifc.org/wps/wcm/connect/news_ext_content/ifc_external_corporate_site/news+and+events/news/mali-beef 

Nicolas Douillet et Kouame N'dri, IFC



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise






Facebook


Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.