Connectez-vous S'inscrire
Sénégal : actualité économique et financière - equonet.net Afrique

L’Afrique doit ajouter de la valeur à ses noix de cajou en la transformant pour en tirer meilleur profit


Rédigé le 16 Avril 2021 à 12:28 | 0 commentaire(s) modifié le 18 Avril 2021 - 17:17

Massamba Ndakhté Gaye
Ndakhté M. GAYE est un rédacteur de contenu web et spécialiste des relations médias avec plusieurs... En savoir plus sur cet auteur

(Equonet-Dakar) - Le continent cultive la plupart des noix de cajou brutes du monde, mais n'en transforme qu'une fraction, passant à côté d'une multitude d'opportunités offertes par l'explosion de la demande mondiale.


Le marché mondial des noix de cajou est en plein essor, mais les pays africains dont l'offre mondiale augmente de plus de la moitié ne profitent pas, selon un rapport de la CNUCED, en raison de leur manque d'industries de transformation.

Entre 2000 et 2018, le commerce mondial de noix de cajou brutes a plus que doublé pour atteindre 2,1 milliards de kilogrammes, et les producteurs africains - menés par la Côte d'Ivoire - ont représenté près des deux tiers de la croissance.

Mais les agriculteurs et les exportateurs du continent n'obtiennent qu'une fraction du prix de détail final, selon le rapport, les produits en un coup d'œil: numéro spécial sur les noix de cajou  .

«Les pays qui cultivent des noix de cajou mais ne les transforment pas à une échelle significative ne conservent qu'une petite partie de la valeur créée lorsque la noix se déplace de la ferme au magasin», a déclaré Miho Shirotori, qui dirige les travaux de la CNUCED sur les négociations commerciales et la diplomatie commerciale.

«Les agriculteurs, les exportateurs et les travailleurs africains manquent de nombreuses opportunités», a déclaré Mme Shirotori.

Comment les Africains passent à côté

Les noix de cajou prospèrent dans les climats tropicaux de 20 pays d'Afrique occidentale et orientale, où environ 90% des noix de cajou brutes commercialisées sur le marché mondial sont cultivées. Derrière la Côte d'Ivoire, les principaux producteurs sont la Tanzanie, le Nigéria, le Bénin, la Guinée-Bissau, le Mozambique et le Ghana.

Mais moins de 15% des noix du continent sont décortiquées sur le sol africain. Le reste est principalement exporté vers l'Asie, où 85% des noix de cajou du monde sont décortiquées, ce qui ajoute de la valeur à la marchandise. Seuls deux pays asiatiques - l'Inde et le Viet Nam - ont représenté environ 98% des importations mondiales de noix de cajou brutes entre 2014 et 2018.

Encore plus de valeur est ajoutée en Europe et en Amérique du Nord, où 60% des amandes commercialisées sont torréfiées, salées, emballées et consommées comme collation ou ingrédient dans une boisson, un bar ou un autre produit.

Le coût d'un traitement limité

Bien qu'il soit difficile de calculer combien les Africains perdent, le rapport fournit des calculs indicatifs.

En 2018, par exemple, le prix à l'exportation des noix de cajou de l'Inde vers l'Union européenne était environ 3,5 fois plus élevé que celui payé aux producteurs de noix de cajou en Côte d'Ivoire - une différence de prix de 250%.

Et après la transformation secondaire dans l'UE, le prix des amandes de cajou était environ 2,5 fois plus élevé que lorsqu'ils étaient exportés de l'Inde - et environ 8,5 fois plus que lorsqu'ils ont quitté la ferme en Côte d'Ivoire.

«Cela montre le potentiel de création de valeur dans les pays africains producteurs de noix de cajou, dont 14 sont classés comme« les moins avancés »», a déclaré Mme Shirotori. «Et la création de valeur peut conduire à de meilleurs salaires pour les travailleurs et plus d'argent pour l'économie locale.»

Les noix de cajou peuvent contribuer à réduire la pauvreté

Le rapport met en évidence le potentiel des noix de cajou à contribuer aux objectifs de développement durable des Nations Unies, en particulier celui sur la réduction de la pauvreté.

«Étant donné que la production a généralement lieu dans les petites exploitations des zones rurales, il existe un lien direct entre la valeur ajoutée dans le secteur de la noix de cajou et la réduction de la pauvreté», écrivent les auteurs, soulignant que les noix de cajou sont une source de revenus pour environ 3 millions de petits exploitants. agriculteurs en Afrique.

Bien que le potentiel inexploité de réduction de la pauvreté de la noix de cajou soit le plus élevé en Afrique, il est également valable pour les autres pays où il est cultivé en Asie et en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Le rapport souligne que les 46 pays producteurs de noix de cajou «à grande échelle» sont des économies en développement, dont 18 sont classés comme «pays les moins avancés» (PMA).

«L'Afrique n'est pas au centre du rapport», a déclaré Stefan Csordas, auteur principal du rapport. «Mais étant donné que le continent produit plus de la moitié de l'offre mondiale et que c'est là que se trouvent 14 des PMA producteurs de noix de cajou, l'Afrique figure en bonne place dans l'analyse.»

Une douzaine des autres pays qui cultivent la noix sont asiatiques (quatre sont des PMA) - représentant 43% de la production mondiale - et 14 se trouvent dans la région d'Amérique latine et des Caraïbes, qui produit 5% de l'offre mondiale.




Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise






Facebook


Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.