Connectez-vous S'inscrire
Sénégal : afrique info, actualité économique et financière - equonet.net Afrique

L'économie mondiale devrait croître de 5,6 % en 2021, le rythme post-récession le plus rapide en 80 ans, en grande partie grâce aux forts rebonds de quelques grandes économies. Cependant, de nombreux marchés émergents et économies en développement co


Rédigé le 8 Juin 2021 à 19:47 | 0 commentaire(s) modifié le 9 Juin 2021 - 12:54


(Equonet-Dakar) – La Banque mondiale annonce une reprise mondiale forte mais inégale du fait que de nombreux pays en développement luttent contre les effets durales de la pandémie.


L'économie mondiale devrait croître de 5,6 % en 2021, le rythme post-récession le plus rapide en 80 ans, en grande partie grâce aux forts rebonds de quelques grandes économies. Cependant, de nombreux marchés émergents et économies en développement continuent de lutter contre la pandémie de COVID-19 et ses conséquences, indique la Banque mondiale dans ses Perspectives économiques mondiales de juin 2021.  

Malgré la reprise, la production mondiale sera d'environ 2% inférieure aux projections d'avant la pandémie d'ici la fin de cette année. Les pertes de revenu par habitant ne seront pas compensées d'ici 2022 pour environ les deux tiers des pays émergents et des économies en développement. Dans les économies à faible revenu, où la vaccination a pris du retard, les effets de la pandémie ont inversé les gains de réduction de la pauvreté et aggravé l'insécurité et d'autres défis de longue date.

« Bien qu'il y ait des signes encourageants de reprise mondiale, la pandémie continue d'infliger la pauvreté et les inégalités aux populations des pays en développement du monde entier », a déclaré le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass . « Des efforts coordonnés à l'échelle mondiale sont essentiels pour accélérer la distribution de vaccins et l'allégement de la dette, en particulier pour les pays à faible revenu. Alors que la crise sanitaire s'atténue, les décideurs devront s'attaquer aux effets durables de la pandémie et prendre des mesures pour stimuler une croissance verte, résiliente et inclusive tout en préservant la stabilité macroéconomique. »

Parmi les grandes économies, la croissance américaine devrait atteindre 6,8% cette année, reflétant un soutien budgétaire à grande échelle et l'assouplissement des restrictions liées à la pandémie. La croissance dans d'autres économies avancées se raffermit également, mais dans une moindre mesure. Parmi les marchés émergents et les économies en développement, la Chine devrait rebondir à 8,5% cette année, reflétant la libération de la demande refoulée. 

Les économies des marchés émergents et en développement en tant que groupe devraient croître de 6 % cette année, soutenues par une demande plus élevée et des prix élevés des matières premières. Cependant, la reprise dans de nombreux pays est freinée par une résurgence des cas de COVID-19 et le retard des progrès de la vaccination, ainsi que par le retrait du soutien politique dans certains cas. Hors Chine, le rebond dans ce groupe de pays devrait être plus modeste de 4,4 %. La reprise parmi les marchés émergents et les économies en développement devrait se modérer à 4,7% en 2022. Malgré cela, les gains dans ce groupe d'économies ne sont pas suffisants pour récupérer les pertes subies pendant la récession de 2020, et la production en 2022 devrait être inférieure de 4,1% projections pré-pandémiques.

Le revenu par habitant dans de nombreux marchés émergents et économies en développement devrait également rester inférieur aux niveaux d'avant la pandémie, et les pertes devraient aggraver les privations associées à la santé, à l'éducation et au niveau de vie. On s'attendait à ce que les principaux moteurs de la croissance perdent leur élan avant même la crise du COVID-19, et la tendance est susceptible d'être amplifiée par les effets cicatrisants de la pandémie.

La croissance dans les économies à faible revenu cette année devrait être la plus lente des 20 dernières années, à part 2020, reflétant en partie le rythme très lent de la vaccination. Les économies à faible revenu devraient augmenter de 2,9 % en 2021 avant de remonter à 4,7 % en 2022. Le niveau de production du groupe en 2022 devrait être de 4,9 % inférieur aux projections d'avant la pandémie.

Une section analytique du rapport sur les perspectives économiques mondiales examine comment la réduction des coûts du commerce, telles que la lourdeur de la logistique et des procédures frontalières, pourrait aider à renforcer la reprise parmi les pays émergents et les économies en développement en facilitant le commerce. Malgré une baisse au cours des 15 dernières années, les coûts du commerce restent près de la moitié plus élevés dans ces pays que dans les économies avancées, en grande partie en raison des coûts d'expédition et de logistique plus élevés. Les efforts visant à rationaliser les processus commerciaux et les exigences de dédouanement, pour permettre une meilleure infrastructure de transport et une meilleure gouvernance, encourager un plus grand partage d'informations et renforcer la concurrence dans la logistique nationale, le commerce de détail et le commerce de gros pourraient entraîner des économies considérables.

« Les liens à travers le commerce et les chaînes de valeur mondiales ont été un moteur essentiel du progrès économique pour les économies en développement et ont permis à de nombreuses personnes de sortir de la pauvreté. Cependant, au vu des tendances actuelles, la croissance du commerce mondial devrait ralentir au cours de la prochaine décennie », a déclaré Indermit Gill, vice-président du Groupe de la Banque mondiale pour la croissance équitable et les institutions financières . « Alors que les économies en développement se remettent de la pandémie de COVID-19, la réduction des coûts du commerce peut créer un environnement propice au réengagement dans les chaînes d'approvisionnement mondiales et à la relance de la croissance du commerce. »

Une autre section du rapport fournit une analyse du rebond de l'inflation mondiale qui a accompagné la reprise de l'activité économique. La récession mondiale de 2020 a entraîné la plus faible baisse de l'inflation et la reprise d'inflation subséquente la plus rapide des cinq dernières récessions mondiales. Alors que l'inflation mondiale devrait continuer à augmenter pendant le reste de l'année, l'inflation devrait rester dans les fourchettes cibles dans la plupart des pays qui ciblent l'inflation. Dans les pays émergents et les économies en développement où l'inflation dépasse l'objectif, une réponse de politique monétaire peut ne pas être justifiée à condition qu'elle soit temporaire et que les anticipations d'inflation restent bien ancrées.

« Une inflation mondiale plus élevée pourrait compliquer les choix politiques des pays émergents et des économies en développement dans les mois à venir, car certaines de ces économies dépendent toujours de mesures de soutien expansionnistes pour assurer une reprise durable », a déclaré Ayhan Kose, directeur du Groupe des perspectives de la Banque mondiale . « À moins que les risques liés à une dette record ne soient pris en compte, ces économies restent vulnérables aux tensions sur les marchés financiers si le sentiment de risque des investisseurs se détériore en raison des pressions inflationnistes dans les économies avancées. »

La hausse des prix des denrées alimentaires et l'accélération de l'inflation globale peuvent également aggraver les problèmes liés à l'insécurité alimentaire dans les pays à faible revenu. Les décideurs politiques de ces pays devraient veiller à ce que la hausse des taux d'inflation n'entraîne pas un désancrage des anticipations d'inflation et résister aux subventions ou au contrôle des prix pour éviter d'exercer une pression à la hausse sur les prix alimentaires mondiaux. Au lieu de cela, des politiques axées sur l'intensification des programmes de filets de sécurité sociale, l'amélioration de la logistique et la résilience climatique de l'approvisionnement alimentaire local seraient plus utiles.
 
Equonet



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise







Facebook


Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.