Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net Sénégal : afrique info, actualité économique et financière - equonet.net Afrique

La richesse mondiale a augmenté, mais au détriment de la prospérité future


Rédigé le 28 Octobre 2021 à 08:00 | 0 commentaire(s) modifié le 1 Novembre 2021 - 12:13


(Equonet-Dakar) - Le rapport de la Banque mondiale fournit des données pour une vision plus complète de la croissance économique et de la durabilité ; constate que la part de la richesse mondiale totale dans le capital naturel renouvelable diminue et est menacée par le changement climatique.


La richesse mondiale a globalement augmenté, mais au détriment de la prospérité future et en exacerbant les inégalités, selon le nouveau rapport de la Banque mondiale sur l' évolution de la richesse des nations publié aujourd'hui.

Les pays qui épuisent leurs ressources au profit de gains à court terme mettent leurs économies sur une voie de développement non durable. Alors que des indicateurs tels que le produit intérieur brut (PIB) sont traditionnellement utilisés pour mesurer la croissance économique, le rapport insiste sur l'importance de prendre en compte le capital naturel, humain et produit pour comprendre si la croissance est durable.

The Changing Wealth of Nations 2021 suit la richesse de 146 pays entre 1995 et 2018, en mesurant la valeur économique du capital naturel renouvelable (comme les forêts, les terres cultivées et les ressources océaniques), le capital naturel non renouvelable (comme les minéraux et les combustibles fossiles), capital humain (gains au cours de la vie d'une personne), capital produit (tels que bâtiments et infrastructures) et avoirs étrangers nets. Le rapport rend compte pour la première fois du capital naturel bleu – sous la forme de mangroves et de pêcheries océaniques.

« Une compréhension plus approfondie et plus nuancée de la durabilité de la richesse est cruciale pour un avenir vert, résilient et inclusif », a déclaré Mari Pangestu, directrice générale des politiques de développement et des partenariats de la Banque mondiale . « Il est essentiel que le capital naturel renouvelable et le capital humain reçoivent la même importance que les sources plus traditionnelles de croissance économique, afin que les décideurs politiques prennent des mesures pour permettre la prospérité à long terme. »

Selon le rapport, la richesse mondiale a considérablement augmenté entre 1995 et 2018, et les pays à revenu intermédiaire rattrapent les pays à revenu élevé. Cependant, la prospérité croissante s'est accompagnée d'une gestion non durable de certains actifs naturels. Les pays à revenu faible et intermédiaire ont vu leur richesse forestière par habitant baisser de 8 % entre 1995 et 2018, reflétant une déforestation importante. Pendant ce temps, la valeur des stocks mondiaux de poissons marins s'est effondrée de 83 % en raison d'une mauvaise gestion et de la surpêche au cours de la même période. Les impacts projetés du changement climatique pourraient exacerber ces tendances.

En outre, une mauvaise évaluation des actifs tels que les combustibles fossiles émetteurs de carbone peut entraîner une surévaluation et une surconsommation. Le développement peut être placé sur une voie plus durable en adoptant une vision globale de la richesse et en mettant en place des mesures politiques, notamment la tarification du carbone, pour mieux valoriser et entretenir les actifs tels que les forêts, les mangroves et le capital humain.

L'inégalité mondiale des richesses augmente, indique le rapport. La part des pays à faible revenu dans la richesse mondiale a peu changé entre 1995 et 2018, restant inférieure à 1 % de la richesse mondiale, alors qu'elles représentent environ 8 % de la population mondiale. Plus d'un tiers des pays à faible revenu ont vu leur richesse par habitant diminuer. Les pays dont la richesse diminue ont également tendance à dégrader leur base d'actifs naturels renouvelables. Pour les pays à faible revenu, la gestion appropriée du capital naturel renouvelable, qui représente 23 % de leur richesse, reste cruciale.

À l'échelle mondiale, la part de la richesse totale dans le capital naturel renouvelable (forêts, terres cultivées et ressources océaniques) diminue et est encore plus menacée par le changement climatique. Dans le même temps, le capital naturel renouvelable devient de plus en plus précieux car il fournit des services écosystémiques essentiels. Par exemple, la valeur des mangroves pour la protection contre les inondations côtières a augmenté de plus de 2,5 fois depuis 1995 pour atteindre plus de 547 milliards de dollars en 2018. La valeur des aires protégées par kilomètre carré a également rapidement augmenté.

« The Changing Wealth of Nations fournit les données et les analyses pour aider les gouvernements à obtenir des prix et des politiques adaptés au développement durable », a déclaré Karin Kemper, directrice mondiale de la Banque mondiale pour l'environnement, les ressources naturelles et l'économie bleue . « En ignorant les impacts de la pollution et du réchauffement climatique, les actifs liés aux combustibles fossiles ont été historiquement surévalués, tandis que les actifs qui contribuent à l'atténuation du changement climatique, comme les forêts, sont sous-évalués. »

Le rapport montre que le capital humain, mesuré comme les gains attendus de la population au cours de sa vie, est la plus grande source de richesse mondiale, représentant 64 % de la richesse mondiale totale en 2018. Les pays à revenu intermédiaire ont accru leur investissement dans le capital humain et ont à leur tour enregistré des augmentations significatives de leur part de la richesse mondiale en capital humain.

Bien que les effets à long terme de la pandémie de COVID-19 soient encore inconnus, les pays à faible revenu sont susceptibles de subir les impacts les plus graves, avec une perte prévue de 14% du capital humain total. Le capital humain est en outre limité par les écarts entre les sexes dans toutes les régions et tous les groupes de revenus, avec peu d'amélioration depuis 1995. La qualité de l'air a également de graves conséquences à la fois pour le capital humain et le changement climatique, et est responsable de plus de 6 millions de décès prématurés chaque année.

La richesse en capital naturel non renouvelable (minéraux, combustibles fossiles) a diminué depuis 2014, principalement en raison de la chute des prix des matières premières. Le rapport examine les impacts prévus d'une transition à faible émission de carbone et des taxes d'ajustement du carbone aux frontières sur la richesse en combustibles fossiles et fournit des recommandations pour gérer les risques économiques posés aux pays tributaires des ressources. Les pays qui dépendent fortement de la richesse en combustibles fossiles se sont avérés avoir une part plus faible de la richesse provenant du capital humain, malgré leurs niveaux de revenu élevés, le capital humain ne représentant que 34% de leur richesse.

Le rapport décrit plusieurs priorités pour les décideurs politiques afin de diversifier et de rééquilibrer leurs portefeuilles nationaux afin d'être plus résilients et durables. Il recommande d'investir activement dans les biens publics tels que l'éducation, la santé et la nature, afin d'éviter un épuisement non durable et de gérer les risques futurs. Les recommandations comprennent également des mesures politiques et tarifaires qui contribuent à refléter la valeur sociale des actifs et à orienter l'investissement privé vers de meilleurs résultats pour tous. Cela peut inclure, par exemple, des actions telles que la réaffectation des subventions à la pêche et la prise de mesures pour tarifer le carbone et promouvoir les énergies renouvelables.

Téléchargez la richesse changeante des nations 2021 ici  .

Equonet



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise







Facebook


Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.