Connectez-vous S'inscrire

La situation budgétaire de la Guinée Bissau reste sous tension, avec un important déficit de financement pour 2019


Rédigé le 11 Mai 2019 à 13:58 | 0 commentaire(s) modifié le 13 Mai 2019 - 12:09


(Equonet-.net) – Après avoir achevé leur visite en Guinée-Bissau, les services du FMI relève une situation budgétaire qui reste sous tension, avec un important déficit de financement pour 2019. Cependant, ils notent un mouvement prometteur en faveur du règlement des différends relatifs au sauvetage des banques annulé par le gouvernement en 2015. Les autorités ont exprimé un vif intérêt pour un nouveau programme soutenu par le FMI.


Une équipe du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par Tobias Rasmussen, s'est rendue en Guinée-Bissau du 6 au 10 mai pour évaluer la situation budgétaire, discuter de l'évolution du secteur financier et explorer l'intérêt des autorités pour un nouvel accord avec le FMI.
À la fin de la visite, M. Rasmussen a publié la déclaration suivante:

«La situation budgétaire de la Guinée-Bissau reste sous tension. En raison principalement de dépenses plus élevées que prévu, le déficit public du début de 2019 était nettement plus important que prévu dans le projet de budget. Le déficit était également beaucoup plus important que pour la même période en 2018, où il atteignait environ 5,1% du PIB en termes d'engagement. Dans le même temps, les pressions financières ont augmenté, entraînant une augmentation du solde des factures impayées. Dans les conditions actuelles, le déficit de financement pour 2019 est estimé à environ 3% du PIB. Une production plus élevée de noix de cajou devrait contribuer à faire passer la croissance du PIB réel d'environ 3,8% en 2018 à environ 5% en 2019, mais des prix plus bas impliquent des risques pour l'activité économique et la collecte des recettes publiques.

«Les discussions ont porté sur les mesures à prendre pour assurer la viabilité des finances publiques et renforcer la gestion des finances publiques. Une combinaison globale d’augmentation de la mobilisation des recettes, de resserrement des dépenses et de recherche de financements supplémentaires sera nécessaire pour réduire le déficit, garantir le paiement rapide des salaires et autres obligations et endiguer l’accroissement de la dette publique. Une première étape serait de réactiver le Comité du Trésor, ce qui aiderait à contrôler les dépenses. Ensuite, le nouveau gouvernement - qui n'était toujours pas en place après les élections du 10 mars - devra adopter un budget pour 2019 qui devrait viser à ramener le déficit dans les limites du critère de 3% du PIB de l'UEMOA dès que possible.

«Les discussions ont également porté sur les développements dans le secteur financier où il existe une tendance prometteuse au règlement des litiges relatifs au sauvetage des banques annulées par le gouvernement en 2015. Les incertitudes et les problèmes de capitalisation qui en résultent ont entravé le développement du secteur financier pendant plusieurs années et ont été un facteur important de la baisse crédit bancaire à l'économie observé en 2018. Les projets de règlement à l'amiable du litige et de la recapitalisation d'une banque, qui l'accompagne, avancent maintenant rapidement. Si cela réussissait, cela apporterait un soutien important à la stabilité financière et à la croissance à long terme.

«Les autorités ont exprimé un vif intérêt pour un programme soutenu par le FMI. Sous réserve de mesures énergiques visant à stabiliser la situation budgétaire dans les mois à venir, la mission pourrait retourner à Bissau en septembre pour des discussions avec le nouveau gouvernement sur un nouvel accord concernant la facilité de crédit élargie.

"La mission du FMI souhaite exprimer sa gratitude aux autorités pour leurs discussions constructives et pour leur chaleureuse hospitalité."

L'équipe a rencontré le président José Mário Vaz, le Premier ministre et ministre des Finances Aristides Gomes, Helena Nosolini Embaló, directrice nationale de la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO), président du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) Domingos. Simõ es Pereira, d' autres fonctionnaires de haut niveau, ainsi que des représentants du secteur privé et la communauté des donateurs.
 
Equonet



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 17 juillet 2019

(Equonet-Dakar) - Le Président de la République, son Excellence Monsieur Macky SALL, a présidé ce mercredi 17 juillet 2019, le Conseil des ministres. Outre l'hommage rendu à Ousmane Tanor Dieng, le président de la République a mis l'accent sur l'économie sociale et solidaire, l'environnement, l'agriculture et l'industrie.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 17 juillet 2019

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République,, Macky Sall, a pris les décisions suivantes
au cours du conseil des ministres du mercredi 17 juillet 2019 :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

La Pme toulousaine Bonici signe une master-franchise avec le togolais Sodigaz

(Equonet-Dakar) - Avec 3 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018 et une croissance de près de 300 pour cent en trois ans, l’entreprise toulousaine Bonici poursuit sa stratégie d’expansion à la conquête de nouveaux territoires, annonce-t-elle dans un communiqué de presse transmis à Equonet.


Actu d'Europe

Les marchés mondiaux de location de voitures devraient atteindre 48.000 milliards FCFA en 2023

(Equonet-Dakar) - Le marché mondial de la location de voitures devrait passer de 62,0 milliards de dollars en 2018 à 82,8 milliards de dollars (environ 48.000 milliards FCFA) en 2023, avec un taux de croissance annuel composé (CAGR) de 5,9% pour la période 2018-2023, selon un rapport de Bcc Research, un cabinet d’étude et d’analyse de marché.