Connectez-vous S'inscrire
Sénégal : afrique info, actualité économique et financière - equonet.net Afrique

Les pistes d'Esther Duflo pour un avenir meilleur : leçons de la pandémie covid19


Rédigé le 18 Juin 2021 à 17:54 | 0 commentaire(s) modifié le 22 Juin 2021 - 12:26


(Equonet-Dakar) - Les efforts de redressement après la pandémie de coronavirus doivent se fonder sur une protection sociale complète, la lutte contre le changement climatique et par la vaccination des personnes plus pauvres, rapidement.


Lors de la  17e édition de la prestigieuse conférence Raúl Prebisch organisée par la CNUCED  , le 15 juin dernier, Esther Duflo, lauréate du prix Nobel, a détaillé ce que devrait être une reprise inclusive après la crise de la COVID-19 et en a tiré quelques leçons.

L'économiste de réputation internationale a déclaré que seule une campagne de vaccination mondiale concertée en vue de contenir la COVID-19 partout, soutenue par des financements adéquats de la partie des pays riches, capable de prouver que les pays développés et en développement sont responsables de l'ensemble de leur destin commun et qu'ils peuvent s'attaquer ensemble aux autres problèmes urgents.

« Nous n'avons qu'un seul monde, et tout est interdépendant », a déclaré Mme Duflo, titulaire de la chaire Abdul Latif Jameel pour la lutte contre la pauvreté et l'économie du développement au Massachusetts Institute of Technology.

Protection sociale pour tous

Mme Duflo a déclaré que la pandémie a prouvé que la protection sociale doit être accessible à tous, et pas seulement aux personnes pauvres ou aux seuls citoyens des pays en développement. C'est ce qu'a montré l'impact des généreuses allocations de chômage distribuées aux États-Unis et des programmes similaires de soutien aux salaires en Europe.

Elle a déclaré que ces programmes prouvent l'immense valeur des systèmes de protection sociale qui placent la dignité humaine au cœur des enjeux économiques.

Mme Duflo a souligné que les recherches économiques déclenchées au fil des ans avaient renversé l'argument de certains responsables politiques selon lesquels les gens deviennent paresseux lorsqu'ils bénéficient d'une aide au chômage.

« Débarrassez-vous de l'idée que nous devons maintenir la pauvreté pour éviter que les gens ne sentent trop à l'aise à cause d'une protection sociale et refusent alors de travailler », at-elle déclarée.

Lutter contre le changement climatique

Mme Duflo a également déclaré que la pandémie de COVID-19 est l'occasion de réfléchir plus à la manière dont ne choisit pas l'avenir de la planète.

Selon elle, les gens pourraient avoir un "biais de projection" et n'aiment pas envisager les mauvaises situations.

« Nous pensons que les choses seront toujours ce qu'elles sont aujourd'hui, donc puisqu'il n'y a pas encore de catastrophe climatique ou que le changement climatique n'est ressenti que dans les pays lointains, nous pouvons simplement l' ignorer », at-elle déclaré.

Cependant, a ajouté Mme Duflo, la pandémie montre que les catastrophes annoncées par les scientifiques se produisent parfois réellement et que, selon cette logique, le changement climatique dans une partie du globe menace les gens partout ailleurs sur terre.

Réaliser notre communauté de destin

La lauréate du prix Nobel a déclaré que la réponse à la pandémie est l'occasion de falsifier un véritable destin commun aux mondes riches et pauvres.

Alors que des programmes de vaccination de moyens importants ont permis aux pays riches de maîtriser la COVID-19, la pandémie fait toujours rage dans les pays pauvres.

Selon Mme Duflo, même la récente promesse du Groupe des Sept (G7) de fournir un milliard de vaccins contre le coronavirus aux pays plus pauvres ne permettra pas de combler le vaste fossé qui prévaut pour s'approvisionner en vaccins vitaux.

Elle a déclaré que ce destin partagé ne serait réalisé que « si les pays riches étaient en mesure d'engager suffisamment de ressources et d'exercer leur influence sur les entreprises pharmaceutiques pour rendre possible une vraie politique de vaccination mondiale ».

Mme Duflo a également déclaré que si les pays riches avaient dépensé plus de 20 % de leur PIB pour aider leurs populations à surmonter la crise, les pays pauvres ne pouvaient se permettre de dépenser que 2 % de leur PIB, preuve de l'ampleur des inégalités.

Légitimité des gouvernements

Selon Mme Duflo, la pandémie représente également un moment décisif pour les gouvernements de nombreux pays et leur offre une chance de reconstruire leur légitimité.

« Il est facile de taper sur les gouvernements comme sur des punching-ball, mais la crise de la COVID-19 nous rappelle pourquoi nous avons besoin de gouvernements », at-elle déclaré.

Elle a cité les mesures d'endiguement de la COVID-19, telles que les obligations à porter un masque, les règles de distanciation sociale, les plans de sauvetage économique et le développement et la distribution de vaccins, comme des exemples probants du rôle clé des gouvernements.

Cependant, la confiance dans ces derniers a chuté dans le monde entier, at-elle ajouté, notant que les pays dont les gouvernements n'ont pas la confiance de leur population ont obtenu de mauvais résultats dans leurs réponses à la pandémie.

Effet sûr des incitations financières

Selon Mme Duflo, les décideurs politiques aux États-Unis et ailleurs surestiment l'influence des incitations financières sur le comportement des personnes.

Par exemple, certains économistes et décideurs politiques aux États-Unis se sont inquiétés du fait que les allocations de chômage dispensées pendant la COVID-19 étaient trop généreux et décourageaient le retour au travail.

Cependant, Mme Duflo a expliqué qu'il existe peu de preuves que les gens préfèrent une incitation financière à un emploi réel.

« Des allocations de chômage généreuses ne découragent pas les personnes de travailler », à-elle déclarée, faisant valoir que les gens préfèrent travailler pour donner un sens à leur vie et faire une différence dans leur communauté.

L'économie est plus rigide et les personnes tiennent plus à leur lieu de vie qu'on le pense 

Mme Duflo a également mis en avant des recherches qui soulignent que l'économie est "plus rigide" et a contredit les récits alarmistes sur la migration.

A contrario de nombreux modèles économiques qui partent du qu'en cas de choc économique, les gens réagissent en se principe vers d'autres régions ou d'autres secteurs, les recherches que la mobilité géographique et sectorielle a nettement diminué au cours des autres secteurs, dernière décennie.

Par exemple, aux États-Unis, malgré les chocs économiques, la mobilité annuelle entre les comtés était de 7 % dans les années 1950 et est inférieure à 4 % aujourd'hui, tandis que la mobilité à l'intérieur des comtés est passée de 13 % dans les années 1950 à 7 % aujourd'hui.

Au plus fort de la crise financière grecque, entre 2010 et 2015, moins de 3 % de la population a quitté la Grèce, alors que le chômage atteignait 27 %.

« En temps normal, même au sein des zones de libre circulation, la migration est très faible », a déclaré Mme Duflo, ajoutant que la COVID-19 avait déclenché un nouvel effondrement du nombre de migrants, même au sein des pays en développement.

Elle a cité l'exemple de l'Inde, où des millions de travailleurs migrants qui vivent sur leur lieu de travail en se sont retrouvés bloqués quand l'économie s'est arrêtée, alors qu'ils tentaient de retourner dans leur région d 'origine.

Les « troubles du commerce »

Mme Duflo a également exhorté le monde à accorder plus d'attention aux "troubles du commerce", et pas seulement aux gains qu'il procure.

« Le commerce est associé à l'inégalité dans les pays pauvres », at-elle déclaré, en donnant l'exemple des cols bleus du Mexique qui ont perdu 15 % de leur salaire réel entre 1987 et 1990 en raison de la divulgation unilatérale du commerce, alors que les cols blancs eux ont gagné 15 %.

Elle a ajouté que la même choisie s'est produite en Argentine, au Brésil, au Chili, en Chine, en Colombie et en Inde en raison de la publication unilatérale du commerce à la fin des années 1980 ou au début des années 1990, suivie d'une forte augmentation des inégalités.

Selon Mme Duflo, les politiques commerciales devraient être accompagnées de mesures visant à aider les personnes affectées par ces politiques, en particulier les plus pauvres.

Restaurer la dignité humaine

Mme Duflo a expliqué comment la dignité humaine s'est érodée ces dernières années, en partie à cause de l'évolution rapide des emplois et de la baisse des revenus.

En conséquence, entre 1990 et 2014, on a assisté à une forte augmentation des problèmes sociaux tels que suicides, décès liés à la drogue et diminution du nombre de mariages.

Et les programmes d'aide sociale ont encore et privé les gens de leur dignité pour ne pas servir d'incitation à la paresse, a déclaré Mme Duflo.

Mais la crise de la COVID-19 donne au monde l'occasion de remettre la dignité humaine au centre de la protection sociale pour un avenir meilleur, at-elle ajouté.

Des économistes plombiers

En conclusion, Mme Duflo a déclaré que les économistes devaient aider les gouvernements à concevoir leurs plans de relance post COVID-19 et s'engager davantage dans les détails de l'élaboration de ces politiques.

Ce faisant, ils doivent adopter l'état d'esprit d'un plombier, qui doit trouver des solutions pour s'adapter aux réalités, plutôt que de s'appuyer sur des théories.

Source: CNUCED

Ester Duflo, économiste



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise







Facebook


Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.