Connectez-vous S'inscrire

Les principales tendances du bulletin trimestriel des statistiques, deuxième trimestre 2019 dans l’Uemoa


Rédigé le 11 Septembre 2019 à 14:47 | 0 commentaire(s) modifié le 12 Septembre 2019 - 20:04


(Equonet-Dakar) - La Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO) a publié le bulletin trimestriel des statistiques, deuxième trimestre 2019. Nous vous livrons ci-dessous en intégralité les principales tendances qui s’y dégagent.


Au cours du deuxième trimestre 2019, les prix du pétrole libellés en divises ont enregistré une baisse en glissement annuel de 11,4%. S'agissant des principales matières premières exportées par les pays de l'Union, leurs cours ont connu des évolutions contrastées, avec une baisse en glissement annuel pour l'anacarde (-40,9%), le café (-17,7%), le coton (-16,8%) et le cacao (-8,1%). En revanche, les prix se sont inscrits en hausse pour le caoutchouc (+13,2%) et l'or (+0,4%). Quant aux produits importés, comparés au deuxième trimestre 2018, les cours ont été orientés à la baisse pour les huiles alimentaires (-37,6%), le riz (-10,6%) et le blé (-4,6%).

Sur le marché boursier régional, l'indice BRVM 10 s'est replié de 26,7% à fin juin 2019 par rapport à son niveau à fin juin 2018. Quant à la capitalisation boursière, elle a baissé de 24,5% sur la même période.

L'activité économique dans l'UEMOA est demeurée soutenue au deuxième trimestre 2019. Le produit intérieur brut de l'UEMOA s'est accru au deuxième trimestre 2019 de 6,6%, en glissement annuel, après 6,4% un trimestre plus tôt. La croissance de l'activité économique dans l'Union reste tirée par le secteur tertiaire, dont la contribution s'est établie à 3,8 points de pourcentage, contre 3,7 points de pourcentage notée le trimestre précédent. Celle du secteur secondaire est, quant à elle, ressortie à 1,7 point de pourcentage, en hausse de 0,1 point de pourcentage par rapport au trimestre précédent. L'apport du secteur primaire à la croissance a été de 1,1 point de pourcentage, stable par rapport aux réalisations du premier trimestre 2019.

Le taux d'inflation dans l'UEMOA, en glissement annuel, est ressorti à -0,5% à fin juin 2019, après 0,1% trois mois plus tôt. Cette baisse est imputable au recul des prix des produits alimentaires dans la plupart des pays de l'Union, notamment les céréales locales dans les pays sahéliens. En effet, il a été enregistré à fin juin 2019 un repli sensible, en rythme annuel, des prix des céréales locales au Burkina (-34%), au Mali (-36%) et au Niger (-27%), en lien avec un meilleur approvisionnement des marchés, induit par la hausse de la production de la campagne agricole précédente. Les ventes à prix modérés et les distributions gratuites de vivres par les organismes publics ainsi que les appuis des partenaires humanitaires dans certaines régions du Sahel ont également contribué au fléchissement des prix.

Le taux de change effectif réel (TCER) a baissé de 4,7% au deuxième trimestre 2019 par rapport à la même période de l'année passée, reflétant un gain de compétitivité de l'Union, lié au différentiel d'inflation favorable à l'Union (-3,7%) par rapport à ses partenaires et au repli du taux de change effectif nominal (-1,0%).

Le solde commercial de l'Union est ressorti déficitaire de 512,4 milliards au deuxième trimestre 2019, en amélioration de 154,3 milliards par rapport à la même période de l'année précédente, du fait d'une progression des exportations (+4,7%) plus importante que celle des importations (+0,3%).

La masse monétaire dans l'UEMOA a progressé de 9,5% en glissement annuel, en raison d'une augmentation des créances intérieures (+13,2%) atténuée par un repli des avoirs extérieurs nets (-6,7%).

Sur le marché monétaire, le taux moyen pondéré des injections de liquidité à une semaine s'est situé à 3,1025% au deuxième trimestre 2019, en baisse de 140 points de base par rapport au trimestre précédent. De même, sur le marché interbancaire, le taux d'intérêt sur le compartiment à une semaine est ressorti en baisse de 80 points de base pour s'établir à 4,2780% au deuxième trimestre 2019.

Au niveau des conditions de banque, il est relevé une quasi-stabilité des taux débiteurs. En effet, hors taxes et charges, le taux débiteur moyen s'est établi à 6,85% au deuxième trimestre 2019, proche du niveau observé à la même période de l'année précédente (6,80%). Le taux d'intérêt moyen appliqué aux dépôts à terme a, pour sa part, regressé de 8 points de base, passant de 5,32% au deuxième trimestre 2018 à 5,24% au cours du deuxième trimestre 2019.

Equonet



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 19 février 2020

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky SALL, a présidé le Conseil des ministres, le mercredi 19 février 2020, à 10 heures, au palais de la République.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 19 février 2020

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles le président de la République a pris les décisions de nomination au conseil des ministres du mercredi 19 février 2019.


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

Burkina Faso : le solde de la balance des paiements ressort excédentaire de 116.286 millions au titre de l’année 2018

(Equonet-Dakar) - Le solde de la balance des paiements du Burkina Faso est ressorti excédentaire de 116.286 millions au titre de l'année 2018, après 246.976 millions un an plus tôt, indique le rapport annuel de la Balance des paiements et position extérieure globale du pays publié aujourd’hui. .


Actu d'Europe

Le Japon en tête des 30 premiers pays en termes de dette nationale par citoyen

(Equonet-Dakar) - Le Japon, avec une population de 126 847 639 habitants, a désormais la dette nationale la plus élevée par citoyen. Les données recueillies et calculées par LearnBonds.com montrent que chaque ressortissant japonais doit 89 525,51 $ de la dette nationale de 11,4 billions de dollars.