Connectez-vous S'inscrire

Les principaux enseignements du rapport sur le commerce extérieur de l’Uemoa en 2018


Rédigé le 31 Août 2019 à 15:51 | 0 commentaire(s) modifié le 2 Septembre 2019 - 13:05


(Equonet-Dakar) - Les principaux enseignements tirés du rapport sur le commerce extérieur de l’Uemoa en 2018 publié par la BCEAO portent sur le solde de la balance des biens et services, le taux de couverture des importations par les exportations, le solde des flux commerciaux, les exportations totales de biens en valeur des pays de l'Union, l'analyse de l'indicateur de diversification des exportations et les importations de biens en valeur FOB de l'Union.


Le solde de la balance des biens et services de l'Union s'est établi à -7,7% du PIB en 2018 contre -5,4% en 2017, soit une détérioration de 2,3 points de pourcentage, en ligne avec la hausse des importations de produits énergétiques, de biens d’équipement et intermédiaires et du fret relatif à ces importations, ainsi qu'au recul des exportations de cacao. Le déficit commercial de l'Union s'est établi à 2,8% du PIB en 2018 contre 0,2% du PIB en 2017, traduisant une détérioration de 2,6 points de pourcentage.

– Le taux de couverture des importations par les exportations s'est établi à 76,7% en 2018 contre 83,3% un an auparavant, soit une baisse de 6,6 points de pourcentage d'une année à l'autre, en liaison avec un accroissement plus élevé des importations de biens et services (+10,1%) par rapport aux exportations (+1,3%). De même, le taux d'ouverture commerciale de l'Union a fléchi de 0,5 point de pourcentage pour s'établir à 29,3% en 2018, après une réalisation de 29,8% en 2017 dans un contexte d'une hausse relativement faible des échanges de biens et services (+6,1%) par rapport à la croissance économique de l'Union (+8,0%).

– Le solde des flux commerciaux s'est détérioré en 2018 vis-à-vis de l'ensemble des principaux groupes de pays partenaires de l'Union, en lien essentiellement avec la hausse des acquisitions à l’extérieur de produits pétroliers. Les continents européen et africain demeurent les deux principales destinations des exportations de l'Union, avec des poids relatifs respectifs de 43,7% et 24,4%.

– Les exportations totales de biens en valeur des pays de l'UEMOA se sont établies à 14.986,8 milliards en 2018, en progression de 1,4% par rapport au niveau enregistré un an auparavant. Cette évolution est essentiellement imputable à la hausse des ventes de produits pétroliers (+15,6%), d'or (+9,6%), du coton (+9,4%) et de noix de cajou (+4,5%) dont les effets ont été modérés par le recul des exportations de cacao (-12,8%) et de caoutchouc (-14,4%). Les exportations de biens demeurent dominées par l'or (23,2%) et le cacao (17,1%), suivis des produits pétroliers (10,0%), de l'anacarde (6,5%) et du coton (6,3%). Les exportations de services de l'Union sont ressorties à 3,9% du PIB en 2018, soit un repli de 0,1 point du PIB par rapport à leur niveau de 2017. Leur poids relatif dans les exportations totales de l'Union est ressorti à 14,9% en 2018 contre 15,3% en 2017, soit une baisse de 0,4 point de pourcentage.

– L'analyse de l'indicateur de diversification des exportations a montré une lente amélioration du degré de diversification des produits exportés par l'Union sur la période 2007-2018. Il en ressort également que le Sénégal et le Togo sont les pays dont les exportations sont les plus diversifiées de l'Union alors que la Guinée-Bissau est le pays dont les exportations sont les moins diversifiées sur la période sous revue.

– Les importations de biens en valeur FOB de l'Union sont ressorties à 16.817,0 milliards en 2018 contre 14.884,1 milliards en 2017, soit une progression de 13,0% imputable notamment à l’augmentation des acquisitions de produits énergétiques (+34,6%), de biens intermédiaires (+15,4%), d'équipement (+9,3%) et de consommation (+2,8%). Les importations de services de l'Union ont progressé de 2,8% en 2018. Cette augmentation est en lien avec la vigueur de la demande des pays de l'Union en services de transport des marchandises, subséquente à la hausse des importations de biens. La structure des importations de biens de l'Union est dominée principalement par les biens de consommation (26,4%), d'équipement (23,5%), les produits énergétiques (22,8%) et les biens intermédiaires (19,0%).

Equonet



Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 18 septembre 2019

(Equonet-Dakar) - Le président de la République a réuni le conseil des ministres, le mercredi 18 septembre 2019, à 10 heures, au palais de République. Il a abordé les questions de la sécurité des infrastructures routières, la protection des végétaux, la campagne de commercialisation agricole, du prix de l'arachide et de la santé.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 18 septembre 2019

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

Le conseil d'administration de la Banque européenne de reconstruction et de développement se rend en Égypte

(Equonet-Dakar) - Une délégation du conseil d'administration de la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD) entamera lundi une visite en Égypte pour une mise à jour et un témoignage oculaire des derniers développements dans le pays, a appris Equonet de l’Institution.


Actu d'Europe

L'Égypte prend des mesures importantes pour approfondir ses marchés monétaire, dérivé et financier

(Equonet-Dakar) - La Banque centrale d' Égypte a fait des progrès considérables dans le développement de ses marchés monétaire, dérivé et financier. L’introduction d’un point de repère du taux d’intérêt sans risque est l’une des mesures importantes prises pour jeter les bases de l’amélioration et de l’amélioration de l’efficacité du marché. Cette évolution est conforme au mouvement international en faveur de l’élaboration de taux sans risque à mesure que les repères -IBOR sont en train de disparaître.