Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Veiller sur l'application des obligations du secteur extractif sénégalais.



Microfinance : 502 systèmes financiers décentralisés enregistrés dans l’Umoa


Rédigé le 18 Décembre 2020 à 22:33 commentaire(s) modifié le 19 Décembre 2020 - 22:17

Massamba Ndakhté Gaye
Ndakhté M. GAYE est un journaliste d'investigation engagé dans le suivi citoyen des obligations... En savoir plus sur cet auteur

(Equonet-Dakar) – L’Umoa compte 502 Sfd qui proposent des services à 15.226.450 personnes à travers 4.946 points de service, à fin juin2020.


Selon la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao), l'Union monétaire ouest africaine (Umoa) compte 502 systèmes financiers décentralisés (Sfd), qui offrent des services financiers à 15.226.450 personnes à travers 4.946 points de service répartis dans les États membres de l'Union, à fin juin2020.

«L'examen des indicateurs d'intermédiation des Sfd de l'Union fait ressortir une évolution relativement favorable à l'inclusion financière, caractérisée notamment par la progression de la collecte de dépôts et de l'octroi de crédits», note-t-elle dans une fiche qui fait le point de la situation du secteur de la microfinance dans les pays membres de l’Umoa.

La Banque centrale renseigne que sur la période sous revue, le montant des dépôts collectés s'est établi à 1.586,5 milliards de FCFA contre 1.441,5 milliards de FCFA une année plus tôt, soit une augmentation de 10,1%. Cette progression est enregistrée au Bénin (+17,2%), au Mali (+17,1%), au Burkina (+15,4%), au Togo (+11,0%), en Côte d'Ivoire (+10,0%) et au Sénégal (+2,6%).

En revanche, elle fait remarquer un repli qui a été noté en Guinée-Bissau (-5,3%) et au Niger (-0,8%). «Les dépôts à vue demeurent prépondérants avec une part de 59,4%. Les dépôts à terme et les autres dépôts constituent respectivement 19,9% et 20,7%. En outre, l'épargne mobilisée par les SFD a été constituée à hauteur de 53,2% par les hommes, 24,9% par les femmes et 21,9% par les groupements», fait-elle savoir.

Elle constate une légère augmentation du montant moyen de l'épargne par client qui s’est établi à 104.191 FCFA à fin juin 2020 contre 96.717 FCFA au titre du deuxième trimestre de l'année 2019.
«Pour l'ensemble des Sfd de l'Umoa, l'épargne recueillie représente 5,4% de la totalité des dépôts détenus par les établissements de crédit de l'Union», informe-t-elle.

Evoquant l'encours des crédits des Sfd de l'Union, elle fait état d’un accroissement accru de 5,1% par rapport à son niveau à fin juin 2019, pour ressortir à 1.505,0 milliards de FCFA. Cette hausse est observée en Côte d'Ivoire (+12,1%), au Mali (+9,5%), au Bénin (+6,2%), au Togo (+5,3%), au Sénégal (+2,3%), en Guinée-Bissau (+1,7%) et au Burkina (+1,5%).

Toutefois, elle fait remarquer une diminution qui a été notée au Niger (-27,5%). «Une part de 48,4% de l'encours des crédits des institutions de microfinance est constituée de concours à court terme. Les prêts à moyen et long termes représentent respectivement 31,5% et 20,1% sur la période sous revue. La clientèle masculine des Sfd a bénéficié de 58,1% des crédits. La clientèle féminine et les groupements bénéficient respectivement de 21,7% et 20,2% des financements», annonce-t-elle.

L'encours moyen des prêts par bénéficiaire a augmenté de 2,9%, pour s'établir à 98.840 FCFA à fin juin 2020 contre 96.069 FCFA une année auparavant, selon la Bceao. «Pour l'ensemble du secteur, l'encours des crédits représente 6,6% des créances consenties par les établissements de crédit de l'Union», note-t-elle.

Sur le taux brut de dégradation du portefeuille, elle fait état d’une hausse, ressortant à 8,6% contre 7,4% à fin juin 2019, pour une norme généralement admise de 3% dans le secteur. «Cette évolution intervient dans un contexte marqué par la pandémie de la Covid-19, dont les effets sur les Sfd ont pu être, en partie, atténués par la mesure de report d'échéances contenue dans l’Avis n°008-04-2020 de la BCEAO du 27 avril 2020 relatif aux mesures en faveur des Institutions de Microfinance affectées par la pandémie de la Covid-19», explique-t-elle.

Quant aux Sfd en difficulté, la Banque centrale annonce 16 institutions de microfinance qui étaient sous administration provisoire à fin juin 2020, dont 7 au Bénin, 2 au Burkina, 2 au Niger, 2 au Togo, une en Côte d'Ivoire, une au Mali et une au Sénégal.

Les estimations ont été effectuées à partir des données à fin juin 2020, collectées auprès d'un échantillon de 171 SFD, réalisant environ 90% des opérations de dépôts et de crédits de la finance décentralisée.


Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies