Connectez-vous S'inscrire

Moody's attribue une première notation d'émetteur B3 avec une perspective stable au Mali


Rédigé le 13 Mai 2019 à 21:12 | 0 commentaire(s) modifié le 14 Mai 2019 - 12:37


(Equonet-Dakakr) - Moody's Investors Service (« Moody's ») attribue au gouvernement de la République du Mali une première notation d'émetteur B3 en monnaie locale et en devises, annonce un communiqué de presse.


Le texte souligne que la perspective de la notation est stable. La notation B3 repose principalement sur les facteurs suivants :
  1. Une solidité économique « faible (-) » : le très faible niveau des revenus et un degré insuffisant de diversification limitent la capacité de l'économie malienne à absorber des chocs, et ce, malgré une croissance robuste soutenue par l'aide de la communauté internationale incluant notamment des prêts ;
  2. Une solidité institutionnelle « très faible (+) », avec en particulier un cadre institutionnel très fragile malgré une gestion relativement prudente des finances publiques et des efforts soutenus pour améliorer le recouvrement des impôts qui confortent le profil de crédit de l'émetteur ;  
  3.  Une solidité financière de niveau « modéré (-) » qui prend en considération un faible niveau d'endettement ainsi qu'une proportion très élevée de dette libellée en devises et une flexibilité financière restreinte ;
  4. Une exposition « élevée (-) » au risque événementiel déterminée par un risque politique « élevé (-) » en raison du conflit qui perdure, principalement dans le nord du Mali.
 
«La perspective stable repose sur l'existence d'un rapport entre risques haussiers et baissiers que Moody's perçoit comme équilibré à un niveau de notation souveraine B3. La persistance d'une croissance soutenue et une continuité dans l'orientation prudente de la politique budgétaire contribuent au maintien de la dette malienne à un niveau à la fois stable et à coûts faibles, grâce aux prêts concessionnels mis à la disposition du pays», explique le texte.
 
«Si cette stabilité permet à terme d'anticiper un renforcement des institutions, un regain de tensions politiques prolongées pourrait néanmoins remettre en cause la croissance économique. La capacité du gouvernement à limiter son incidence négative sur les finances publiques pourrait s'en trouver sensiblement érodée compte tenu de la fragilité du cadre institutionnel», ajoute-t-il.
 
Moody's a parallèlement défini des plafonds pour les dépôts en monnaie locale et en devises, ainsi que pour les obligations en monnaie locale et en devises, dont le niveau est fixé à Ba3.
Equonet




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 17 Mai 2019 - 17:56 Principaux facteurs de notation

Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 22 mai 2019

(Equonet-Dakar) - Le Président de la République son Excellence Monsieur Macky SALL a présidé ce mercredi 22 MAI 2019, le Conseil des ministres.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 22 mai 2019

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République du Sénégal, Macky Sall, a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

Appel à la résolution des problèmes d’endettement de l’Afrique

(Equonet-Dakar) - Des pays africains appellent à résoudre les problèmes d’endettement lors d’une consultation avec la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque mondiale (BM), annonce un communiqué de l’institution transmis à Equonet.


Actu d'Europe

Les PME tirent la croissance de l’emploi

(Equonet-Dakar) - Les PME tirent la croissance de l’emploi, mais il faut renforcer les investissements dans les compétences, l’innovation et la technologie pour augmenter les salaires et la productivité, estime l’OCDE.