Connectez-vous S'inscrire
Sénégal : afrique info, actualité économique et financière - equonet.net Afrique

Mosoka Fallah : «aucun pays n’est une île, l’approche collective des vaccins covid 19 est la seule voie à suivre»


Rédigé le 16 Janvier 2021 à 17:00 | 0 commentaire(s) modifié le 17 Janvier 2021 - 17:23


(Equonet-Dakar) – Dans une interview accordée à The Conversation Africa, Mosoka Fallah, un expert des maladies infectieuses, donne ses idées sur les vaccins covid19.


Alors que les pays du monde entier commencent à acheter et à déployer des vaccins COVID-19, une question clé est de savoir dans quelle mesure le vaccin est loin d'atteindre l'Afrique et dans quelle mesure il sera accessible pour le continent. Moina Spooner, rédacteur en chef de The Conversation Africa, a demandé à Mosoka Fallah, un expert des maladies infectieuses, de fournir ses idées. 

Quelles sont les options pour les pays en développement?

Le dernier que j'ai vérifié, le coût  des vaccins COVID-19 actuels (qui ont démontré le plus d'efficacité) variait de 19,50 $ par dose (vaccin à ARNm Pfizer-BioNTech) à environ 37 $ par dose (vaccin à ARNm Moderna).

C'est cher. Par comparaison, le vaccin antipneumococcique conjugué est disponible à  2,00 $ US la dose. Le vaccin est utilisé pour protéger les nourrissons, les jeunes enfants et les adultes contre les maladies causées par la bactérie Streptococcus pneumoniae.

Le COVID-19 a bouleversé les économies déjà affaiblies  des pays à revenu faible et intermédiaire par des verrouillages et des fermetures de frontières. Ceci, ajouté au remboursement massif de la dette qui a handicapé de nombreux pays, signifie que si ces pays tentent d'acheter ces vaccins aux prix actuels du marché, plus de la moitié de la population mondiale sera plongée  dans une pauvreté plus profonde.

En termes simples, les pays en développement ne peuvent pas acheter les vaccins purement et simplement. La réalité est que certaines contributions devront être apportées par le pays en développement. Et un cadre pour cela a émergé, connu sous le nom de COVAX  .

À mon avis, c'est la meilleure option pour les pays en développement pour résoudre leur dilemme actuel. Une autre option consisterait à accorder à des pays comme l'Afrique du Sud et l'Inde des droits de propriété intellectuelle pour fabriquer les vaccins, initiative à laquelle un certain nombre de pays se sont opposés à la réunion de l'Organisation mondiale du commerce.

Comment fonctionne COVAX?

COVAX est codirigé par une alliance pour les vaccins - GAVI, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations et l'Organisation mondiale de la santé (OMS). À l'heure actuelle, COVAX compte 190 économies participantes. . Les États-Unis n'ont pas encore adhéré.

COVAX travaille en rassemblant collectivement des dons de pays riches développés, des philanthropes - comme la Fondation Bill et Melinda Gates - et des donateurs privés. Ces fonds communs sont utilisés pour financer la recherche, le développement et la fabrication de vaccins candidats retenus. Une fois qu'un vaccin candidat s'avère efficace, il peut être mis à la disposition des pays quels que soient les moyens financiers à payer.

Cette méthode réduit également le risque  pour les pays qui n'ont peut-être acheté qu'un ou deux types de vaccin.

Le plan  est de mettre les deux premiers milliards de doses à la disposition de tous les membres de la coalition. Bien que les deux milliards de doses ciblées ne suffisent pas, ils prévoient de cibler les populations vulnérables comme première ligne de défense.

Jusqu'à présent, COVAX a obtenu des contrats  de deux milliards de doses de vaccins COVID-19 qui seront déployés lors de leur livraison. La plupart des précommandes proviennent d'  AstraZeneca et du Serum Institute of India.

À l'heure actuelle, trois catégories de pays bénéficieront grandement de COVAX:
  • Les pays à faible revenu qui auront accès à ces vaccins qu'ils ne peuvent généralement pas se permettre.
  • Pays riches qui n'ont pas signé d'accords bilatéraux avec des fabricants de vaccins dédiés.
  • Les pays qui ont signé les accords bilatéraux qui seront assurés d'un pipeline dédié une fois les vaccins approuvés.

Une approche collective est-elle la meilleure solution?

Il a été démontré que l’approche collective fonctionne sous différents modèles et elle améliore la négociation pour des prix réduits.

Par exemple, au cours des 20 dernières années, GAVI a réussi à se procurer des  vaccins grâce aux contributions collectives des pays les plus pauvres, des pays donateurs et des dons. Cela a accéléré la vaccination des enfants des pays pauvres.

Le Programme alimentaire mondial procède à des achats collectifs  de produits alimentaires pendant les situations d'urgence, obtenant des produits à des prix très réduits.
Même avec une marge bénéficiaire étroite, le grand marché créé par une approche collective des vaccinations COVID-19 fournit une réponse favorable de la part des fabricants de vaccins et des sociétés pharmaceutiques.

Les entreprises manufacturières sont là pour le profit. Au coût actuel, seuls quelques pays seraient en mesure d'acheter le vaccin, mais grâce à COVAX, ils sont assurés de financer davantage d'acheteurs. COVAX supporte également le risque si les candidats n'atteignent pas l'approbation finale des régulateurs d'un pays particulier.

Quelles sont ses lacunes?

Malgré ses intentions altruistes et nobles, il y a quelques défis à surmonter pour que COVAX soit un succès.

Premièrement, les fonds prévus nécessaires pour investir dans la recherche, le développement et la fabrication de ces vaccins potentiels n'ont pas  été levés.
Bien qu'il y ait beaucoup de bonne volonté, il doit être assorti de contributions financières pour couvrir les coûts nécessaires pour préparer ces vaccins. COVAX a besoin d'au moins  4,6 milliards de dollars américains en 2021 pour se procurer des doses de candidats retenus.

Deuxièmement, le processus d'identification, puis d'approbation, des vaccins efficaces n'en est qu'à ses débuts. Seuls deux  - Pfizer-BioNTech et Moderna - sont autorisés et recommandés pour prévenir le COVID-19. Et il y a actuellement plus de  50 vaccins candidats COVID-19 en cours d'essais, dont beaucoup ne réussiront pas. Les rapports suggèrent  que seulement 7% des vaccins au stade des essais précliniques arriveraient au stade des essais cliniques. Alors seulement 20% de ces candidats réussiront.
Ce sera un investissement à haut risque qui court contre la montre.

La souche mutée récemment rapportée  du virus montre pourquoi les candidats doivent être rapidement identifiés. La nouvelle variante semble être couverte par les vaccins existants, mais les futures nouvelles souches pourraient ne pas l'être.
Enfin, l'échec des États-Unis à rejoindre COVAX pourrait remettre en question  la mesure dans laquelle la coalition peut atteindre les ressources et le financement.

Quels sont ses avantages?

Parce qu'il implique une grande coalition, il a le principal avantage de réunir le meilleur des ressources, de l'expertise et de la bonne volonté.

Il offre également une certaine assurance aux pays développés riches et à faible revenu pour accéder au vaccin approuvé pour leur population.

Malgré tous les défis et les inégalités actuelles créées avec les vaccins candidats approuvés, je pense que COVAX sera efficace.

Il le fera parce qu'il a construit la plus grande coalition et qu'il est dans l'intérêt de tous de faire en sorte que COVAX réussisse. À moins que les pays qui ont acheté les vaccins coûteux actuels ne deviennent des îles isolées, ils risquent de se réinfecter avec de nouvelles souches mutées. Cela continuera de présenter un danger clair et actuel pour notre monde.

L’histoire a démontré à maintes reprises que lorsque l’humanité s’unit pour vaincre un ennemi commun, nous gagnons toujours.
Moina Spooner



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise







Facebook


Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.