Connectez-vous S'inscrire

Norme ITIE, 1e en Afrique et 4e : le Sénégal «pionnier de la transparence»


Rédigé le 24 Mai 2018 à 16:47 | 0 commentaire(s) modifié le 24 Mai 2018 - 17:06


Le Sénégal a franchi un pas énorme dans la mise en œuvre de la norme ITIE. C’est ce qui lui a fait obtenir une validation par le Conseil d’administration international de l’ITIE avec un niveau de «progrès satisfaisants».


Sur les 51 pays à avoir atteint le niveau de «progrès satisfaisants», le Sénégal est 4e dans le monde et 1e en Afrique, a révélé le représentant du Secrétaire international de l’ITIE. 

Face à la presse mercredi, en compagnie du président du Comité national ITIE, Mankeur Ndiaye, Dylan Gerald s’est félicité de la responsabilité dont ont  fait preuve les autorités sénégalaises pour se conformer aux recommandations de l’ITIE. Ce qui lui fait dire que : «le Sénégal est un pionnier dans la mise en œuvre des normes». 

Et ajoute-t-il, ces avancements ne sont que l’aune d’un chantier plus vaste : «c’est une très importante étape dans un voyage plus long vers la transparence et la redevabilité dans un secteur qui est très important». 

Satisfait de cette position du Sénégal, Mankeur Ndiaye a rappelé les efforts fournis pour accéder à ce résultat : «Le Conseil d’Administration présente également le Sénégal comme «un cas dynamique et créatif de mise en œuvre de l’ITIE, avec un Groupe multipartite diligent, innovant et actif qui engage des discussions stratégiques, articulant l’ITIE aux priorités nationales du secteur extractif, tout en participant aux détails techniques du rapportage. Le succès du Sénégal dans son utilisation de l’ITIE comme instrument de réforme repose sur la forte participation des trois principaux collèges».  

Puis, poursuit-il, «Ce résultat positif traduit l’engagement sans faille du Gouvernement du Sénégal, des organisations de la société civile et des entreprises minières, pétrolières et gazières en activité dans notre pays, à œuvrer dans le sens d’une plus grande transparence et une gestion responsable des ressources minières, pétrolières et gazières». 

Le niveau «progrès satisfaisants» est le plus important d’une liste à 4  niveaux. En effet, on note dans la classification, d’abord le niveau le plus bas «aucun progrès», suivi de «progrès inadéquats», «progrès significatifs» et enfin «progrès satisfaisants». 

Cependant, l’ancien chef de la diplomatie sénégalaise ne veut pas que le Sénégal dorme sur ses lauriers. Car, martèle-t-il, il reste du chemin à faire d’autant plus que la prochaine évaluation interviendra dans 3 ans et le Sénégal doit faire tout pour se maintenir au moins à son niveau actuel.



Actualité | Economie | Finance | Innovation & Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe



Blog Relations médias

Conseil des ministres

SENEGAL : promulgation de la loi relative au PTIP 2019-2021 et la loi de Finances pour l’année 2019.

(Equonet-Dakar) - Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Président de la République a promulgué la loi portant approbation du Programme triennal d’investissements publics (PTIP) 2019-2021 ainsi que la loi de Finances pour l’année 2019.


Nominations

Les nominations du Chef de l'Etat au Conseil des ministres du 14 novembre 2018

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz








Derniers tweets




Facebook

Actu d'Afrique

AFRIQUE CENTRALE : la situation économique reste difficile, selon le FMI

(Equonet-Dakar) - Les efforts déployés continuellement par les pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) et les institutions régionales ont contribué à éviter une crise immédiate, mais la situation économique reste difficile dans la région.


Actu d'Europe

La croissance économique n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon l’OCDE

(Equonet-Dakar) - Le développement durable exige une vision plus globale que la croissance économique qui n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon un nouveau rapport du Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).