Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.



Rapport sur le commerce extérieur de l'Uemoa: les principaux enseignements de 2020


Rédigé le 4 Novembre 2021 à 11:17 | 0 commentaire(s) modifié le 5 Novembre 2021 - 11:41


(Equonet-Dakar) - La Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'ouest (Bceao) a publié le rapport sur le commerce extérieur de l'UEMOA au titre de l'année 2020.Voici les principaux enseignements.


Le solde de la balance de biens et services de l'Union est ressorti à -5,5% du PIB en 2020 contre -5,7% en 2019, soit une amélioration de 0,2 point de pourcentage, consécutive notamment à l’allègement de la facture énergétique et l'orientation favorable des cours de l'or, premier produit d'exportation de l'Union. Le déficit commercial de l'Union s'est établi à 911,3 milliards ou 1,0% du PIB en 2020 contre 1.461,2 milliards ou 1,6% du PIB en 2019, traduisant une réduction de 0,6 point de pourcentage. Le taux de couverture des importations par les exportations s'est établi à 95,1% en 2020 contre 93,4% un an auparavant, soit une hausse de 1,7 point de pourcentage d'une année à l'autre, en liaison avec une progression des exportations de biens (+0,5%) et une diminution des importations (-2,4%).

Le taux d'ouverture commerciale 1 de l'Union a fléchi de 1,5 point de pourcentage pour s'établir à 24,8% en 2020, après une réalisation de 26,3% en 2019, en raison de la baisse des échanges de biens et services (-2,4%) dans un contexte de hausse du PIB nominal de 3,3%.

Le solde des transactions commerciales de l'Union s'est amélioré en 2020 vis-à-vis des partenaires africains et européens, en lien essentiellement avec la hausse des ventes d'or, de cacao et de caoutchouc. En revanche, il s'est détérioré par rapport à l'Amérique et à l’Asie, du fait d’une progression plus faible des exportations de l’Union par rapport aux importations en provenance de ces deux continents. L’Europe demeure la principale destination des exportations de l'Union, avec un poids de 49,0%. L'Afrique ressort en deuxième position avec 23,0% alors que le continent asiatique occupe la troisième place avec une part de 18,9%. 

Les exportations totales de biens en valeur des pays de l'UEMOA se sont établies à 17.753,0 milliards en 2020, en augmentation de 0,5% par rapport au niveau enregistré un an auparavant. Cette évolution est essentiellement imputable à une progression des ventes de l’or (31,1%), de cacao (2,4%), de caoutchouc (12,5%) et dans une moindre mesure de l’anacarde (+0,5%). Les exportations de biens demeurent dominées par l'or (31,8%) et le cacao (16,8%), suivis des produits pétroliers (6,8%), du coton (4,8%) et de l'anacarde (3,9%). Les exportations de services de l'Union sont ressorties à 2,7% du PIB en 2020, soit un repli de 0,8 point du PIB par rapport à leur niveau de 2019 du fait essentiellement des effets de la pandémie de la COVID-19, en particulier dans le secteur touristique. Leur poids relatif dans les exportations totales de l'Union est ressorti à 12,1% en 2020 contre 15,0% en 2019, soit une baisse de 2,9 points de pourcentage. En valeur nominale, elles ont baissé de 21,6%.

L'analyse de l'indicateur de diversification des exportations laisse apparaître une détérioration pour l'Union en 2020 en lien avec la hausse des parts de l'or et des produits du cacao dans les ventes à l'extérieur de biens de l'Union en 2020. Il en ressort également que le Sénégal et le Togo sont les deux pays dont la structure des exportations est la moins inégalitaire tandis que la Guinée-Bissau est le pays dont les exportations sont les moins diversifiées.

Les importations de biens en valeur FOB de l'Union sont ressorties à 18.664,3 milliards en 2020 contre 19.121,2 milliards en 2019, soit une baisse de 2,4% imputable notamment à l’allègement de la facture énergétique (-24,8%) conjuguée au fléchissement des acquisitions en biens d’équipement et intermédiaires (-0,5%), modérée toutefois par la progression des approvisionnements en biens de consommation (+6,0%). Les importations de services ont augmenté de 1,3% pour ressortir à 6.616,1 milliards en 2020, en liaison avec l'augmentation de la demande extérieure de services de construction. La structure des importations de biens de l'Union est dominée principalement par les biens de consommation (33,7%), d'équipement (22,4%), de biens intermédiaires (17,9%) et de produits énergétiques (15,1%). 
Equonet



Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies