Connectez-vous S'inscrire

Réaliser les engagements de Paris en matière de changement climatique


Rédigé le 4 Mai 2019 à 17:03 | 0 commentaire(s) modifié le 6 Mai 2019 - 12:17


(Equonet-Dakar) – Dans le BlogFMI, Christine Lagarde et Victor Gaspar ont posté une contribution invitant les décideurs à Réaliser les engagements de Paris en matière de changement climatique. Ci-dessous l’intégralité de l’article.


«Le changement climatique est le grand défi existentiel de notre époque. C’est un défi qui touche toutes les régions, avec des conséquences particulièrement graves pour les pays à faible revenu.

Sans mesures d'atténuation, les températures mondiales devraient augmenter de 4 o C par rapport aux niveaux préindustriels d'ici la fin du siècle - avec des risques croissants et irréversibles d'effondrement des inlandsis, l'inondation des États insulaires de faible altitude, les phénomènes météorologiques extrêmes scénarios de réchauffement.

Un réchauffement climatique  pourrait également signifier un risque d'extinction accru pour une grande partie des espèces, la propagation des maladies, une dégradation de la sécurité alimentaire et une réduction des ressources en eaux de surface et en eaux souterraines renouvelables.

La bonne nouvelle est que cette menace urgente a inspiré une réponse multilatérale sans précédent. Au total, 190 Parties ont soumis des stratégies climatiques - presque toutes assorties d'une forme d'engagement en matière d'atténuation - pour l'Accord de Paris de 2015. Il est maintenant temps de réfléchir de manière réaliste à la manière de respecter ces engagements.

La nécessité d'une tarification efficace du carbone

Il existe un consensus croissant sur le fait que la tarification du carbone, c'est-à-dire la tarification de la teneur en carbone des combustibles fossiles ou de leurs émissions, constitue l'instrument d'atténuation le plus efficace. Il fournit des incitations générales pour réduire la consommation d'énergie, utiliser des carburants plus propres et mobiliser des financements privés.
 
Il fournit également des revenus indispensables. Celles-ci devraient être affectées à la réorientation des finances publiques en faveur d'une croissance durable et inclusive. La meilleure façon de procéder est différente d’un pays à l’autre. Dans certains cas, cela signifie investir dans les ressources humaines et les infrastructures pour atteindre les objectifs de développement durable. Dans d’autres, cela pourrait signifier réduire les impôts qui nuisent aux incitations au travail et à la croissance.   
 
Un nouveau document du FMI  explique comment les prix du carbone pourraient être utilisés pour respecter les engagements de Paris en matière d' atténuation du CO 2 . Les annonces de contributions et les prix du carbone nécessaires pour respecter ces engagements varient d’un pays à l’autre, et le document examine l’impact sur les émissions de CO 2 des prix du carbone de 35 et 70 $ la tonne. Un prix du carbone bien inférieur à 35 dollars la tonne serait suffisant pour respecter l'engagement des pays du G20, qui représentent ensemble les quatre cinquièmes des émissions mondiales, et cela vaut également pour les principaux membres du G20 tels que la Chine et l'Inde.
 
Un prix de 35 dollars par tonne doublerait à peu près le prix du charbon, mais cela n’ajouterait qu’environ 5 à 7% au prix à la pompe des carburants routiers. Pour certains pays ayant des engagements plus ambitieux, toutefois, même un prix de 70 dollars par tonne ne suffirait pas.
 
Pourtant, même si les engagements actuels étaient pleinement satisfaits, ils ne contiennent que prévu à un réchauffement 3 encore assez effrayant o C, plutôt que le 1,5-2 o objectif C de l'Accord de Paris. 2 o cible C , il faudrait réduire les émissions d'environ un tiers en 2030 et un prix mondial du carbone d'environ 70 $ par tonne.
 
Une première étape dans la tarification du carbone a été franchie avec plus de cinquante systèmes de taxe sur le carbone et d’échange de droits d’émission mis en place aux niveaux régional, national et sous-national. Cependant, il y a clairement une forte montée en avant, étant donné que le prix moyen mondial du carbone n'est que de 2 dollars par tonne.
 
Il est également clair que la tarification du carbone peut être politiquement très difficile. Des événements sous toutes les latitudes nous le rappellent. Il est donc crucial que le processus soit géré de manière globale. Cela implique généralement une mise en place progressive de la tarification du carbone et une communication explicite sur l'utilisation des revenus associés. Ces derniers devront équilibrer distribution, efficacité et considérations politiques.
 
Mais même dans ces conditions idéales, nous aurons peut-être besoin d'autres instruments pour renforcer la tarification du carbone, voire même pour la remplacer. Le document du FMI illustre les compromis pertinents pour 135 pays à l'aide d'un outil qui quantifie les émissions, les incidences fiscales et économiques d'une gamme d'instruments d'atténuation alternatifs. Une approche prometteuse consiste à éviter une augmentation politiquement difficile des prix du carburant en complétant la tarification du carbone par des systèmes de subventions fiscales neutres en termes de recettes, afin de fournir des incitations supplémentaires pour une production d’énergie plus propre, l’utilisation de véhicules plus propres et l’amélioration de l’efficacité énergétique.  
 
Au niveau international, les ambitions pourraient être renforcées en renforçant le processus de Paris avec un système de prix plancher du carbone volontaire entre les grands émetteurs. Un prix plancher garantirait un niveau minimal d'effort d'atténuation parmi les participants tout en offrant une certaine assurance contre les pertes de compétitivité. Les pays avancés pourraient accepter une plus grande responsabilité en matière d'atténuation grâce à une exigence de prix minimum plus élevée. Et le régime pourrait être conçu avec souplesse pour s'adapter aux circonstances et aux politiques nationales.

Réformer les subventions à l'énergie

Un autre point important est que les dommages causés par l'utilisation de combustibles fossiles ne se limitent pas aux changements climatiques. Son utilisation entraîne également des décès dus à la pollution atmosphérique locale, ainsi que des embouteillages et des accidents de la route.
 
Pour toutes ces raisons, de nombreux pays se trompent actuellement sur les prix de l'énergie, laissant même de côté leurs préoccupations climatiques.
 
Selon les estimations du nouveau document de travail du FMI,  les subventions mondiales pour les énergies fossiles impliquées par la sous-évaluation des coûts d'approvisionnement et de l'environnement représenteraient un montant incroyable de 5 200 milliards de dollars en 2017, ou 6,5% du PIB mondial, pratiquement inchangé par rapport à nos estimations précédentes . Une grande partie des avantages de la réforme des prix est locale, permettant ainsi aux pays de s'en sortir tout en aidant à faire face au changement climatique mondial. Une conclusion clé ici est que la solidarité est un intérêt personnel.
 
Presque tous ceux qui travaillent sur les questions climatiques ont souscrit à l'idée de réforme du prix du carbone et de l'énergie en principe. Les ministères des finances, ayant reconnu leur responsabilité, devront faire preuve de souplesse en cherchant des occasions de fournir des incitations fortes, tenant compte des contraintes politiques et de répartition, et en créant et en élaborant des instruments à cette fin. 

Au Fonds, nous restons optimistes sur le fait que les bonnes pratiques continueront d’apparaître et de s’épanouir, avec un effet catalyseur sur les autres. Il est difficile de minimiser l'urgence de cette tâche car la fenêtre pour contenir le réchauffement de la planète à des niveaux gérables se ferme rapidement. L'action est requise de tous, de toutes les institutions et de tous les pays. Tout le monde peut faire la différence!».
Equonet




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2019 - 16:09 La communication en tant qu'outil politique

Actualité | Economie | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres



Conseil des ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du mercredi 22 mai 2019

(Equonet-Dakar) - Le Président de la République son Excellence Monsieur Macky SALL a présidé ce mercredi 22 MAI 2019, le Conseil des ministres.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 22 mai 2019

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République du Sénégal, Macky Sall, a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz











Facebook

Actu d'Afrique

Appel à la résolution des problèmes d’endettement de l’Afrique

(Equonet-Dakar) - Des pays africains appellent à résoudre les problèmes d’endettement lors d’une consultation avec la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque mondiale (BM), annonce un communiqué de l’institution transmis à Equonet.


Actu d'Europe

Les PME tirent la croissance de l’emploi

(Equonet-Dakar) - Les PME tirent la croissance de l’emploi, mais il faut renforcer les investissements dans les compétences, l’innovation et la technologie pour augmenter les salaires et la productivité, estime l’OCDE.