Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Veiller sur le respect des obligations du secteur extractif sénégalais.



Sauver l’ordre mondial par Biden : un désir souhaitable mais irréaliste


Rédigé le 22 Novembre 2020 à 16:18 | 0 commentaire(s) modifié le 23 Novembre 2020 - 17:29

Massamba Ndakhté Gaye
Ndakhté M. GAYE est un journaliste d'investigation engagé dans le suivi citoyen des obligations... En savoir plus sur cet auteur

(Equonet-Dakar) – Le fort désir de voir le président américain élu, Joe Biden, sauver et même renouveler l’ordre mondial est une utopie, selon un diplomate israélien.


Ils sont nombreux à espérer que les arrangements internationaux libéraux pourront être sauvés lorsque le président élu Joe Biden prendra le relais. Mais pour Shlomo Ben-Ami, ancien ministre israélien des Affaires étrangères et vice-président du Toledo International Center for peace, cet espoir est irréaliste.

«Un ordre post-Trump semble davantage concerner un retour à la compétition inter-bloc de 1945 qu'à l'euphorie libérale de l'après-guerre froide», écrit-il dans un article publié dans Project Syndicate.

Dans son argumentaire, il commence par souligner que l'administration Biden sera consumée par les tâches redoutables de guérir les blessures domestiques que Trump a infligées et de corriger les faiblesses critiques de l'Amérique, mises à nu par la pandémie. «Le rétablissement des États-Unis de la présidence la plus conflictuelle de son histoire ne sera ni rapide ni indolore. Réformer l'Amérique est une condition préalable au rétablissement de sa capacité de leadership mondial», fait-il savoir.

«Même si l'administration de Biden avait une capacité infinie, il n'y aurait pas de retour en arrière. Le statu quo ante est né d'une sorte d'euphorie de l'après-guerre froide, animée par la conviction que la démocratie libérale occidentale avait obtenu une victoire définitive sur le reste et que le monde avait atteint, selon la célèbre formulation de Francis Fukuyama  , la ‘’fin de histoire."», poursuit-il.

Le diplomate israélien rappelle que dans les années 1990 et 2000, lorsque les États-Unis étaient la puissance économique, militaire et diplomatique sans égal du monde, la logique de l'hégémonie libérale était convaincante. «Mais, dans le monde multipolaire en évolution rapide d'aujourd'hui, ce n'est plus le cas. Cela est vrai depuis plus d'une décennie, c'est pourquoi les États-Unis se retiraient du leadership mondial bien avant l'arrivée au pouvoir de Trump», avance-t-il.

Lire plus : Joe Biden’s World Order

 




Dans la même rubrique :
< >

Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies