Connectez-vous S'inscrire

Sénégal : le secteur informel représente 41,6% du PIB


Rédigé le 15 Mars 2018 à 12:58 | 0 commentaire(s) modifié le 15 Mars 2018 - 13:30


Au Sénégal, le secteur informel représente 41,6% du PIB et emploie environ 48,8% de la population active occupée souligne la publication « Impacts d’une amélioration de la productivité du secteur informel sur l’économie sénégalaise » réalisés par la Direction de la prévision et des études économiques(Dpee) selon les chiffres l’Enquête Nationale sur le Secteur Informel au Sénégal (ENSIS) réalisée en 2011 et recueillies auprès de l’ANSD.



(Ecofinance.sn Dakar ) - Le salaire annuel moyen perçu par un employé du secteur s’élève à 505 805 FCFA, soit un salaire mensuel de 42 150 FCFA. Ces statistiques montrent que le secteur informel fait partie intégrante de l’économie sénégalaise en termes de 3 créations de valeur ajoutée et d’emploi selon la Dpee. Toutefois, la moitié de la population active occupée perçoit un revenu moyen très faible.

Fort de ce constat, le pays ambitionne aujourd’hui de réaliser une transformation structurelle de l'économie qui représente le premier axe de son document de politique économique et sociale, le Plan Sénégal Emergent (PSE), afin de promouvoir une croissance durable, inclusive et des emplois décents.

La réussite de cet objectif passe nécessairement par une diversification des sources de croissance. Ainsi, les Unités de Production Informelles(UPI) peuvent jouer un rôle déterminant dans le processus de transformation structurelle de l’économie, et la réduction de la pauvreté. Par ailleurs, note le document d’étude de la Dpee, le secteur informel sénégalais ne contribue qu’à hauteur de 3% des recettes fiscales intérieures en dépit de la mise en place de la Contribution Globale Unique (CGU) et du régime du bénéfice réel afin de simplifier le traitement fiscal des activités informelles.

L’application de ces innovations n’a pas permis à l’administration fiscale d’atteindre les objectifs escomptés. A cet égard, le diagnostic du secteur, à travers son influence sur les indicateurs macroéconomiques et budgétaires, serait une préalable et d’une importance capitale pour mieux maîtriser les rouages des activités informelles. 

Avec lejecos



Actualité | Economie | Finance | Innovation & Technologie | Social | Environnement | Equobusiness | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe



Blog Relations médias

Conseil des ministres

SENEGAL : promulgation de la loi relative au PTIP 2019-2021 et la loi de Finances pour l’année 2019.

(Equonet-Dakar) - Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Président de la République a promulgué la loi portant approbation du Programme triennal d’investissements publics (PTIP) 2019-2021 ainsi que la loi de Finances pour l’année 2019.


Nominations

Les nominations du Chef de l'Etat au Conseil des ministres du 14 novembre 2018

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz








Derniers tweets




Facebook

Actu d'Afrique

COTE D’IVOIRE : 767 milliards FCFA pour résoudre les problèmes persistants de balance des paiements

(Equonet-Dakar) - Les perspectives économiques du pays restent robustes, avec une croissance projetée à environ 7½ pour cent en 2018–19. Le déficit budgétaire devrait converger vers la norme régionale de l’UEMOA de 3 pour cent du PIB en 2019. Le programme vise à atteindre une position viable de la balance des paiements, à renforcer la mobilisation des recettes intérieures, à assurer la viabilité de la dette, ainsi qu’à favoriser une croissance inclusive et la réduction de la pauvreté.


Actu d'Europe

La croissance économique n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon l’OCDE

(Equonet-Dakar) - Le développement durable exige une vision plus globale que la croissance économique qui n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon un nouveau rapport du Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).