Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net : actualité économique, financière sénégalaise et africaine
Développer un contenu vérifié, instructif, constructif et attentif, de manière professionnelle et responsable.

UMOA : Poursuite des tensions sur les taux d'intérêt du marché monétaire au 1er trimestre 2018


Rédigé le 19 Juillet 2018 à 10:28 | 0 commentaire(s) modifié le 19 Juillet 2018 - 11:18


L'analyse des conditions de refinancement sur les guichets des appels d'offres à une semaine et à un mois de la BCEAO au cours du premier trimestre 2018 fait apparaître une poursuite des tensions sur les taux du marché monétaire.


UMOA : Poursuite des tensions sur les taux d'intérêt du marché monétaire au 1er trimestre 2018
Le Rapport sur la Politique Monétaire dans l’UMOA juin 2018 qui donne l’information souligne que le taux moyen pondéré des opérations hebdomadaires d'injections de liquidité s'est établi à 4,5000% au premier trimestre 2018, après 4,1223% le trimestre précédent et 4,1235% un an plus tôt. 

Sur le guichet à un mois, souligne la même source, le taux moyen pondéré est ressorti à 4,5000% contre 4,1393% au quatrième trimestre 2017. En référence à la même période de l'année 2017, précise-t-elle, ce taux affiche une hausse de 4,43 points de base. 
Pour sa part, renseigne cette évolution des taux d'intérêt sur le marché monétaire, le taux moyen trimestriel du marché monétaire est ressorti à 4,5000% contre 4,0962% le trimestre précédent et 3,8652% un an plus tôt. 

Sur le marché interbancaire, indique la BCEAO, les taux sont ressortis en hausse au cours de la période sous revue. 
A l’en croire, le taux d'intérêt moyen pondéré, toutes maturités confondues, est ressorti à 5,5968% contre 5,1484% un trimestre plus tôt. 
Il a également enregistré une hausse de 49 points de base par rapport à son niveau du premier trimestre 2017 (5,1112%). 
Sur la maturité à une semaine, qui totalise 72,1% du volume global des transactions trimestrielles, avance la Banque Centrale, le taux d'intérêt moyen pondéré est ressorti en hausse à 5,7300% contre 5,1300% le trimestre précédent et 5,0700% un an plus tôt. 
Toutefois, précise-t-elle, une tendance à la baisse des taux du marché monétaire a été observée au cours des deux premiers mois du deuxième trimestre 2018.
la rédaction



Actualité | Economie | Finance | Innovation & Technologie | Social | EquoSports | Equobusiness | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe



Blog Relations médias

Conseil des ministres

SENEGAL : promulgation de la loi relative au PTIP 2019-2021 et la loi de Finances pour l’année 2019.

(Equonet-Dakar) - Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Président de la République a promulgué la loi portant approbation du Programme triennal d’investissements publics (PTIP) 2019-2021 ainsi que la loi de Finances pour l’année 2019.


Nominations

Les nominations du Chef de l'Etat au Conseil des ministres du 14 novembre 2018

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :


Donneurs

Donneurs

Faites un don pour participer à la rédaction d'un Contenu positif, instructif et constructif.


Bon à savoir

HYDROCARBURES : quelques définitions sur le pétrole et le Gaz








Derniers tweets




Facebook

Actu d'Afrique

COTE D’IVOIRE : 767 milliards FCFA pour résoudre les problèmes persistants de balance des paiements

(Equonet-Dakar) - Les perspectives économiques du pays restent robustes, avec une croissance projetée à environ 7½ pour cent en 2018–19. Le déficit budgétaire devrait converger vers la norme régionale de l’UEMOA de 3 pour cent du PIB en 2019. Le programme vise à atteindre une position viable de la balance des paiements, à renforcer la mobilisation des recettes intérieures, à assurer la viabilité de la dette, ainsi qu’à favoriser une croissance inclusive et la réduction de la pauvreté.


Actu d'Europe

La croissance économique n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon l’OCDE

(Equonet-Dakar) - Le développement durable exige une vision plus globale que la croissance économique qui n’est pas nécessairement synonyme de bien-être, selon un nouveau rapport du Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).