Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.



Vaccins AstraZeneca : le Sénégal réceptionne sa première dose en attendant d’autres arrivées imminentes


Rédigé le 3 Mars 2021 à 17:01 | 0 commentaire(s) modifié le 5 Mars 2021 - 22:16

Massamba Ndakhté Gaye
Ndakhté M. GAYE est un journaliste d'investigation engagé dans le suivi citoyen des obligations... En savoir plus sur cet auteur

(Equonet-Dakar) - L’ambassadeur de France, Philippe Lalliot, a annoncé aujourd’hui la livraison d’autres vaccins covid19 pour couvrir 20% de la population sénégalaise.


Le premier lot de 324 000 doses du vaccin AstraZeneca fourni aujourd’hui gratuitement au Sénégal, dans le cadre de l’initiative COVAX, apparaît insuffisant aux yeux de l’ambassadeur de France, Philippe Lalliot.
 
Participant ce matin à la cérémonie organisée au Palais présidentiel de la République du Sénégal, en présence du président de la République, Macky Sall, le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, et des partenaires de l’initiative COVAX, le diplomate français a promis de fortifier la dose dans les meilleurs délais.

«La livraison par le dispositif Covax de ces 324 000 doses de vaccins AZ va permettre de vacciner les personnels de santé et les personnes vulnérables selon les priorités définies par le gouvernement sénégalais. D’autres livraisons sont prévues dans les prochaines semaines et les prochains mois pour couvrir 20% de la population sénégalaise», a-t-il déclaré.
 
«Mais nous devons faire plus et aller plus vite. C’est la raison pour laquelle le président Macron a proposé que les pays riches donnent 5% de leurs stocks de vaccins à l’Afrique. C’est ensemble, pas en ordre dispersé, a fortiori pas les uns contre les autres que nous sortirons de cette crise», a-t-il poursuivi.
 
«Il y a là un impératif moral, une obligation sanitaire tout autant qu’une nécessité économique. La solidarité est dans l’intérêt bien compris de tous. C’est le sens de l’appel lancé par le président Macky Sall et le président Macron en faveur de l’accès universel aux vaccins et de la reconnaissance des vaccins comme biens publics mondiaux», a-t-il conclu.



Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies