Connectez-vous S'inscrire
Sénégal : afrique info, actualité économique et financière - equonet.net Afrique

Vive le patriarcat pour que vive la Famille


Rédigé le 9 Septembre 2021 à 17:59 | 0 commentaire(s) modifié le 13 Septembre 2021 - 11:57


(Equonet-Dakar) - Sachez Madame, que tant que c’est Nous les Hommes qui charmons, qui faisons la cour, qui demandons la main pour vous épouser, vous les femmes « pour le meilleur et pour le pire », nous serons et resterons le Chef de famille avec toutes nos prérogatives.


Remarque introductive: Les articles d'opinion reflètent les opinions de leurs auteurs et pas nécessairement celles du site https://www.equonet.net/.

Par un pur hasard, j’ai lu la tribune de Madame Amy Sakho, juriste de son état, parue dans le journal DAKAR TIMES du 12 août 2021 et dans laquelle, Madame s’insurge contre le patriarcat qui selon elle « empêcherait les femmes de  vivre ». L’accusation est trop forte pour la laisser passer. C’est pourquoi, en mon nom et au nom de tous les miens (les Hommes),  je voudrais lui faire part et sans acrimonie aucune de mes objections.
. Oui Madame OBJECTIONS…OBJECTIONS..
Votre coup de sang contre le système du patriarcat que vous semblez vouer aux gémonies est excessif. En ce sens qu’il s’articule autour d’un presque « fait divers » qui somme toute, ne valait pas et alors pas du tout, cette raclée de bois vert que vous avez voulu nous administrer à Nous, les Hommes. Parce qu’une femme mariée a refusé de suivre son mari dans son intention d’emménager dans une nouvelle ville, vous trouvez matière à déverser toute votre bile sur les dispositions de notre code civil ? Ben , on voudrait comprendre ce qui a bien pu vous mettre hors de vous au point d’avancer des condamnations sans appel du genre : «  les lois du patriarcat empêchent les femmes de vivre » . Ce faisant, vous poussez le bouchon très loin. Car si on vous suit dans votre réquisitoire de feu, nos mamans, nos sœurs, nos épouses bref presque toutes les femmes sénégalaises et croyantes dans les liens du mariages dans notre pays ne vivent pas. Etranglées, violentées, infériorisées et étouffées qu’elles seraient par les maudites lois du patriarcat que vous dénoncez si violemment. C’est là où votre argumentaire manque de consistance et dénote un parti pris immodéré pour des pratiques en porte à faux avec notre culture, notre mode de vie, notre organisation familiale tout simplement. Votre position laisse suinter voire dégouliner des relents de psittacisme désuet des modes de vie prônés par les occidentaux et notamment les français qui veulent nous inculquer leurs valeurs surannées d’égalité , de genre et autres Droits plus loufoques les uns, les autres. Il est vrai que toute notre législation découle de celle de la France qui nous sert de référence. Mais la formation en soi, a pour objectif certes, de glaner des diplômes académiques mais encore et surtout de développer l’esprit critique et de discernement pour adapter ce qu’on apprend au contexte qui sied. N’est ce pas qu’en classe de philosophie, on nous a tous seriné à longueur d’heures les élucubrations impies d’un philosophe plutôt « philodofe » allemand qui soutenait que DIEU n’existait pas et que « l’Homme a crée DIEU faisant de son Créateur, une créature»  parmi tant d’autres inepties toutes plus loufoques les unes que les autres. Et pourtant avec notre esprit de discernement et notre Foi, nous avions tous peu ou prou compris que l’existence de DIEU est indéniable et y avions cru. C’est le même comportement d’analyse et de distanciation que nous aurions voulu observer avec des juristes comme Vous Madame. Plutôt que des attitudes de copier-coller insipide qui traduisent un mimétisme puéril de tout ce qui vient de France. Ainsi parce qu’en France, on parle de chef de famille femme, il nous en faut au Sénégal ? Mais on est où là ? Sachez Madame, que tant que c’est Nous les Hommes qui charmons, qui faisons la cour, qui demandons la main pour vous épouser, vous les femmes « pour le meilleur et pour le pire », nous serons et resterons le Chef de famille avec toutes nos prérogatives. N’en déplaise à toutes les égéries de la 25ème heure qui voudraient s’ériger en redresseuses de tort. Vous voulez l’égalité en matière de chef de famille et autres ? OK . Ne soyez pas oxymores. Commencez donc par nous charmer (ce que vous faites si bien ) , nous faire la cour et osez aller demander non pas la main que nous avons déjà prise mais plutôt « notre… pied », apporter la dot et nous marier pour et sans jeu de mots, pouvoir légalement prendre votre pied avec nous. Ensuite, seulement on pourra commencer à parler de « cheffe de famille ». Tant que cela n’est pas fait et entré dans les mœurs et les pratiques sociales, alors Mesdames, souffrez que Nous continuions toujours à exercer nos droits du patriarcat et à jouir pleinement de toutes nos prérogatives en la matière. ABSOLUMENT…
Le psittacisme des intellectuelles africaines comme Vous Madame,  dans l’appropriation de tout ce qui vient de l’Occident est affligeant et très désolant.
Nombre de nos sœurs, sous l’influence néfaste de l’Occident, voient dans la promotion des dispositions des Lois d’essence occidentale comme  la voie royale pour se soustraire à ce qu’elles considèrent (faussement) comme étant des entraves à leur développement personnel et à leur émancipation. N’est- ce pas que « le patriarcat empêche les femmes de vivre ? » Quelle PITIE.
Elles en oublient ou feignent d’oublier qu’elles sont toutes tant qu’elles sont, issues de familles soudées où l’autorité du Père ne se discutait pas et où les mères acceptaient d’être des épouses modèles partageant parfois un même mari à deux ,trois voire quatre, faisant des enfants sans rechigner ni geindre. Elles savaient, ces bonnes épouses que dans le doux cocon du lit conjugal, elles restaient la « Maîtresse » de leur homme et pouvaient obtenir en toute douceur, tout ce qu’elles voulaient dans cette intimité complice. SUAVE, SUBTIL ET SUBLIME . N’est-ce pas ? C’est cette posture qui vous a permis à Vous, Madame et à toutes les autres,  nouvelles égéries de l’égalité, du Genre et des Droits de chef de famille, de naître, de grandir et de se développer pour devenir ce que vous êtes devenues aujourd’hui. Maintenant, sous l’influence néfaste de l’Occident, Vous voulez jeter tout cela aux orties pour épouser d’autres modes de vie qui ne vous apportent que des désagréments : désolations morales et dégradations physiques. Déjà. avec la pratique généralisée des cheveux naturels et du khessal à outrance, nombre d’entre vous ne se rendent même pas compte qu’elles donnent raison à celui qui les appelait les « négresses vertes » succédanés grotesques et pitoyables des femmes blanches avec leur teint jaunâtre parsemé de stries noires rebelles aux articulations et aux phalanges. Regardez nos télé-présentatrices et nos starlettes, il n’y en a presque plus de teint noir, elles se sont TOUTES blanchies. Quelle MISERE…
Avec en prime chez nombre d’entre Vous Madame qui se veut avocate du Diable, un état de célibat permanent, ou de divorcées fréquentes et esseulées avec – pour celles qui en ont- une progéniture anxiogène, éclatée et ..ratée.
Parlez de çà Madame. Cela est beaucoup plus préoccupant que la remise en cause des « Droits du Patriarcat ».
WawWaw qu’on le veuille ou non « lii woor te woor : ligueyou n’dèye agnoup dome » . Ce qui, en français approximatif signifie : « la bonne conduite des mamans envers le papa conditionne l’avenir et le bon devenir des enfants ». Et quiconque veut nier ce fait d’essence divine aura toute sa vie pour le regretter amèrement. Nous connaissons tous l’histoire de familles « maudites » pour inconduite de la mère vis-à-vis du père de ses enfants.   
Alors mes chères sœurs, filles et fifilles Je vous exhorte à ne pas enfourcher ces chevaux de Troie des occidentaux dont l’objectif ultime est la dislocation de la famille, cellule de base de la société Humaine et la perte de toutes les valeurs qui fondent notre culture et notre société.  Dans leurs pays où ils ont fini d’émasculer les Hommes, il ne reste que les LGBTI et… le GENRE. N’acceptez pas d’êtres les porte-voix des pratiques aux antipodes de nos valeurs juste pour plaire et paraitre. Alors Mesdames, plutôt que de chercher à nous égaler sur tous les plans, ce qui est impossible et utopique, Restez nos « douces moitiés »  à nous les Hommes, les Vrais,  Nous vous aimons comme çà et DIEU vous aimera pour çà et vous donnera une vie épanouie et des enfants vertueux et sains de corps et d’esprit. C’est la LOI de DIEU.
Et n’en déplaise aux réformistes, révisionnistes et autres nihilistes, il en sera ainsi et cela « jusqu’à l’extinction du soleil» pour parler comme l’autre.
 
DIEU VOUS GARDE, NOUS GARDE ET GARDE LE SENEGAL
 
Dakar le  09/9/2021
Guimba  KONATE
DAKAR
guimba.konate@gmail.com

Si vous souhaitez apporter votre contribution, veuillez nous contacter à l'adresse suivante equonet@gmail.com
Guimba Konaté



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise







Facebook


Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.