Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net : actualité des économies du pétrole, gaz, mines, énergies au Sénégal et en Afrique
Equonet.net : actualité économique, financière, écologique au Sénégal et en Afrique
Web média de veille et d'alerte sur la gouvernance des ressources extractives au Sénégal et en Afrique

Découvrez comment tester les connexions Internet au Sénégal.



à la découverte du kaki, un fruit de riches qui ne fait pas forcement recette et peu connu des sénégalais


Rédigé le 10 Janvier 2023 à 14:58 | 0 commentaire(s) modifié le 11 Janvier 2023 - 14:53


(Equonet-Dakar) - Il est question du fruit ressemblant à la tomate ou à l’orange. Sa particularité est qu’il est peu connu des sénégalais. C’est l’un des produits les plus chers, vendus entre 5000 et 6000 FCfa le kg.


Le kaki ! Il ne s’agit pas cette fois du raffiné pantalon si célèbre. Il est plutôt question du fruit ressemblant à la tomate ou à l’orange. Sa particularité est qu’il est peu connu des Sénégalais. C’est l’un des produits les plus chers, vendus entre 5000 et 6000 FCfa le kg.

Nous sommes allés à la rencontre des distributeurs et des clients à Dakar. Un vent frais teinté de poussière balaie Dakar ce mardi. Les objets légers s’envolent, impactant les étals de jeunes commerçants au centre-ville. Une scène cocasse : Abdoulaye, un adolescent, court derrière un ballon gonflable. De petits instants d’exercices sportifs forcés, le visage gai. Ainsi, il réussit à récupérer cette marchandise.

À un mètre de lui, l’activité est intense sur la rue Sandiniéry. Ce nom renvoie automatiquement à la vente de fruits dans la capitale sénégalaise. Hommes et dames défilent, caisses et plateaux sur la tête. Pleins d’énergie, ils côtoient les camionnettes qui déchargent les marchandises. Il y a des bananes, des pommes, des oranges. Mais aussi des fruits moins connus. Il s’agit notamment du kiwi et du kaki. C’est ce dernier produit qui nous intéresse ce matin.

Attention à ne pas le confondre à une orange ou de la tomate. C’est la même couleur. Cependant, il est tendre et de forme ovale. Des détails qui peuvent aider à faciliter l’identification. Ce fruit est visible sur toutes les tables.

Et des commerçants tentent de retracer son origine au point de provoquer des malentendus. « Les produits que nous avons proviennent de plusieurs pays. Ceux que je vends moi viennent d’Espagne. J’ai eu la confirmation de mon fournisseur. Il n’y a pas de doute là-dessus », assure Ibrahima. Moussa Baldé tient un carton sur sa main droite. Il en brandit un. « C’est frais et joli et délicieux avec une conservation de qualité », s’enorgueillit-il, le sourire aux lèvres. Les fruits dont il dispose, souligne-t-il, proviennent du Maroc ou du continent européen. « Ils ne sont pas cultivés sur place. Les miens viennent du Maroc, de l’Espagne, du Portugal et de la France parfois », explique-t-il.

Moustapha, devant son magasin, aide un camionneur à décharger des caisses contenant divers fruits. Le jeune homme vend principalement des kakis. Et c’est depuis plusieurs années. « J’en reçois de l’Espagne et de la Chine. Et ils se vendent bien à mon niveau car ce sont des fruits frais et délicieux, très courus à l’occasion des fêtes notamment », indique-t-il, le cure-dent à la bouche.

Un fruit qui coûte cher sur l’Avenue Ponty, votre serviteur qui n’a jamais goûté au kaki s’approche d’un vendeur de fruits pour avoir une idée du prix du produit. « Le fruit est vendu à 1 200 FCfa, mais je peux vous le céder à 1000 FCfa », indique le commerçant. Je crus qu’il exagérait avant de me rendre compte que c’est le prix du marché.

À Sandiniery, la plupart des commerçants en vendent par kilogramme. Et c’est toujours plus cher que les autres fruits. Debout devant son étal, Mamadou tente de fournir des explications. « Personnellement, je vends le kilogramme à 5000 FCfa. Le fruit est cher, parce que nous l’importons du Maroc ou d’Espagne. Donc, pour avoir un bénéfice de 1000 FCfa ou un peu moins, je suis obligé de vendre le kilogramme à 5000 FCfa », dit-il.

À quelques mètres de lui, Ousmane Bâ tient une boutique. À côté des marchandises telles que le riz, l’oignon et l’huile, il dispose d’un étal de fruits. Parmi ses produits, il y a le kaki. Lui, vend le kilogramme à 6000 FCfa et l’unité à 1 500 FCfa. Il s’approvisionne à partir du Maroc, de l’Espagne ou de la Chine. « Le fruit est assez cher, reconnaît Ousmane, mais nous sommes obligés de prendre en compte le transport et les frais liés à la conservation ».

Son camarade, Ousseynou, embouche la même trompette. Ce fruit, à ses yeux, fait partie des produits les plus chers sur le marché. « C’est normal qu’on vende le kilogramme constitué de 4 fruits à 6000 FCfa, parce que le produit n’est pas cultivé sur place », souffle-t-il.
Djeylany Rassoul



Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Appels d'offres






Facebook




Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.