Connectez-vous S'inscrire
Equonet.net : actualité des économies du pétrole, gaz, énergies au Sénégal et en Afrique
Equonet.net : actualité économique, financière, écologique au Sénégal et en Afrique
Web média de veille et d'alerte sur la gouvernance des ressources extractives au Sénégal et en Afrique

Découvrez comment tester les connexions Internet au Sénégal.



allocution d'ouverture du président du groupe de la banque mondiale, david malpass, lors du lancement du rapport de janvier 2022 sur les perspectives économiques mondiales


Rédigé le 11 Janvier 2022 à 17:26 | 0 commentaire(s) modifié le 12 Janvier 2022 - 16:56


(Equonet-Dakar) - Les prévisions supposent que COVID a son impact le plus important sur le premier trimestre. Si les variantes persistent, il existe un risque à la baisse pour les prévisions qui pourrait réduire davantage la croissance mondiale de 2/10 à 7/10 de point de pourcentage.


"Bonjour à tous et merci pour votre participation. COVID et les fermetures continuent de faire payer un lourd tribut, en particulier aux habitants des pays pauvres. Dans le nouveau GEP, la Banque mondiale abaisse nos prévisions de croissance mondiale à 4,1 % pour 2022. C'est en baisse de deux dixièmes de pour cent par rapport au GEP de juin et la croissance était de 5,6 % en 2021. Permettez-moi de remercier Ayhan Kose (directeur des perspectives de la Banque mondiale Group) qui est avec moi aujourd'hui également Carmen Reinhart (vice-président principal mondial et économiste en chef) et Indermit Gill (vice-président pour la croissance équitable, les finances et les institutions). Mon point de vue est que nous avons la meilleure équipe d'économie de développement dans l'entreprise. Et donc je suis content que ce GEP sorte au début de 2022.
 
"Les prévisions supposent que COVID a son impact le plus important sur le premier trimestre. Si les variantes persistent, il existe un risque à la baisse pour les prévisions qui pourrait réduire davantage la croissance mondiale de 2/10 à 7/10 de point de pourcentage. Les pays en développement sont confrontés à de graves problèmes à long terme liés à la baisse des taux de vaccination, aux politiques macroéconomiques mondiales et au fardeau de la dette. Il y a un fossé de plus en plus grand entre leurs taux de croissance et ceux des économies avancées. Cette inégalité est encore plus dramatique en termes de revenu par habitant et médian, les habitants du monde en développement étant laissés pour compte et les taux de pauvreté augmentant. Nous assistons à des renversements troublants dans la pauvreté, la nutrition et la santé. Le renversement de l'éducation suite aux fermetures d'écoles aura un impact permanent ; la proportion d'enfants de 10 ans qui ne savent pas lire une histoire de base est passée de 53 % à 70 % dans les pays à revenu faible et intermédiaire. De nombreuses écoles restent fermées et les données montrent clairement que cela entraîne une baisse de l'apprentissage, en particulier pour les enfants d'âge primaire. Je suis très inquiet de la cicatrice permanente sur le développement.
 
"L'inflation élevée est un autre problème clé relativement nouveau. C'est dur de s'arrêter. Les chaînes d'approvisionnement peuvent continuer à être perturbées. Les États-Unis, par exemple, souffrent de ce qu'on appelle la Grande Démission. Il est difficile de réintégrer les travailleurs sur le marché du travail et dans la chaîne d'approvisionnement une fois qu'ils en sont sortis. L'inflation et les taux d'intérêt frappent le plus durement les pauvres. Un tiers des pays en développement ont déjà connu une hausse des taux d'intérêt et le secteur privé des pays en développement se contracte. Ils sont essentiels à la croissance, mais ils sont sous pression.
 
"Ce nouveau rapport GEP discute du frein au développement causé par l'incertitude politique. Les dépenses gouvernementales et les politiques monétaires sont en territoire inconnu. Avec des déséquilibres macroéconomiques à des niveaux sans précédent. Les dépenses publiques sont très élevées dans le monde développé. De nombreux pays n'ont pas de limites réalisables à ce sujet, il y a donc une incertitude dans les perspectives concernant l'évolution des dépenses et des emprunts publics.
 
"L'inquiétude est que les énormes emprunts des pays avancés réduisent le montant d'argent disponible pour les autres. Cela a été exprimé lors de la conférence des dirigeants du G-20 à Rome fin octobre. Il est difficile pour les gouvernements de trouver des investissements utiles à ce stade du cycle, de sorte que les dépenses finissent par être un frein à la croissance. Il y a une éviction qui frappe les petites entreprises. C'est l'un des facteurs des problèmes de la chaîne d'approvisionnement.
 
"Un autre facteur est que le bilan de la banque centrale a absorbé des quantités sans précédent d'actifs à long terme financés par les réserves bancaires. Cela alloue le capital des petites entreprises et de la chaîne d'approvisionnement. Cette pénurie de fonds de roulement rend plus difficile la réduction du taux d'inflation, les hausses de taux d'intérêt et le resserrement des conditions de crédit s'ajoutent à ce problème de fonds de roulement. Nous avons besoin de prêts solides aux petites entreprises pour résoudre les problèmes d'approvisionnement.
 
"Vous vous retrouvez avec l'inflation. Pour le combattre, les banques centrales envisagent deux outils : la hausse des taux d'intérêt et la réduction de leurs actifs totaux. Je crains que cela ne résolve ni l'inflation ni les problèmes d'inégalité. La façon dont les bilans des banques centrales se contractent est très importante. Ils peuvent réduire leurs actifs à court terme, ce qui ne ferait pas grand-chose (cela ne ferait que déplacer les bons du Trésor vers un autre bilan ailleurs) ou ils peuvent réduire les actifs à long terme. Je pense que ce dernier processus aiderait à résoudre le problème de la chaîne d'approvisionnement et les inégalités.
 
"Les grandes banques centrales empruntent d'énormes quantités de réserves bancaires pour maintenir leurs portefeuilles obligataires et hypothécaires. Ils ont des milliers de milliards de dollars de dette bancaire. Pour l'instant, lorsque les obligations arrivent à échéance, ils achètent plus d'obligations. Cela évince les petites entreprises et les pays en développement. Paul Volcker, dans ses mémoires, a noté que les prix des actifs sont un proche cousin des prix des biens, ce qui signifie qu'il sera difficile d'arrêter l'inflation tant qu'il y aura un soutien permanent pour les prix des actifs. Le risque d'inflation actuel est que le prix des biens et services devra augmenter pour correspondre au prix des actifs, ce qui signifie beaucoup d'inflation et d'incertitude au cours de ce processus.
 
"Une autre question monétaire clé que je soulèverai est de savoir si les banques centrales utilisent leurs politiques réglementaires pour allouer du capital et du crédit aux petites entreprises ou en détourner, comme cela s'est produit. Ce pouvoir réglementaire a plus d'impact sur les petites entreprises que les réserves obligatoires, car les réserves bancaires sont massivement excédentaires. Nous sommes allés bien au-delà du monétarisme. C'est vraiment le post-monétarisme, où la politique réglementaire régit les flux de crédit plus que la masse monétaire.
 
"Je mentionnerai trois autres domaines clés, puis je passerai aux questions. Premièrement, les vaccins. Omicron montre la menace. Nous devons accélérer le processus de vaccination et de thérapeutique. Je préside un groupe de travail sur ce sujet avec l'OMS, l'OMC et le FMI. La Banque mondiale a mis en place un financement de la vaccination pour 67 pays, et nous travaillons dur pour étendre l'offre de vaccins et de produits thérapeutiques et le déploiement. L'amélioration des soins de santé et la préparation sont des priorités de développement clés de la Banque mondiale, notamment dans le cadre de la reconstitution de l'IDA20 qui vient de s'achever et qui a atteint 93 milliards de dollars.
 
"Le deuxième point concerne le climat. Notre plan d'action vise à aider le monde à identifier et à financer des projets à fort impact qui réduisent réellement les émissions de gaz à effet de serre et soutiennent l'adaptation. La Banque mondiale joue un rôle central dans la protection et l'amélioration des biens publics mondiaux. Pour ce faire, nous travaillons avec les gouvernements pour atteindre leurs objectifs en matière de climat et de développement.
 
"Le défi pour les pays est d'entreprendre des projets à long terme clairement définis et complexes et d'apporter d'énormes quantités de financement à court et à long terme de la communauté mondiale. Pour souligner, c'est un problème complexe, c'est très coûteux. C'est une question dont la Banque mondiale est au centre et à l'avant-garde pour rassembler les divers aspects de la réduction des gaz à effet de serre et aussi de l'adaptation.
 
"Et la troisième question que je veux mentionner est la transparence et la durabilité de la dette. De nombreux pays sont désormais confrontés à des niveaux record de dette extérieure et intérieure alors que commencent les hausses de taux d'intérêt. Environ 60 % des pays à faible revenu sont déjà à haut risque ou déjà surendettés, et de nombreux marchés émergents sont également en difficulté. Ces conditions, les conditions actuelles, placent les pays en développement devant d'immenses défis liés aux taux de change, à l'inflation, à la viabilité de la dette et à la croissance économique. Rien qu'en 2022, les pays IDA devront préparer environ 35 milliards de dollars de service de la dette envers leurs créanciers officiels bilatéraux et du secteur privé, dont plus de 40 % dus à la Chine.
 
"Les risques de défaillance désordonnée augmentent. Le resserrement de la politique monétaire dans les économies avancées aura des effets d'entraînement. Et le cadre commun du G20 doit être amélioré et sa mise en œuvre accélérée. J'ai présenté des approches à ce sujet, y compris un gel du service de la dette pour les pays entrant dans le Cadre commun. Nous avons besoin de règles claires pour évaluer et appliquer un traitement comparable entre tous les créanciers. Il est crucial que la Chine participe pleinement aux efforts internationaux d'allégement de la dette, ainsi que le secteur privé et les créanciers commerciaux.
 
"Le nouveau rapport du GEP contient un chapitre spécial contenant des recommandations sur la manière d'accroître l'efficacité du Cadre commun et d'éviter les lacunes rencontrées par les initiatives précédentes d'allégement de la dette. C'est un chapitre novateur et j'encourage votre attention sur ce chapitre, et j'en tirerai quelques leçons pour vous.
 
"L'un est que l'allégement de la dette en profondeur est bien nécessaire pour les pays pauvres. Si nous attendons trop longtemps, il sera trop tard et ne réussira pas. Deuxièmement, la transparence de la dette est cruciale dans tout cela. Nous avons besoin d'un processus de réconciliation de la dette. En outre, des pratiques de divulgation publique beaucoup plus strictes, notamment l'élimination des clauses de confidentialité et de non-divulgation qui ont été incluses dans ces instruments, ainsi que la divulgation des accords de garantie et de sécurité. Et puis troisièmement, nous devons travailler à rééquilibrer les pouvoirs des créanciers et des débiteurs dans la restructuration de la dette souveraine. Il existe la possibilité d'inclure, par exemple, une clause d'action collective agrégée dans tous les nouveaux instruments de dette et d'équivalent de dette du secteur public et du secteur privé.
 
"Bon, pour résumer, nous avons un environnement très difficile pour les pays en développement. Les hausses de taux d'intérêt - les hausses probables des taux d'intérêt - rendent cela plus difficile, et cela arrive à un moment où la dette et les autres besoins en ressources budgétaires de ces pays, y compris le climat, sont immenses. Sur ce, je vais me tourner vers vous et voir s'il y a des questions. Merci encore à tous pour votre participation."
equonet



Actualité | Economie | Covid-19 | Finance | Technologie | Social | Environnement | EquoSports | Contribution | Décrets | Bon à savoir | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Actu d'Afrique | Actu d'Europe | Appels d'offres | Désinformation | Covid-19 | Espace entreprise






Facebook




Conseil des Ministres

Communiqué du conseil des ministres du Sénégal du 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Le président de la République, Macky Sall, a présidé le conseil des ministres, le mercredi 28 avril 2021, à 10 heures, au palais de la République. Lire le communiqué.


Nominations

Les nominations au conseil des ministres du Sénégal du mercredi 28 avril 2021

(Equonet-Dakar) - Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions de nominations au conseil des ministres de ce 28 avril 2021.


Derniers tweets



Actu d'Afrique

Réaliser les rêves de l'Afrique

(Equonet-Dakar) – Dans son blog d’aujourd’hui, le Fonds monétaire international (FMI) s’intéresse à l’éducation en Afrique subsaharienne.


Actu d'Europe

L'indice d'incertitude de la politique économique américaine progresse de 633%

(Equonet-Dakar) - L'indice quotidien d'incertitude de la politique économique des États-Unis a explosé de façon spectaculaire en 2020. Transmises à Equonet, ces données recueillies par Learnbonds indiquent qu'entre décembre 2007 et avril 2020 cette année, l'indice avait augmenté de 633%.