Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Veiller à l'application des obligations du secteur extractif sénégalais.



banque mondiale et fonds mondial : une collaboration plus étroite pour lutter contre l'impact du changement climatique sur la santé


Rédigé le 22 Novembre 2023 à 16:42 | 0 commentaire(s) modifié le 23 Novembre 2023 - 14:05


(Equonet-Dakar) - Les deux organisations travailleront ensemble sur les priorités climatiques et sanitaires. réduire le fardeau du paludisme, du VIH/SIDA et de la tuberculose (TB) grâce à des systèmes de santé plus solides, notamment un meilleur accès aux services de soins de santé primaires pour les populations les plus vulnérables.


 

La Banque mondiale et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme (le Fonds mondial) ont signé aujourd'hui un nouveau protocole d'accord (MoU) décrivant la manière dont les deux organisations travailleront ensemble pour renforcer les systèmes de santé dans les pays du Sud, annonce un communiqué de presse transmis à equonet.

Le texte précise que l’objectif est de soutenir un financement plus efficient, efficace et durable pour améliorer les résultats en matière de santé face au changement climatique. Les dernières estimations montrent que plus de la moitié de la population mondiale n'est pas entièrement couverte par les services de santé essentiels et que la crise climatique ne fera qu'augmenter la demande de services efficaces, en particulier pour les personnes les plus vulnérables.

« Nous ne pouvons pas faire de progrès adéquats en matière de santé publique alors que la hausse des températures modifie les tendances des maladies infectieuses et engendre des pandémies », a déclaré le président de la Banque mondiale, Ajay Banga . « Notre seule option est de réagir de manière agressive, simultanée et globale. Ce partenariat avec le Fonds mondial constitue une nouvelle étape dans nos efforts visant à recruter des partenaires et à construire la coalition nécessaire pour produire un impact .

Plus précisément, les deux organisations travailleront ensemble sur les priorités climatiques et sanitaires. réduire le fardeau du paludisme, du VIH/SIDA et de la tuberculose (TB) grâce à des systèmes de santé plus solides, notamment un meilleur accès aux services de soins de santé primaires pour les populations les plus vulnérables. La Banque mondiale estime que 132 millions de personnes pourraient être contraintes à l’extrême pauvreté d’ici 2030 en raison du changement climatique ; un tiers sont le résultat de risques sanitaires liés au climat qui affectent de manière disproportionnée les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables.

« Pour avoir une chance d'atteindre les objectifs visant à mettre fin au sida, à la tuberculose et au paludisme, nous devons redoubler d'efforts pour lutter contre ces maladies. Cela implique d’investir dans la construction de systèmes de santé capables de résister aux effets du changement climatique », a déclaré Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial . « Le paludisme étant l’un des premiers indicateurs de l’impact du changement climatique sur la santé, nous avons besoin d’interventions intensives et de partenariats solides pour inverser l’impact négatif du changement climatique sur la santé. »

Le communiqué note que les deux organisations plaideront également en faveur d’un financement accru pour la santé et du renforcement des capacités des pays pour un financement plus efficace et plus durable des systèmes de santé, notamment pour le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme. L’objectif est de mieux utiliser les rares ressources sanitaires nationales et internationales, notamment grâce à une meilleure gestion des finances publiques dans les pays. Les deux organisations utiliseront également diverses modalités de financement, notamment des investissements conjoints et des financements mixtes, et collaboreront sur des investissements conjoints.

Un autre domaine d’intérêt commun portera sur le renforcement de la production régionale et de l’achat de fournitures de santé, notamment de médicaments et de dispositifs médicaux. L’accès aux produits de santé essentiels est nécessaire pour garantir la préparation et des systèmes de santé solides et résilients. Les organisations aideront à localiser les chaînes d'approvisionnement de santé en soutenant la fabrication durable en Afrique et dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Depuis 2017, la Banque mondiale et le Fonds mondial ont soutenu de nombreux pays en investissant dans des opérations de financement mixte. Par exemple, le rachat d’un prêt en Inde a contribué à accroître le financement des soins et de la prévention de la tuberculose. En Indonésie, le financement innovant du rachat était lié à une meilleure détection des cas de tuberculose, à une meilleure couverture du traitement et à des réformes du paiement des prestataires pour encourager les soins primaires. En Haïti, le cofinancement a accru le recours aux services de soins de santé primaires et renforcé la surveillance des maladies. Et en Gambie, un cofinancement direct a soutenu le renforcement des systèmes de santé contre le VIH/SIDA et la tuberculose.

equonet



Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies