Connectez-vous S'inscrire
https://www.equonet.net/
ecofinance.sn
Facebook
Twitter
Média de veille et d'alerte sur les questions de gouvernance, de transparence et de redevabilité des ressources extractives au Sénégal et en Afrique.
Veiller sur l'application des obligations du secteur extractif sénégalais.



campagne de commercialisation agricole 2023-2024 au sénégal : quelles dispositions appropriées prises pour un déroulement correct et un financement adéquat des opérations de collecte ?


Rédigé le 5 Octobre 2023 à 23:16 | 0 commentaire(s) modifié le 9 Octobre 2023 - 18:03

Massamba Ndakhté Gaye
Ndakhté M. GAYE est un journaliste d'investigation engagé dans le suivi citoyen des obligations... En savoir plus sur cet auteur

(Equonet-Dakar) - Le gouvernement sénégalais attend des informations essentielles du Conseil national du crédit lui permettant de prendre les dispositions appropriées en vue de réunir les meilleures conditions pour un déroulement correct et un financement adéquat des opérations de collecte.


Le gouvernement sénégalais est dans position attentiste. Il a attend l’issue de la réunion du Conseil national du crédit pour avoir des informations essentielles devant lui permettre de prendre les dispositions appropriées en vue de réunir les meilleures conditions pour un déroulement correct et un financement adéquat des opérations de collecte.

C'est ce qu'a indiqué le ministre des Finances et du Budget, Amadou Moustapha Bâ, qui présidait aujourd'hui les travaux de la rencontre entre les acteurs économiques, l’Etat et le Comité de politique monétaire de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'ouest (Bceao). 

A cet égard, le directeur de l’Agriculture devrait faire le point de l’état de mise en œuvre des mesures prises par le gouvernement du Sénégal au titre des campagnes de production agricole et des perspectives concernant les délais de disponibilité des statistiques de production indispensables pour une bonne appréciation des besoins de financement. 

Les besoins de financement pour la collecte des arachides et du coton graines, au titre de la prochaine campagne agricole, sont estimés à une centaine de milliards de FCFA.

Dans ce cadre, le ministre des Finances a invité le directeur général de la SONACOS et le représentant du directeur général de la SODEFITEX absent du territoire national, à faire part au Conseil national du crédit de leur évaluation des perspectives de collecte et de financement ainsi que de leurs recommandations pour l’atteinte des objectifs de collecte qu’ils se sont fixés, à l’aune des enseignements tirés de la campagne précédente.

"J’attache une grande importance aux échanges sur ces enseignements, au regard notamment des mesures que le gouvernement compte prendre pour apporter les correctifs nécessaires aux préoccupations notées l’année dernière en particulier au niveau de la filière arachidière. Elles ont trait notamment à la réorganisation de la collecte et au juste équilibre à trouver en ce qui concerne l’implication des acheteurs étrangers dans le circuit de commercialisation", a déclaré M. Bâ.

Il a ensuite demandé aux directeurs généraux de La Banque agricole et de la Bnde, principales banques impliquées dans le financement de la commercialisation agricole, de faire le point des mesures prises ou envisagées par leurs banques en vue de faire face aux besoins exprimés par les acteurs. 

"Nos échanges devront s’appesantir sur les conditions à réunir pour l’implication élargie du système bancaire au financement de la prochaine campagne, au travers notamment de la mise en place d’un pool bancaire", a-t-il indiqué.

Le Conseil national du crédit est un organe statutaire de la Bceao présidé par le ministre chargé des Finances dans chaque Etat membre de l’Umoa. En effet, selon les dispositions de l’article 93 des statuts de la Bceao, le Conseil est chargé “d’étudier les conditions de fonctionnement du système bancaire et financier, notamment dans ses relations avec la clientèle et dans la gestion des moyens de paiement ainsi que les conditions de financement de l'activité économique”.

Outre les représentants de l’Etat, de la BCEAO et les membres du Comité de Politique Monétaire ressortissants du Sénégal, le Conseil comprend des représentants du Conseil Economique, Social et Environnemental, des banques, des chambres consulaires, des associations de consommateurs des services financiers, d’universités et de centres de recherche ainsi que des personnalités nommés intuitu personae. Son secrétariat est assuré par la Banque Centrale.




 



Actualité | EcoFinance | Finance | Technologie | Contenu local | Environnement | Contribution | Donneurs | Conseil des Ministres | Nominations | Mines-Hydrocarbures | Energies